Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Juridique
OCTOBRE 2021- n°394

La loi du 22 août 2021 ambitionne notamment d'améliorer la qualité de l'air des grandes villes, de massifier les rénovations de logements et de lutter contre l'artificialisation des sols.

Ultime étape d’un processus démarré il y a deux ans avec la mise en place de la Convention citoyenne pour le climat, la loi n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets compte près de 300 articles. Si l’AMF partage les objectifs de lutte contre les dérèglements climatiques et, plus globalement, de transition écologique, elle pointe un manque de précision du législateur sur les impacts, modalités et moyens de mise en œuvre des dispositions et déplore un texte particulièrement « descendant » imposant aux collectivités des objectifs sans tenir compte de ...

Lire la suite...
Septembre 2021- n°393

La loi n° 2021-646 du 25 mai 2021 pour une sécurité globale préservant les libertés comporte plusieurs mesures concernant les collectivités du bloc local. 

La loi n° 2021-646 du 25 mai 2021 pour une sécurité globale préservant les libertés puise une partie de son origine dans le rapport parlementaire Fauvergue-Thourot qui posait le concept de « continuum de sécurité » en faisant un certain nombre de constats, notamment sur l’échelon des polices municipales et intercommunales, dans le livre blanc de la sécurité intérieure et dans un rapport de la Cour des comptes qui a identifié certains angles morts sur les polices municipales.  Une partie des dispositions inscrites dans la loi sont d’un intérêt certain pour les collectivités locales. Cependant, la disposition phare, l’expérimentation visant à ...

Lire la suite...

Le décret n° 2021-836 du 29 juin 2021 (JO du 30/06) fixe les modalités de collecte par les gestionnaires de voirie des données décrivant l’accessibilité des itinéraires pédestres situés dans un rayon de deux cents mètres autour des points d’arrêt prioritaires (gares, bus, cars). Objectif : alimenter les calculateurs d’itinéraires et les GPS piétons ainsi que les applications de guidage pour informer les personnes handicapées ou à mobilité réduite de l’accessibilité de leur parcours. Ces données seront transmises aux commissions communales et intercommunales pour l’accessibilité, et aux autorités organisatrices de la mobilité ...

Lire la suite...

Le 31 mars 2002. C’est la date limite fixée au gouvernement par le Conseil d’État, dans une décision du 1er juillet (n° 427301), pour qu’il prenne « toutes mesures utiles » afin de respecter la trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre qu’il a lui-même déterminée. Et ­surtout la réduction, d’ici à 2030, des émissions de gaz à effet de serre de 40 % par rapport à l’année 1990.

Lire la suite...

Depuis le 1er juillet, le congé paternité est étendu à 25 jours pour les agents territoriaux (32 jours en cas de « naissances multiples ») et le délai de six mois d’ancienneté imposé aux contractuels pour bénéficier du congé maternité « avec plein traitement » est supprimé dans la fonction publique territoriale, en application du décret n° 2021-846 du 29 juin 2021 (JO du 30/06).

Lire la suite...

Dans une circulaire publiée le 6 juillet, le garde des Sceaux invite les parquets et les collectivités à s’entendre sur un protocole «  destiné à permettre aux collectivités disposant de fourrières de prendre en charge à titre gracieux les véhicules confisqués dans le cadre de la lutte contre les rodéos  » motorisés, renforcée par la loi n° 2018-701 du 3 août 2018. Un protocole type a été élaboré à cet effet. L’AMF et France urbaine ont d’ores et déjà donné leur « accord de principe à la conclusion de ces protocoles » pour les communes volontaires. « Un groupe de travail ...

Lire la suite...

Le décret n° 2021-881 du 30 juin 2021 (JO du 2/07) assouplit le fonctionnement de la commission locale des sites patrimoniaux remarquables. Il permet au maire ou aux maires des communes concernées par un site de s’y faire représenter. Les représentants peuvent être désignés par le conseil municipal ou le conseil communautaire de l’EPCI auquel la ou les communes appartiennent. La commission locale donne son avis sur le projet de plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) ou sur le plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine (PVAP), et sur sa mise en œuvre sur le site.

Lire la suite...

L’AMF a mis en ligne sur son site une note expliquant les modalités de vente des biens communaux. Toute vente d’un bien appartenant au domaine public d’une commune suppose de le faire ­intégrer préalablement dans le domaine privé, ce qui nécessite le respect d’une procédure précise (désaffectation et déclassement). Lire aussi notre article : Vente de biens communaux : les procédures à respecter

Lire la suite...

Plusieurs décrets d'application de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire du 10 février 2020 sont parus.

Plusieurs décrets d’application de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire du 10 février 2020 sont parus. L’un concerne la justification de la généralisation du tri à la source des biodéchets lorsqu’il y a un projet de création ou d’extension de tri mécano-biologique (TMB). La loi Agec impose en effet que le tri à la source des biodéchets soit généralisé au préalable sur un territoire pour permettre une telle installation. Pour justifier de cette généralisation, plusieurs options sont proposées. Un autre décret est relatif à la mise en décharge des refus de tri issus de filières performantes. Commentaire ...

Lire la suite...

Deux mois après sa présentation par le Premier ministre, le plan « Avenir montagnes » prévoyant 650 millions d'euros de crédits publics répartis sur 14 mesures prend forme.

Deux mois après sa présentation par le Premier ministre, le plan « Avenir montagnes » prévoyant 650 millions d’euros de crédits publics répartis sur 14 mesures prend forme, avec une circulaire qui consacre son action n° 1, la création du fonds Avenir montagnes. Doté de 331 millions d’euros sur deux ans, il comprend deux volets : - un volet d’accompagnement d’une soixantaine de territoires dans la conception de leurs projets de transition, porté par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), - et un volet de soutien à l’investissement financé à part égale par l’État et les régions (sous réserve de signature ...

Lire la suite...

Un décret met en œuvre les dispositions de l'ordonnance du 14 avril 2021 (prévue par la loi d'orientation des mobilités) relatives au régime de responsabilité pénale applicable en cas de circulation d'un véhicule à délégation de conduite (véhicule partiellement, hautement ou totalement automatisé) et à ses conditions d'utilisation

Un décret met en œuvre les dispositions de l’ordonnance du 14 avril 2021 (prévue par la loi d’orientation des mobilités) relatives au régime de responsabilité pénale applicable en cas de circulation d’un véhicule à délégation de conduite (véhicule partiellement, hautement ou totalement automatisé) et à ses conditions d’utilisation. La première partie du décret introduit un certain nombre de définitions et de règles de sécurité. La seconde fixe les modalités de mise en service des systèmes de transports routiers automatisés (SRTA). Commentaire : à la demande des représentants du bloc communal en ...

Lire la suite...
Juillet - Août 2021- n°392

Une instruction clarifie les mesures de simplification de mise en oeuvre des expérimentations locales ainsi que leurs modalités d'évaluation.

Une instruction clarifie les mesures de simplification de mise en œuvre des expérimentations locales prévues par la loi organique n° 2021-467 du 19 avril 2021 afin de leur donner un nouvel élan. Fin du régime d’autorisation préalable (au terme d’une procédure longue et complexe, la liste des collectivités expérimentatrices était publiée par décret en Conseil d’État), mise en place de guichets locaux d’appui au sein des préfectures de département pour accompagner les collectivités dans le processus et réceptionner aussi les formulaires spécifiques remplis par les régions. Les modalités d’évaluation des expérimentations ...

Lire la suite...

Un décret modifie les règles régissant le dispositif de la garantie jeunes, système d'accompagnement intensif d'un an des jeunes de 16 à 25 ans par les missions locales.

Les règles relatives au dispositif de la garantie jeunes, système d’accompagnement intensif d’un an des jeunes de 16 à 25 ans par les missions locales viennent d'évoluer. Le décret du 26 mai 2021 leur donne davantage de souplesse dans l’organisation de leur parcours. Ainsi, la durée sera désormais modulable de 9 à 12 mois et les missions locales pourront le prolonger jusqu’à 18 mois sans devoir obtenir une autorisation de la commission locale. Le texte assouplit aussi les critères d’éligibilité en matière de non-imposition et de ressources. Surtout, il permet aux missions locales de suivre davantage de jeunes. Le gouvernement vise en effet le doublement du nombre ...

Lire la suite...

Le Conseil constitutionnel a censuré plusieurs mesures emblématiques de la loi pour une sécurité globale préservant les libertés.

Dans une décision longuement argumentée, le Conseil constitutionnel a censuré plusieurs mesures emblématiques de la loi pour une sécurité globale préservant les libertés. Les Sages ont supprimé l’expérimentation visant à étendre les compétences des policiers municipaux et gardes champêtres. Ils ne pourront finalement pas constater par procès-verbal de nouvelles infractions (conduite sans permis, usage de stupéfiants, rodéos urbains, etc.). En cause : les attributions de police judiciaire en matière délictuelle que l’expérimentation prévoyait de conférer aux agents. La Constitution prévoit en effet que la police judiciaire ...

Lire la suite...

Le Conseil constitutionnel a censuré les dispositions relatives à l'enseignement immersif de la loi sur la protection patrimoniale des langues régionales et leur promotion, les considérant contraires à la Constitution.

Les dispositions relatives à l’enseignement immersif de la loi sur la protection patrimoniale des langues régionales et leur promotion sont contraires à la Constitution. Ainsi en a jugé le Conseil constitutionnel dans sa décision du 21 mai 2021. Sur le même argument, les Sages ont censuré l’article prévoyant que des mentions des actes de l’état civil puissent être rédigées avec des signes diacritiques autres que ceux employés pour l’écriture de la langue française. Ils ont validé, en revanche, le principe du forfait scolaire, prévoyant la participation financière de la commune de résidence à la scolarisation d’enfants dans ...

Lire la suite...

Les règles encadrant la vente des biens immobiliers et mobiliers communaux sont précisément définies. Les biens doivent préalablement être déclassés du domaine public. Par Fabienne Nedey

Pour diverses raisons, une commune peut souhaiter procéder à la vente de certains de ses biens : volonté de se défaire d’une propriété qui lui a été léguée et dont elle ne voit pas quoi faire, de céder un immeuble dont la rénovation est hors de portée du budget communal, de se débarrasser de matériels ou véhicules devenus inutiles ou obsolètes, etc.  Attention : cette cession ne peut concerner que les biens relevant du domaine privé communal, après leur déclassement.  Les conditions de vente sont plus contraignantes s’agissant du patrimoine immobilier des communes (art. L. 2241-1 du CGCT) que de leurs biens mobiliers (lire ci-dessous).   

Lire la suite...
JUIN 2021- n°391

Maires de France revient sur la répartition des rôles entre collectivités, et sur les conditions de création de plusieurs dispositifs et équipements améliorant l'accès aux soins. Par Fabienne Nedey

Les collectivités territoriales disposent de compétences limitativement énumérées en matière de santé : hygiène de l’habitat et contrôle de la qualité des eaux de baignade et de l’air pour les communes ; protection maternelle et infantile pour les départements ; organisation des formations paramédicales pour les régions. L’accès aux soins demeure très largement une compétence de l’État. Toutefois, les collectivités ont différents moyens d’interventions sur le sujet.    

Lire la suite...

Pour lutter contre le vol et le trafic de vélos volés, le gouvernement a rendu obligatoire, depuis le 1er janvier 2021, le marquage de vélos vendus neufs par des professionnels. Cette obligation sera étendue aux vélos vendus d'occasion par des professionnels à partir du 1er juillet 2021. Les cycles doivent disposer d’un identifiant unique, inscrit sur le cadre, auquel seront associées les coordonnées du propriétaire. Un fichier national unique des cycles identifiés a été créé, que les forces de l’ordre (parmi lesquelles les polices municipales) peuvent consulter pour contacter le propriétaire lorsqu’un vélo est retrouvé. https://bit.ly/2QR7FoH  Xavier ...

Lire la suite...

À partir du 1er janvier 2022, toutes les communes devront recevoir les demandes d’autorisation d’urbanisme par voie électronique. Et celles de plus de 3 500 hab. devront recevoir et instruire, par voie dématérialisée, ces demandes. Depuis mai, l’État propose une aide financière aux collectivités qui anticipent. https://bit.ly/3tbO53B et www.amf.asso.fr, réf. BW40626. Xavier Brivet

Lire la suite...

Depuis le 1er juin, les expulsions locatives ont repris, la trêve prolongée par le gouvernement s’étant achevée le 31 mai. Dans une instruction du 1er mars (https://bit.ly/337k0aY), l’État indique qu’elles reprennent de manière «  progressive » durant l’année. Toute expulsion devra être «  assortie d’une proposition d’un autre logement ou, à défaut, d’une solution d’hébergement ». Les ménages considérés comme très vulnérables «  seront maintenus dans le logement ». Les préfets doivent élaborer à l’échelle départementale des «  plans d’action ...

Lire la suite...

Le décret n° 2021-495 du 22 avril (JO du 24/04) proroge jusqu'à cette date (au lieu du 30 avril) le classement des hôtels, terrains de camping, résidences de tourisme, parcs résidentiels de loisirs, meublés de tourisme, villages et maisons familiales de vacances et offices du tourisme. Ces structures sont dispensées du renouvellement de leur classement durant cette période. Xavier Brivet

Lire la suite...

Depuis le 30 avril, les régies du secteur public local et les agences comptables de la sphère publique doivent déposer ou retirer des espèces dans certains bureaux de poste, et non dans les centres des finances publiques. Cette réforme s’applique en France métropolitaine ainsi qu’à Mayotte, La Réunion, la Guyane, la Martinique et à la Guadeloupe. Les régisseurs doivent passer par la plateforme dédiée Digifip pour procéder à leurs opérations. https://bit.ly/3oOvuKH Xavier Brivet

Lire la suite...

La pratique de location de meublés de tourisme est en plein essor, portée par le développement des plateformes numériques dédiées. Le législateur est intervenu pour encadrer ces plateformes et permettre aux territoires situés dans des zones tendues en offre et demande de réguler l’offre de location de meublés de tourisme. Dans une note mise en ligne sur www.amf.asso.fr, réf. CW40604, l’AMF rappelle la règlementation applicable aux meublés et aux plateformes (enregistrement, taxe de séjour). Xavier Brivet  

Lire la suite...

L’ordonnance n° 2021-611 du 19/05/2021 sur les services aux familles (JO du 20/05) révise notamment la gouvernance des politiques locales d’accueil du jeune enfant. Les commissions départementales de l’accueil du jeune enfant sont remplacées par des «  comités départementaux des services aux familles », qui s’appuieront sur l’analyse des besoins territoriaux. Ces instances seront pilotées par les préfets et co-présidées par les présidents du conseil départemental et les associations départementales de maires (lire Maire info du 20 mai 2021).  Xavier Brivet

Lire la suite...

Quatre arrêtés détaillent les nouvelles règles d’attribution et de gestion des aides versées aux autorités organisatrices de la distribution publique d’électricité au titre du Financement des aides aux collectivités pour l’électrification rurale (Facé). Commentaire : un décret du 10 décembre 2020 avait déjà tracé les principaux contours, en prenant notamment en compte le cas des communes nouvelles et en ouvrant la possibilité de financer les opérations en lien avec la transition énergétique

Lire la suite...
MAI 2021- n°390

Un arrêt de la Cour de cassation rappelle l'interprétation très large de la notion de prise illégale d'intérêt par les juges. Les élus doivent donc agir très prudemment. Par Fabienne Nedey

La notion juridique de prise illégale d'intérêt défend, au-delà de l'homme et de ses intentions, la fonction publique contre tout risque de compromission. Son interprétation très large par le juge pénal est redoutable pour les élus. Un arrêt de la Cour de cassation du 5 avril 2018 (1) l'a rappelé. Dans cette affaire, une commune avait cédé des terrains à un promoteur immobilier afin de construire un éco-quartier. Le lauréat retenu était un ami de longue date du maire. Ce dernier a été condamné pour prise illégale d’intérêt, la Cour estimant que l’existence d’une relation d’amitié était constitutive d’un intérêt, même si le maire n’a tiré aucun bénéfice financier de l’opération. Compte tenu de sa relation avec le candidat, le maire aurait dû s’écarter du dossier. Mais en l’occurrence, il a pris une part active aux étapes désignant le cessionnaire du terrain : il a présidé le jury pour désigner le candidat, signé le contrat, participé à la délibération du conseil municipal désignant la société, assisté à celle supprimant la condition résolutoire obligeant le promoteur à verser une caution. C’est donc presque un cas d’école. La nouveauté étant que, dans la jurisprudence antérieure, la prise illégale d’intérêt était souvent caractérisée à partir d’un lien de parenté. Désormais, il est donc établi qu’elle concerne aussi les liens d’amitié.  

Lire la suite...

Tous les enfants ont droit à l’accès à la cantine scolaire, à condition que les communes puissent les accueillir. Telle est, en résumé, la décision (n° 429361) rendue, le 22 mars, par le Conseil d’État. Elle met fin à 4 ans de procédure judiciaire opposant la mairie de Besançon (25) à une parente d’élève qui s’était vue refuser l’inscription de son fils à la cantine, faute de place disponible. En estimant que les communes étaient tenues d’inscrire à la cantine «  chaque élève de l’école qui en fait la demande, sans que l’absence de place disponible ne puisse lui être opposée ...

Lire la suite...

Le décret n° 2021-166 du 16 février 2021 étend le bénéfice du complément de traitement indiciaire aux agents de la fonction publique territoriale exerçant leurs fonctions dans les EHPAD créés et gérés par les collectivités et les EPCI, en application de l’article 48 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la Sécurité sociale pour 2021. La DGCL a mis en ligne une note d’information relative à la mise en œuvre de ce complément indemnitaire de traitement. www.amf.asso.fr, réf. BW40675.

Lire la suite...

Les indemnités de fonction perçues par les élus locaux sont imposables à l’impôt sur le revenu suivant les règles applicables aux traitements et salaires, et sont soumises au prélèvement à la source. Leur montant imposable apparaît dans la déclaration de revenus annuelle. Les élus doivent toutefois vérifier que le montant prérempli dans la déclaration de revenus 2020 tient bien compte de l’abattement fiscal pour frais d’emploi auquel ils ont droit. L’AMF a publié, le 12 avril, une note rappelant aux élus les modalités de déclaration des indemnités de fonction qu’ils ont perçues en 2020 (www.amf.asso.fr, réf. BW ...

Lire la suite...

Le décret n° 2021-396 du 6 avril 2021 (JO du 07/04) précise le contenu des diagnostics de sécurité routière pour les passages à niveau que les gestionnaires de voirie doivent effectuer. Pour les passages à niveau qui n’ont fait l’objet d’aucun diagnostic, les gestionnaires de voirie ont jusqu’à avril 2024 pour l’établir. Ceux qui ont déjà réalisé un diagnostic ne seront concernés que par une «  mise à jour », entre 2 et 5 ans après la parution du décret. 

Lire la suite...

La Commission européenne a donné son feu vert à l’indemnisation des exploitants, publics ou privés, de remontées mécaniques des stations de ski fermées du fait de la crise sanitaire. L’État propose ce dispositif pour couvrir les charges fixes à hauteur de 49 % du chiffre d’affaires annuel (calculé sur la base des exercices clos pour 2017, 2018 et 2019). Les 5 commissariats de massif de l’ANCT instruiront les demandes des exploitants. Pour en bénéficier, ces derniers doivent déposer leur dossier au plus tard le 30 juin prochain. Demander une aide.

Lire la suite...

À partir du 1er juillet 2021, les décharges devront être équipées de système de vidéosurveillance afin de contrôler le dépôt de déchets par les usagers (décret n° 2021-345 du 30 mars 2021). Cette obligation concerne les installations de stockage ou d’incinération des «  déchets non dangereux non inertes », en application de l’article 116 de la loi du 10 février 2020 sur l’économie circulaire.

Lire la suite...

À compter du 1er janvier 2022, la traçabilité des «  déchets et des terres excavées et sédiments » sera renforcée, comme l’exige le décret n° 2021-321 du 25 mars 2021 (JO du 27/03) pris pour application de la règlementation européenne. De «  nouvelles sanctions pénales » sont prévues pour les professionnels qui manqueraient de les respecter (lire Maire info du 30 mars).

Lire la suite...
AVRIL 2021- n°389

Les collectivités doivent produire des logements sociaux et favoriser la mixité sociale. Maires de France rappelle les objectifs qui leur sont fixés et leurs conditions de réalisation. Par Fabienne Nedey

Le logement social tient une place particulière dans la politique de l’habitat. La compétence, partagée entre l’État, les collectivités territoriales et les organismes de logements sociaux, se traduit dans différents outils de planification que sont notamment les programmes locaux de l’habitat (PLH) et les accords collectifs départementaux ou intercommunaux. Les obligations qui s’imposent aux communes visent non seulement à atteindre un certain niveau de production de logements locatifs sociaux, mais aussi à favoriser la mixité sociale.    

Lire la suite...

Mise à jour le 18 février, la foire aux ­questions (FAQ) du gouvernement relative à la gestion de l’épidémie dans la fonction publique territoriale porte notamment sur les masques artisanaux, les interactions sociales, la prise des repas dans un restaurant collectif, la gestion des agents vulnérables et des agents malades, la tenue des instances de dialogue social. L’AMF tient aussi à jour un dossier spécial sur la fonction publique territoriale.

Lire la suite...

Dans un courrier adressé, le 22 février, au président de l’AMF, François Baroin, la présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), Marie-Laure Denis, rappelle aux maires que l’utilisation des drones n’est pas permise dans le cadre de missions de sécurité publique ou civile. Elle leur demande de «  s’abstenir d’utiliser ces dispositifs » tant qu’un cadre juridique n’a pas été adopté par le législateur, sous peine de sanctions. «  En l’état actuel, aucune disposition ne permet à des acteurs publics de recourir à des caméras (à distinguer des caméras de vidéoprotection ...

Lire la suite...

Un arrêté du 22 février 2021 publié au Journal officiel du 24 février ajoute à la liste des pièces admises pour justifier son identité lors du vote «  le permis de conduire rose cartonné édité avant le 19 janvier 2013 » et ce, jusqu’au 19 janvier 2033. À partir de cette date, seul le permis au format carte de crédit sera valable, non seulement pour voter dans les communes de plus de 1 000 habitants (aucun document d’identité n’étant exigé pour voter dans les communes de moins de 1 000 habitants), mais aussi en tant que permis de conduire.  

Lire la suite...

La loi du 27/12/2019 «  engagement et proximité » a rendu obligatoire la prise en charge, par les communes de moins de 3 500 hab., des frais de garde ou d’assistance des élus. L’État leur compense cette charge nouvelle. Une instruction de la DGCL du 15/02/2021 (réf. 21-002468-D) précise les conditions de remboursement. Le décret n° 2021-258 du 09/03/mars 2021 (JO du 10) fixe les modalités de remboursement des frais engagés par les élus (y compris ceux des EPCI) en situation de handicap (lire Maire info du 10/03).

Lire la suite...

1er janvier 2022. C’est la date à laquelle la réglementation environnementale 2020 (RE2020), visant à réduire l’empreinte carbone de la filière du bâtiment, devrait s’appliquer. La réglementation «  concernera (…) les logements dont les permis de construire seront déposés postérieurement (au 1er janvier 2022) », a précisé le gouvernement (lire Maire info du 22/02/2021). 

Lire la suite...

30 juin 2021 : c’est la date butoir permettant aux collectivités de procéder à l’étalement, jusqu’à cinq ans, de certaines dépenses exceptionnelles liées à la crise sanitaire. Objectif : limiter leur impact sur les budgets locaux en créant un compte dédié. Toutes les dépenses directement liées à la Covid-19, hors frais de personnel, sont éligibles à ce dispositif. www.amf.asso.fr, réf. BW40602.

Lire la suite...

Dans une instruction du 18 février 2021 (NOR: INTV2100971J), le gouvernement souhaite créer en 2021 – et en partenariat avec les collectivités – 14 000 logements pour accueillir les réfugiés. Il propose aux élus de signer des contrats d’accueil et d’intégration des réfugiés «  dans les zones rurales et avec les plus petites villes » afin de permettre «  la captation de logements dans ces territoires, associée à des ­projets d’intégration sur le long terme alliant emploi, mobilité et engagement citoyen ». L’État mobilise 11 millions d’euros sur ce dispositif et ­s’appuie sur la Délégation interministérielle ...

Lire la suite...

Un arrêté a abaissé de 100 à 80 € HT par heure et par élu local le plafond des frais pédagogiques que les organismes de formation peuvent facturer dans le cadre du droit individuel à la formation des élus locaux (DIFE). Commentaire : la mesure vise, sans augmenter les cotisations dues au fond de financement du DIFE (1 % du montant annuel brut des indemnités de fonction des élus locaux, représentant une somme annuelle d’environ 18 M€), à permettre à un plus grand nombre d’élus de bénéficier du dispositif

Lire la suite...
MARS 2021- n°388

Les policiers municipaux peuvent utiliser jusqu’à cette date limite, fixée par le décret n° 2020-1775 du 29 décembre 2020 (JO du 31/12), les revolvers de type Magnum 357 appartenant à la police nationale et mis à disposition des communes par l’État en 2015, sous certaines conditions de formation et d’entraînement. Elles devront ensuite les rendre ou les acquérir. Xavier Brivet

Lire la suite...

La loi n° 2021-85 du 29/01/2021 visant à définir et protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises (JO du 30/01) modifie l’article L110-1 du Code de l’environnement en intégrant à la notion de «  patrimoine commun de la nation » les «  sons et les odeurs de la campagne ». Ce texte devrait permettre de réguler les conflits à ces sujets, même si la loi n’empêche pas une personne d’attaquer un ­voisin pour trouble anormal du voisinage.  Xavier Brivet

Lire la suite...

Dans la perspective des élections régionales et départementales, prévues les 13 et 20 juin 2021, le décret n° 2021-118 du 04/02/2021 (JO du 5/02) prévoit qu’«  une même personne peut exercer les fonctions de président des deux bureaux de vote prévus pour chacun de ces scrutins lorsque les opérations électorales se déroulent dans la même salle et que celle-ci a été aménagée pour éviter tout risque de confusion dans l’esprit des électeurs ». Si les maires font ce choix, il y aura donc bien deux bureaux de vote, mais un seul président et un seul secrétaire. Dans les communes équipées de machines à ...

Lire la suite...

La grippe aviaire qui frappe le Sud-Ouest permet de rappeler que le maire doit procéder au recensement des propriétaires d’oiseaux. Selon l’arrêté du 24/02/2006 (JO du 25/02), les maires doivent tenir à disposition des préfets, pour leur commune, «  la liste des détenteurs d’oiseaux s’étant déclarés sur le territoire de leur commune », en l’actualisant. Sont concernés tous les «  détenteurs non commerciaux » de volailles (basse-cour) ou d’autres oiseaux élevés en extérieur, qui doivent remplir un formulaire Cerfa (15472*01) et le déposer en mairie. Xavier Brivet

Lire la suite...

Le dispositif Justif’Adresse est généralisé à tout le territoire métropolitain depuis le 1er février 2021. Il simplifie les procédures de pré-demande dématérialisée des cartes d’identité et passeports en confiant à l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) le soin de vérifier l’adresse fournie par le demandeur, si ce dernier l’y autorise. En mairie, l’agent n’est plus obligé de vérifier la cohérence entre l’adresse saisie et le justificatif présenté. https://medias.amf.asso. fr/upload/files/Guide_Justif_Adresse(1).pdf

Lire la suite...

L’ordonnance n° 2021-141 du 10 février 2021 prolonge, jusqu’au 31 mai, la trêve hivernale en ­permettant de suspendre «  toute mesure d’expulsion non exécutée, à moins que le relogement des intéressés soit assuré dans des conditions suffisantes respectant l’unité et les besoins de la famille ». Cette trêve hivernale n’est pas censée s’appliquer à la procédure administrative d’évacuation forcée en cas de squat. Ce texte reporte aussi, du 31 mars au 31 mai, «  la fin de la période durant laquelle les fournisseurs d’énergie ne peuvent procéder, dans une résidence principale, à ...

Lire la suite...

L'organisation d'un service de police municipale et les modalités de son fonctionnement sont fixées par le Code de la sécurité intérieure (CSI, articles L.511-1 et suivants, L.512-1 et suivants, L.513-1, L.514-1, L.515-1). Par Fabienne Nedey

Les maires sont libres de créer ou non une police municipale et d’en définir la taille, l’équipement et la doctrine d’emploi, dans la limite des compétences que la loi leur accorde. Une proposition de loi, en cours de discussion au Parlement, formule des pistes d’évolution des polices municipales (lire ci-contre). Dans le cadre du «  Beauvau de la sécurité », engagé en février par le gouvernement, l’AMF a souligné que la police municipale «  doit agir en complémentarité des forces de police ou de gendarmerie et non en substitution, au besoin via une contractualisation accrue ». Dans le cadre de cette concertation, elle demande qu’une table ronde ou un moment d’échange soit plus spécifiquement dédié aux polices municipales, pour mener une réflexion globale sur la place qui pourrait être la leur à moyen terme au sein du continuum de sécurité et la forme que pourraient prendre leur coordination et leur action avec les forces de sécurité intérieure (www.amf.asso.fr, réf. BW40559). Dans ce contexte, Maires de France rappelle les règles de création et de gestion de ce service.  

Lire la suite...
FEVRIER 2021- n°387

La loi de finances pour 2021 met en œuvre l’automatisation du Fonds de compensation de la TVA (FCTVA). À compter des dépenses 2021, une procédure informatisée permet un calcul automatique du FCTVA à partir des imputations comptables des dépenses des collectivités. Un arrêté a défini la liste des comptes retenus dans l’assiette éligible. Le versement du FCTVA sera automatisé dès 2021 uniquement pour les collectivités bénéficiant du fonds l’année même de la dépense. Elle interviendra à partir des attributions 2022 pour celles percevant le FCTVA sur les dépenses de l’année N-1 ou en 2023 pour celles le percevant sur ...

Lire la suite...

Prévue par un règlement européen de 2019, la carte nationale d’identité électronique (CNIe) sera obligatoire à compter du 2 août 2021. À partir de là, aucune carte «  ancienne » ne pourra être délivrée par une mairie. D’un format carte de crédit, la CNIe est très sécurisée. Les modalités d’instruction et de délivrance sont identiques à celles du passeport. Les empreintes du citoyen devront figurer dans le fichier national. Les CNI actuelles seront valides jusqu’en 2031. L’État prévoit un déploiement progressif de la CNIe dès mars 2021. Il a lancé en janvier une enquête auprès ...

Lire la suite...

L’AMF publie un « panorama des principales mesures » de la loi n°2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique qui regroupe l’ensemble des mesures applicables à la FPT, classées en fonction de leur date d’entrée en vigueur passée et à venir (2021, 2022 et 2023). Un précieux document pour les employeurs publics, qui, cette année, doivent définir les lignes directrices de gestion de leurs agents (www.amf.asso.fr, réf. BW40505).

Lire la suite...

Le Parlement devait adopter, fin janvier, le projet de loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er/06/2021. Les mesures dérogatoires en matière de réunions des organes délibérants, fixées par la loi du 14/11/2020 autorisant la prorogation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16/02/2021, devraient aussi être prolongées jusqu'au 1er juin : possibilité de réunir les assemblées délibérantes « en tout lieu », sans public ou avec un public restreint, par visio ou audio-conférence ; baisse du quorum au tiers des membres présents ; possibilité pour les élus présents d'être porteurs de deux mandats.& ...

Lire la suite...

Les communautés de communes ont jusqu’au 31 mars pour décider si elles veulent (ou non) devenir autorités organisatrices de la mobilité. À partir de la délibération actant le choix de l’EPCI, les conseils municipaux disposent de trois mois (30 juin maximum) pour se prononcer sur le transfert qui entrera en vigueur au plus tard le 1er juillet 2021 (lire Maires de France n° 386 de janvier 2021, pp. 30-31). C’est aussi à cette date que les CC et les CA exerceront la compétence PLU, sauf si les communes s’y opposent entre le 1er avril et le 30 juin (lire Maires de France n° 386 de janvier 2021, p. 32). 

Lire la suite...

C’est au 30 juin 2021 que les collectivités devront avoir signé avec le préfet un contrat de relance et de transition écologique, à l’échelle d’un EPCI, d’un pays, d’un pôle d’équilibre  territorial et rural, d’un parc ­naturel régional. Ce contrat est signé pour la durée du mandat municipal. Une circulaire du 20 novembre 2020 en a précisé le contenu (https://bit.ly/2LPnidI). 

Lire la suite...

La loi du 7 décembre 2020 d'accélération et de simplification de l'action publique (ASAP) est porteuse d'évolutions pour les collectivités. Par Fabienne NEDEY

L’ambition initiale de cette loi était de faciliter l’accès aux services publics, mais elle s’est vue adjoindre une multitude de dispositions de simplification des procédures, dans le but affiché d’accélérer la relance de l’économie. Des experts ont alerté sur certains volets dérégulateurs de cette loi, dénonçant notamment «  un démantèlement » de la réglementation environnementale. Mais les principales dispositions incriminées ont été validées par le Conseil constitutionnel, dans sa décision du 3 décembre 2020.  

Lire la suite...

Dans une circulaire, le ministre de la Justice demande aux procureurs de promouvoir une « justice de proximité, déclinée dans une acceptation géographique, temporelle et institutionnelle » pour répondre à la petite délinquance qui « altère la tranquillité publique, dégrade les conditions de vie et donne l’impression d’une impunité de ses auteurs »

Lire la suite...
JANVIER 2021- n°386

L’ordonnance n° 2020-1507 du 2 décembre 2020 « adaptant le droit applicable au fonctionnement des établissements publics et des instances collégiales administratives pendant l’état d’urgence sanitaire » permet aux CCAS et CIAS de réunir leurs instances en visio-conférence jusqu’à la fin de l’état d’urgence, prévue le 16 février 2021. Ces réunions dématérialisées ne peuvent donner lieu à des votes à bulletin secret. L’ordonnance prévoit donc que les mandats qui arrivent à échéance peuvent être prorogés jusqu’au 30 avril prochain au plus tard.

Lire la suite...

Au 1er janvier 2022, en application du décret du 28/11/2018, les collectivités et établissements publics devront avoir basculé sur le nouveau fichier de la déclaration sociale nominative (DSN), qui remplacera les déclarations sociales (Pasrau, DUCS). Les communautés de communes, les communes de plus de 100 agents et les établissements de plus de 350 agents au 31/12/2017 devaient s’y conformer à compter du 1er/01/2021. Ils devront déposer leur première DSN, portant sur les rémunérations de janvier 2021, le 5 ou le 15 février 2021 au plus tard, selon la DGCL. Les communes de moins de 100 agents et les établissements de moins de 350 agents devront le faire au plus tard le 1er/01/2022. ...

Lire la suite...

Instaurée par la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019, l’obligation pour les collectivités locales et leurs groupements d’élaborer un « rapport social unique » est entrée en vigueur le 1er janvier. Ce rapport, qui rassemble les éléments et données à partir desquels sont ­établies les lignes directrices de ­gestion de chaque collectivité, doit être établi « chaque année au titre de l’année civile écoulée » et présenté devant ­l’assemblée délibérante. Le décret n° 2020-1493 du 30 novembre 2020 en fixe les modalités de réalisation. Les trois ...

Lire la suite...

La collecte du recensement qui aurait dû débuter le 21 janvier sera reportée à 2022, pour des raisons de sécurité sanitaire, a annoncé l’Insee, fin novembre, après concertation avec l’AMF. Ce sont les communes du groupe C qui auraient dû être recensées en 2021, ainsi que le groupe S (les communes de 10 000 hab. et plus). Elles le seront en 2022. Tout le calendrier est décalé d’un an : le groupe D, qui devait être recensé en 2022, le sera en 2023, etc. L’Insee publiera fin 2021, comme chaque année, les chiffres de populations légales de chaque commune.

Lire la suite...

Dans le prolongement de la signature en 2018 de la charte Droit de cité pour l’accueil des chapiteaux de cirque et autres structures culturelles itinérantes accueillant du public dans les communes, un guide pratique des bons usages est publié par Artcena, Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre, avec la collaboration de l’AMF. Il donne aux élus les repères juridiques indispensables pour faciliter l’accueil des structures itinérantes sur leur territoire, depuis le projet d’installation jusqu’au déroulement du spectacle et la mise en place d’actions de médiation. (www.amf.asso.fr, réf. BW40434).

Lire la suite...

Maires de France rappelle le cadre d'action et les outils à la disposition des élus pour agir dans le champ préventif, avec les services de l'État. Par Fabienne Nedey

Le président de la République a rappelé, dans un discours du 22 mai 2018, que la politique de prévention de la radicalisation repose sur la mobilisation de tous, y compris des collectivités locales, importants « capteurs » de terrain, pour mieux déceler les signaux faibles de radicalisation et assurer la prise en charge des individus suivis.  

Lire la suite...
Décembre 2020- n°385

La DGCL a actualisé, en novembre, sa « foire aux questions » (https://medias.amf.asso.fr/upload/files/FAQ_FPT_5_nov.pdf) relative à la gestion des agents dans le cadre de l’épidémie de covid-19 (protection des personnes vulnérables, gestion des cas contact, mise en autorisation spéciale d’absence, organisation des services, télétravail, etc.). Par ailleurs, l’AMF a publié sur son site une synthèse des mesures d’actualité concernant la fonction publique territoriale (www.amf.asso.fr, espace «  Crise sanitaire Covid-19-Informations et conseils », rubrique « Personnels »).

Lire la suite...

En application de la loi n°2019-828 du 6 août 2019 (article 30), avant le 1 er janvier 2021, les maires et présidents d’EPCI vont devoir arrêter les lignes directrices de gestion (LDG), c’est-à-dire déterminer la stratégie pluriannuelle de pilotage des ressources humaines et les orientations générales en matière de promotion et de valorisation des parcours de leurs personnels. La DGCL a rédigé une fiche sur le sujet à l’attention des employeurs publics. www.amf.asso.fr (réf. CW40369). La FNCDG a aussi publié un Guide d’accompagnement à l’élaboration des LDG et un autre guide méthodologique avec 38 fiches (www.fncdg.com).

Lire la suite...

La Direction générale des collectivités locales (DGCL) a réactualisé, en novembre, sa fiche relative aux impacts du covid-19 sur le droit funéraire. Elle rappelle les principales règles que les collectivités doivent respecter : interdiction des soins de conservation sur les défunts « décédés avérés ou probables du covid-19», encadrement des cérémonies, règles relatives à l’inhumation, à l’accès aux chambres funéraires et aux crématoriums, création de dépositoires pour les cercueils, etc. La DGCL rappelle que le rôle du maire en tant qu'officier d'état civil ne doit aucunement s’interrompre ...

Lire la suite...

Un projet de loi actuellement soumis à l’examen du Conseil national de la transition écologique prévoit de réformer le Code minier. Ce texte, qui devrait être discuté au Parlement en 2021, habilite le gouvernement à prendre par ordonnance les mesures législatives nécessaires à son actualisation. Il comprend des dispositions relatives à la gestion des ressources, l’amélioration de la concertation, la gestion des risques post-exploitation, la lutte contre l’orpaillage illégal et l’encadrement des projets miniers de petite taille.

Lire la suite...

La prévention des inondations repose sur un partenariat étroit entre l'État et les collectivités locales. Le maire a un rôle clé en la matière. Par Fabienne Nedey

Deux tiers des communes sont concernées par au moins un risque naturel, le plus important étant l’inondation : 17 millions de Français sont exposés aux inondations par débordement de cours d’eau et 1,4 million au risque de submersion marine.

Lire la suite...
Novembre 2020- n°384

Des mesures de la loi du 30 octobre 2018 sont entrées en vigueur en 2020. D'autres échéances se rapprochent, notamment en janvier 2022.

La loi n° 2018-938 du 30 octobre 2018 pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous (dite loi ­Egalim) ainsi que l’ordonnance du 21 octobre 2019 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire ont instauré un ensemble de nouvelles mesures dans la restauration collective. 

Lire la suite...

La liste des communes éligibles à la dotation de biodiversité ainsi que le montant attribué à chacune d’elles sont désormais disponibles sur le portail www.collectivites-locales.gouv.fr. Cette dotation, ­instituée par l’article 252 de la loi de finances pour 2020, s’élève à 10 millions d’euros et concerne les communes de moins de 10 000 habitants dont le territoire fait partie pour une proportion significative d’un site  « Natura 2000 » ou se trouve dans un cœur de parc national ou en bordure d’un parc naturel marin. Pour 2020, 1 534 communes en bénéficient. Ces crédits seront reconduits en 2021.  

Lire la suite...

La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (AGEC) crée quatre nouvelles catégories de déchets qui vont faire l’objet de collectes séparées : les déchets de construction ou de démolition (particuliers et artisans), les jouets, les articles de sport et de loisir, les articles de bricolage et de jardin.  Ces nouvelles filières nécessitent l’installation de réceptacles supplémentaires dans les déchèteries. Ces dernières doivent aussi comprendre une zone de dépôt destinée aux ­produits pouvant être réemployés. ­Lorsqu’une personne morale relevant de l’économie ...

Lire la suite...

Rapport sur les contractuels

Entre 2010 et 2017, la hausse du nombre de contractuels a été trois fois plus rapide que celle des agents titulaires, répondant aux besoins de flexibilité des administrations et à des difficultés constatées dans le recours aux agents titulaires. Alors que la loi de transformation de la fonction publique vise notamment à faciliter leur recrutement, la Cour des comptes formule 5 recommandations pour mieux organiser la coexistence entre agents titulaires et contractuels, dans un rapport consultable sur www.ccomptes.fr  

Lire la suite...

Le Gart a publié, début octobre, une version réactualisée de son guide décryptant les principales ­dispositions de la loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d’orientation des mobilités impactant les autorités organisatrices (AOM). Celle-ci comporte notamment la liste actualisée des textes d’application de la loi (www.gart.org). L’AMF et AGIR ont aussi publié 14 courtes vidéos décryptant les principales dispositions de la loi (www.amf.asso.fr, réf. BW40235). Pour mémoire, les communautés de communes ont jusqu’au 31 mars 2021 pour délibérer sur la prise de compétence organisation de la mobilité, dont la prise d’effet est fixée ...

Lire la suite...

La programmation pluriannuelle de l’énergie pour 2019-2023 et le plan de relance (2020-2022) fixent des objectifs très ambitieux aux propriétaires publics et privés en terme de rénovation énergétique des bâtiments. Le bloc communal peut et doit, dans ­certains cas, intervenir pour améliorer la performance énergétique de son propre patrimoine et de ses logements. Dans une note publiée sur son site, l’AMF ­rappelle les objectifs et leur calendrier d’application, et recense les principaux dispositifs et instruments financiers mobilisables par les collectivités. www.amf.asso.fr  

Lire la suite...
Octobre 2020- n°383

Dans le contexte de la crise économique consécutive à l'épidémie de covid-19,  Maires de France rappelle les champs d'intervention des collectivités et de leurs EPCI.

Depuis le début de la crise sanitaire, pour limiter les dommages économiques et sociaux, le gouvernement a mis en place des mesures de soutien aux entreprises. Elles se sont notamment traduites par la création d’un fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de l’épidémie de covid-19. L’ordonnance n° 2020-317 du 25 mars 2020 qui a créé ce fonds organise les modalités de son financement par l’État et les régions, ainsi que les collectivités territoriales et EPCI à fiscalité propre volontaires. En cela, ce dispositif exceptionnel a introduit une dérogation ponctuelle à la répartition des compétences en matière économique : le bloc communal peut ainsi financer, par convention avec l’État, des aides aux entreprises en dehors de sa compétence habituelle. En dehors de ce dispositif, les interventions économiques des collectivités et de leurs groupements relèvent du droit commun. Il est utile d’en rappeler ici le cadre, car il a beaucoup évolué ces dernières années. La loi NOTRe du 7 août 2015, en particulier, a bouleversé les rapports entre collectivités territoriales dans le champ économique, confiant de nouvelles compétences aux régions, organisant une montée en charge des compétences des EPCI et redéfinissant les compétences attribuées à chaque échelon.

Lire la suite...

Pour surmonter les dépenses exceptionnelles engagées par les collectivités dans le cadre de la crise sanitaire et lisser leur impact budgétaire, le gouvernement permet aux collectivités d'avoir recours à différents dispositifs budgétaires et comptables, optionnels, qui peuvent être cumulés. Une circulaire en détaille les modalités.

Permission d’étaler certaines charges sur cinq ans

Lire la suite...

Une instruction fixe les orientations pour les années 2020 et 2021 concernant l’accueil, l’hébergement, le logement et l’accompagnement des personnes les plus vulnérables, dans le cadre de la mise en œuvre de l’acte II du plan quinquennal pour le « logement d’abord » (2018-2022), qui entend proposer aux sans-abris des logements stables et durables (logements très sociaux, places en pensions de famille, intermédiation locative)

Lire la suite...
Septembre 2020- n°382

Maires de France rappelle les responsabilités et moyens d'action respectifs du maire et du président d'EPCI en matière de collecte et traitement des déchets.

L’article L. 541-1 du Code de l’environnement, modifié par la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, rappelle les principes de l’économie circulaire appliqués à la gestion des déchets et pose ainsi le cadre d’intervention, notamment des collectivités locales, en la matière. Il s’agit de prévenir la production de déchets, réduire leur nocivité dès la conception, la fabrication et la distribution des produits, et de favoriser le réemploi afin de diminuer les prélèvements sur les ressources naturelles. Il convient aussi de respecter la hiérarchie des modes de traitement ...

Lire la suite...

En application de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019, un décret définit les modalités de mise en œuvre du financement des contrats d’apprentissage dans la fonction publique territoriale. Il s’applique aux contrats conclus après le 1er janvier 2020, pour lesquels le CNFPT prendra en charge 50 % des frais de formation des apprentis employés par les collectivités territoriales et les établissements publics qui en relèvent, qui financent l’autre moitié. Commentaire : malgré la vive opposition des représentants des élus au Conseil national d’évaluation des normes (CNEN) quand ce projet de décret lui a été présenté, ...

Lire la suite...

Communes déficitaires : nouveau calendrier pour la procédure de constat de carence

La crise sanitaire, le confinement et le report du deuxième tour des élections municipales ayant bouleversé les échéances initiales, une instruction est venue détailler le nouveau calendrier de la procédure de carence à mener en 2020 pour les communes déficitaires en logements sociaux. Ces procédures de constat de carence ont débuté par la phase d’échanges contradictoires d’une durée de deux mois : elle a été engagée le 30 juin pour les communes n’ayant pas atteint leurs objectifs triennaux de logements sociaux qui disposent d’un nouvel exécutif élu fin mai, le 10 juillet pour celles dont le conseil municipal a été élu ...

Lire la suite...

Le versement mobilité remplace le versement transport

Deux décrets d’application de la loi d’orientation des mobilités (LOM) toilettent les textes législatifs et réglementaires. Le terme de « versement transport » disparaît, remplacé par celui de « versement destiné au financement des services de mobilité » (dit « versement mobilité » ou VM). L’article D2333-86 du CGCT, réécrit, précise que le VM ne peut être levé que « si au moins un service régulier de transport de personnes est organisé » et il redéfinit les dépenses y ouvrant droit. Pour le reste, le VM est toujours un impôt payé par ...

Lire la suite...

Une circulaire du ministère de la Justice rappelle aux procureurs de la République leurs obligations vis-à-vis des maires, qui ont été renforcées par la loi « engagement et proximité » du 27 décembre 2019. Ainsi, à la suite du renouvellement des conseils municipaux, le préfet et le ou les procureurs territorialement compétents doivent en premier lieu recevoir les maires du département afin de leur présenter les attributions qu’ils exercent au nom de l’État, comme officiers de police judiciaire (OPJ) et de l’état civil (OEC). Cette rencontre devra se tenir à partir de septembre, « dans les meilleurs délais ».  D’autres dispositions ...

Lire la suite...
Juillet-août 2020- n°381

Les conditions de réouverture des fêtes foraines sont précisées

Dans une fiche thématique, la cellule interministérielle de crise a défini un cadre pour la réouverture des fêtes foraines à compter du 2 juin. Les conditions s’apprécient au regard du classement possible de ces manifestations, ou d’une partie d’entre elles, dans certaines catégories d’ERP et en application du décret n° 2020-663 du 31 mai 2020, auquel cas leur accès est seulement interdit dans les territoires en zone orange. Catégorie d’ERP. La fiche indique que les manèges situés en plein air ne sont pas considérés comme des ERP. Une fête foraine non délimitée par une enceinte ne constitue pas non plus un ERP dans son ensemble : dans ...

Lire la suite...

Dans une fiche thématique, la cellule interministérielle de crise a défini un cadre pour la réouverture des fêtes foraines à compter du 2 juin. Les conditions s’apprécient au regard du classement possible de ces manifestations, ou d’une partie d’entre elles, dans certaines catégories d’ERP et en application du décret n° 2020-663 du 31 mai 2020, auquel cas leur accès est seulement interdit dans les territoires en zone orange. Catégorie d’ERP. La fiche indique que les manèges situés en plein air ne sont pas considérés comme des ERP. Une fête foraine non délimitée par une enceinte ne constitue pas non plus un ERP dans son ensemble : dans ...

Lire la suite...

Un décret introduit de nouvelles dispositions relatives aux polices municipales, notamment concernant leur armement.  Expérimentation. Le texte prolonge, jusqu’au 31 décembre 2020, la durée de l’expérimentation relative à l’utilisation par les agents de police municipale des révolvers chambrés pour le calibre 357 magnum prévue par un décret du 29 avril 2015.  Code de la sécurité intérieure. Le décret apporte des modifications à la partie réglementaire du Code de la sécurité intérieure : l’une précise que les policiers municipaux ne peuvent porter simultanément plus d’une arme à feu de poing de certaines ...

Lire la suite...

Deux décrets clarifient les conditions dans lesquelles les autorités organi- satrices de la mobilité (AOM) peuvent verser une allocation aux covoitureurs. L’un précise la nature des frais pouvant être subventionnés, l’autre le seuil de distance applicable aux très courts tra- jets. Selon la loi du 24 décembre 2019, l’allocation perçue ne pouvait en effet excéder les frais partagés entre conduc- teur et passagers. Avec une exception pour les très courtes distances : pour un déplacement inférieur à 15 km, dans la limite de deux déplacements par jour, un conducteur pourra se voir verser par l’AOM une allocation supé- rieure à ses frais réels. COMMENTAIRE ...

Lire la suite...

PLU, autorisation d'urbanisme, opération d'aménagement, fiscalité, droit de préemption..., Maires de France rappelle les principales dispositions.

L’exercice des compétences en matière d’urbanisme au sein du bloc local est plein de subtilités. Il faut en particulier différencier ce qui relève de la planification (notamment l’élaboration du PLU, fréquemment transférée à l’EPCI) de la délivrance des autorisations d’urbanisme (qui reste généralement entre les mains du maire). Même en cas de transfert de la compétence PLU à l’EPCI, le maire conserve des responsabilités.  1. La compétence PLU Le PLU, outil fondamental d’aménagement de l’espace sur un territoire, est élaboré à l’initiative de la commune ou de l’EPCI compétent. ...

Lire la suite...
Juin 2020- n°380

Cinq textes sur l'égalité, le congé parental, le handicap et la « base concours »

Quatre décrets d’application de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019 sont parus, ainsi qu’un arrêté concernant la base de données dédiée aux concours de la fonction publique. Égalité professionnelle. Le premier décret concerne les plans d’action relatifs à l’égalité professionnelle que les collectivités territoriales et EPCI de plus de 20 000 habitants doivent établir avant le 31 décembre 2020. Ces plans visent, entre autres, à traiter les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes et à garantir l’égal accès des agents des deux sexes aux corps, cadres d’emplois, ...

Lire la suite...

Des nouveautés sur l'armement des policiers municipaux et leur déontologie.

Un décret introduit de nouvelles dispositions relatives aux polices municipales, notamment concernant leur armement.  Expérimentation. Le texte prolonge, jusqu’au 31 décembre 2020, la durée de l’expérimentation relative à l’utilisation par les agents de police municipale des révolvers chambrés pour le calibre 357 magnum prévue par un décret du 29 avril 2015.  Code de la sécurité intérieure. Le décret apporte des modifications à la partie réglementaire du Code de la sécurité intérieure : l’une précise que les policiers municipaux ne peuvent porter simultanément plus d’une arme à feu de poing de certaines ...

Lire la suite...

Un arrêté paru tardivement, le 30 avril, fixe enfin les règles en matière d’épandage des boues issues du traitement des eaux usées urbaines pendant la crise sanitaire liée au covid-19.   Champ d’application : Ce texte s’applique aux boues dont l’épandage est régi par les articles R. 211-25 et suivants du Code de l’environnement, issues d’installations de traitement ou prétraitement biologique, physique ou physicochimique des eaux usées, ainsi qu’aux boues produites par des stations d’épuration d’installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) soumises à autorisation recevant des eaux résiduaires domestiques ...

Lire la suite...
mai 2020- n°379

Après la parution de l’ordonnance du 25 mars 2020 venue suspendre, pendant la période de l’état d’urgence sanitaire, les délais de réalisation de nombreuses obligations administratives, deux nouveaux décrets précisent les procédures, notamment à caractère environnemental, qui doivent, de manière dérogatoire (!), reprendre pour des motifs de sécurité, santé et salubrité publiques.  Il s’agit de prescriptions dont les délais expiraient au cours de la période d’état d’urgence sanitaire (augmentée d’un mois) ou dont le point de départ devait commencer à courir pendant cette période, et qui ...

Lire la suite...

Un décret précise la mise en œuvre des financements de la part territoriale de l’État octroyée précédemment par le biais du Centre national pour le développement du sport (CNDS) auquel l’Agence nationale du sport (ANS) a succédé. Le texte complète l’article R. 411-1 du Code du sport. Il indique que les fédérations sportives agréées, comme d’autres acteurs tels les collectivités locales et leurs groupements, peuvent recevoir un concours financier de l’Agence « dans les conditions fixées par des conventions annuelles ou pluriannuelles d’objectifs conclues avec l’ANS » concernant le développement de la haute performance ...

Lire la suite...

Un décret précise le dispositif Denormandie, instauré par la loi de finances pour 2019. Ce nouveau texte apporte des modifications sur la nature des travaux éligibles, notamment en incluant à part entière les « surfaces annexes » (garages, emplacements de stationnement, et diverses dépendances comme loggias, balcons, séchoirs extérieurs…). La version antérieure ne prévoyait en effet que « la création de surfaces habitables à partir de l’aménagement des surfaces annexes ». Le décret fait de ces surfaces annexes des bénéficiaires du dispositif (tous travaux éligibles, sauf ceux portant sur des locaux ou équipements ...

Lire la suite...
avril 2020- n°378

Des précisions sur plusieurs dispositions modernisant la législation.

Près de trois ans après la publication de l’ordonnance du 27 avril 2017 modernisant le régime des bibliothèques prévue par la loi LCAP du 7 juillet 2016, un décret vient préciser certaines de ses dispositions qui ont révisé une législation jugée obsolète. Avec ce toilettage juridique, la notion de « bibliothèque intercommunale » a notamment été introduite : elle n’apparaissait nulle part dans les textes relatifs aux bibliothèques. Documents patrimoniaux. Ce décret vise à renforcer la protection des collections patrimoniales, en précisant notamment leur définition. Les collectivités et leurs groupements doivent informer le ...

Lire la suite...

La loi "engagement et proximité" permet aux communautés de communes et d'agglomération de déléguer les compétences à une commune ou à un syndicat.

Depuis le 1er janvier 2020, les communautés d’agglomération exercent obligatoirement les compétences « eau », « assainissement » et « eaux pluviales urbaines ». Depuis cette date, l’eau et l’assainissement sont également des compétences obligatoires des communautés de communes, sauf si leurs communes membres ont activé une minorité de blocage. Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) peuvent également redéléguer tout ou partie de ces compétences à la demande d’une commune ou d’un syndicat. 1. Une minorité de blocage étendue La loi n° 2018-702 ...

Lire la suite...

Un décret pris pour application de l’article 22 de la loi n° 2019-774 du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et à la transformation du système de santé précise les modalités d’élaboration des projets territoriaux de santé (PTS), notamment celles visant à associer les élus locaux et les associations de patients agrées lors de la mise en place de ces PTS. Concertation locale. La communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) et l’établissement ou service de santé, social ou médico-social qui initient le PTS doivent solliciter au moins les maires, les présidents d’EPCI et les conseillers départementaux élus ...

Lire la suite...

Les actions éligibles aux crédits du FIPD entre 2020 et 2022

La circulaire relative au Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) fixe, dans un cadre désormais triennal, les orientations de cet instrument financier du gouvernement en matière de politiques de prévention. Outre la prévention de la délinquance et celle de la radicalisation, elle intègre dorénavant la lutte contre l’islamisme et le repli communautaire. Elle couvre les exercices budgétaires 2020 à 2022. Nouvelles priorités. La circulaire résume les priorités d’actions définies dans la stratégie de prévention de la délinquance 2020-2024. La prévention devra notamment s’étendre à des publics plus jeunes ...

Lire la suite...

Dans une circulaire datée du 10 décembre 2019 mais diffusée le 12 février 2020, le ministère de l’Intérieur indique aux préfets de zone de défense et aux préfets de département la marche à suivre pour mettre en place les « pactes capacitaires » qui visent à offrir une visibilité pluriannuelle sur les investissements et les budgets des services d’incendie et de secours, ainsi qu’à favoriser la mutualisation et la rationalisation de leurs moyens.  La démarche implique, notamment, de cartographier les risques complexes de sécurité civile et de recenser les moyens spécialisés des services, afin d’évaluer ...

Lire la suite...
mars 2020- n°377

Un décret d’application de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019 généralise à l’ensemble des collectivités, ainsi qu’à tous les cadres d’emplois de la fonction publique territoriale, les possibilités de recours à des emplois de fonctionnaires à temps non complet (TNC). Le décret est entré en vigueur au lendemain de sa publication. Commentaire : jusqu’à présent, en vertu d’un décret du 20 mars 1991, seules les communes de moins de 5 000 habitants, les centres départementaux de gestion ou les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) étaient autorisés à recruter en ...

Lire la suite...

La loi du 10 février 2020 crée notamment de nouvelles filières de recyclage et renforce les moyens de lutte contre les dépôts sauvages.

Le texte paru au Journal officiel du 11 février comporte 40 pages, 129 articles tandis que plus d’une centaine de décrets et arrêtés d’application sont attendus. La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, dont les débats se sont focalisés sur la consigne des bouteilles en plastique, comporte plusieurs mesures impactant les collectivités. Revue de détail.     1. Bâtiment Diagnostic gestion des produits, matériaux et déchets (article 51) : la loi impose la réalisation, à compter du 1er juillet 2021, d’un diagnostic gestion des produits, matériaux et déchets des bâtiments voués à ...

Lire la suite...

Une circulaire précise la doctrine de l’État en matière de protection des riverains contre les pesticides et fixe les règles pour l’élaboration des chartes locales. Les préfets doivent veiller à ce qu’une bonne concertation ait lieu dans le cadre des projets de chartes, en encourageant le dialogue et les solutions concertées, ainsi que la pédagogie. Sur les délais, la circulaire précise qu’un « cadre réglementaire stabilisé localement doit être élaboré dans un délai compatible avec les pre- miers traitements en 2020 ». En attendant, les chartes préexistantes peuvent être conservées, dès lors qu’elles sont ...

Lire la suite...

Dans son instruction, la ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne, demande aux préfets une mise en œuvre rapide du plan d’actions du gouvernement de mai 2019, en recommandant de privilégier les solutions permettant une sécurisation « plus rapide et moins coûteuse ».  Pour rappel, l’obligation de diagnostic de l’ensemble des passages à niveaux est inscrite dans la loi d’orientation des mobilités du 24 décembre 2019 : les préfets sont appelés à vérifier sa mise en œuvre.  Le plan prévoit « une réorientation des crédits vers des aménagements autres que la dénivellation ...

Lire la suite...
février 2020- n°376

La téléprocédure permettant l’édition en ligne des attestations d’inscription sur les listes électorales a été mise en place depuis le 1er janvier. Pour cela, un décret a modifié le Code électoral. Cette fonctionnalité est permise techniquement grâce à l’existence de l’outil « ISE » (pour : « interrogation de sa situation électorale »), disponible sur la plateforme « service-public.fr ». Cet outil permet à tout un chacun de vérifier s’il est bien inscrit sur la liste d’une commune et propose, d’un simple clic, de générer l’attestation d’inscription ...

Lire la suite...

Composition, missions, règles de fonctionnement : tout savoir sur les commissions de contrôle des listes électorales.

Trois lois du 1er août 2016 ont profondément rénové les modalités d’inscription sur les listes électorales (nouvelles règles de gestion des listes, création d’un répertoire électoral unique et permanent – le REU –, fin du principe de révision annuelle des listes…). Ces changements s’accompagnent du transfert au maire des compétences de l’ancienne commission administrative et de la création d’une commission de contrôle des listes dans chaque commune, qui contrôle a posteriori les décisions du maire en la matière. Cette commission vérifie la régularité de la liste électorale et statue sur les recours administratifs ...

Lire la suite...

Un décret met à jour le document-cadre fixant les orientations nationales en matière de préservation et remise en bon état des continuités écologiques (dites « trame verte et bleue »). Pour rappel, la trame verte et bleue est un réseau formé de continuités écologiques (des réservoirs de biodiversité reliés par des corridors biologiques) qui doit être pris en compte dans les documents de planification territoriale. Les orientations nationales en matière de trame verte et bleue doivent ainsi être déclinées dans le Sraddet (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des ...

Lire la suite...

Adoptée au terme d’une procédure législative accélérée, cette loi comporte des mesures visant la protection des victimes et les sanctions à l’encontre de leurs auteurs. En particulier, elle renforce l’ordonnance de protection des victimes créée par la loi du 9 juillet 2010 qui permet la mise en place de mesures d’urgence (éviction du conjoint violent, relogement de la victime, etc.), en cherchant à harmoniser des pratiques disparates sur la délivrance de cette ordonnance (conditions requises, délais, élargissement du champ de compétence du juge aux affaires familiales…). La loi comprend également des dispositions relatives au retrait de l’autorité ...

Lire la suite...

Adoptée au terme d'une procédure législative accélérée, cette loi comporte des mesures visant la protection des victimes et les sanctions à l'encontre de leurs auteurs.

Adoptée au terme d’une procédure législative accélérée, cette loi comporte des mesures visant la protection des victimes et les sanctions à l’encontre de leurs auteurs. En particulier, elle renforce l’ordonnance de protection des victimes créée par la loi du 9 juillet 2010 qui permet la mise en place de mesures d’urgence (éviction du conjoint violent, relogement de la victime, etc.), en cherchant à harmoniser des pratiques disparates sur la délivrance de cette ordonnance (conditions requises, délais, élargissement du champ de compétence du juge aux affaires familiales…). La loi comprend également des dispositions relatives au retrait de l’autorité ...

Lire la suite...
janvier 2020- n°375

Deux lois (une organique et une ordinaire) lèvent certaines incohérences du code électoral mais les changements ne s’appliqueront pas aux municipales de 2020.   Financement des campagnes : dans les circonscriptions de 9 000 habitants et plus, les candidats (plus précisément leur mandataire financier) pourront recevoir des dons par l’intermédiaire de prestataires de service de paiement par internet (type Paypal). Un décret en précisera les conditions. Les candidats tenus d’établir un compte de campagne seront ceux ayant dépassé le seuil de 1 % des suffrages exprimés ou ayant bénéficié de dons de personnes physiques. Le compte de campagne n’aura plus obligatoirement ...

Lire la suite...

Une circulaire précise la procédure à suivre par le préfet pour suspendre « au cas par cas », sous des conditions strictement définies, l’enregistrement et l’examen de demandes d’autorisation d’exploitation commerciale (AEC) pour des implantations à l’extérieur, mais à proximité, de secteurs d’intervention d’opérations de revitalisation du territoire (ORT), qui compromettraient ces dernières. La circulaire donne les clés aux préfets pour apprécier la situation. Elle pose toutes les étapes d’une décision qui s’inscrit dans le cadre de la procédure de demande d’AEC et se voit appliquer des ...

Lire la suite...

Une communauté de commune pourra devenir autorité organisatrice de la mobilité (AOM) au 1er juillet 2021 au plus tard. Elle devra délibérer en ce sens avant fin 2020.

La loi d’orientation des mobilités (LOM) du 24 décembre 2019 a été adoptée  au terme d’un parcours de plus de deux ans depuis les Assises des mobilités.  Une centaine de décrets et d’ordonnances sont annoncés dans les six prochains mois. Ce texte porte l’ambition de réformer en profondeur de nombreux pans de la mobilité. Il vise en particulier à supprimer les « zones blanches » en faisant en sorte que l’ensemble du territoire soit couvert par des autorités organisatrices de la mobilité (AOM), en réformant pour cela l’organisation et l’exercice effectif de cette compétence. La loi confirme les métropoles, communautés ...

Lire la suite...

Une nouvelle organisation de l'accueil des réfugiés à partir de janvier 2020

Une circulaire précise la nouvelle organisation de l’accueil des réfugiés réinstallés à compter du 1er janvier 2020. Elle s’accompagne d’une série d’annexes constituées d’une note de cadrage sur les nouvelles modalités d’accueil, un focus sur la clé de répartition régionale, ainsi qu’un bilan et les statistiques du programme de réinstallation de 2017 à 2019. Une organisation d’accueil déconcentrée. L’administration centrale continuera à piloter la phase amont des opérations de réinstallation relative à l’identification et à l’arrivée des personnes sur le territoire, en lien ...

Lire la suite...

Dans une circulaire, la ministre de la Justice demande aux procureurs de mettre en œuvre une politique pénale ferme et systématique en répression des actes commis à l’encontre des parlementaires et des élus locaux. Ils doivent rappeler aux services d’enquête l’obligation de recevoir et d’enregistrer les plaintes des élus, en leur réservant un accueil adapté. Pour les infractions les plus graves, un défèrement devra être privilégié et des peines de travail d’intérêt général, l’interdiction de paraître ou de séjour, l’affichage de la décision peuvent être requises. Pour les faits de moindre gravité, ...

Lire la suite...
Décembre 2019- n°374

Un décret relatif aux engins de déplacement personnel (EDP) comble le vide juridique existant sur les trottinettes électriques, gyropodes et autres overboards (planches à roulettes motorisées).

Il donne une définition précise de ces EDP et les ajoute dans divers chapitres du Code de la route. Il en fixe les caractéristiques techniques, et définit les équipements à porter par les conducteurs. Des règles générales de circulation. Le décret définit des règles de droit pour la circulation. Ainsi, en agglomération, les EDP doivent circuler sur les bandes ou pistes cyclables et, en l’absence de celles-ci, ils peuvent circuler sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 50 km/h, sur les aires piétonnes et sur les accotements équipés d’un revêtement routier. Hors agglomération, la circulation ...

Lire la suite...

Un décret met en place, à compter du 1er décembre, l'obligation pour les intermédiaires de location de meublés de tourisme (notamment les plateformes numériques type Airbnb, HomeAway...) de renseigner les maires sur les locaux loués.

Ces dispositions s’appliquent aux communes ayant soumis à déclaration préalable les locations meublées saisonnières. Le texte précise les modalités et la fréquence de transmission des informations qu’une commune peut réclamer. Une fois par année civile, le maire peut donc demander à ces intermédiaires la liste de tous les logements loués. Pour chaque local, les informations délivrées comprendront : l’adresse, le numéro de déclaration, le nombre de jours au cours desquels ce meublé de tourisme a fait l’objet d’une location par l’intermédiaire de la plateforme. Le délai de réponse est d’un mois, il court à ...

Lire la suite...

Dans la perspective des élections municipales des 15 et 22 mars 2020, focus sur quelques éléments clés et évolutions récentes concernant la préparation du scrutin.

A quatre mois du prochain scrutin municipal, Maires de France rappelle les éléments essentiels concernant la préparation des opérations de vote, en mettant en exergue les changements significatifs intervenus au cours de ces derniers mois. 1. Le répertoire électoral unique (REU) Le REU, piloté par l’INSEE aux seules fins de gestion des listes électorales, est opérationnel depuis janvier 2019. Ce système d’information intégré centralise les modifications réalisées sur les listes électorales, notamment par les communes. Il offre la possibilité de s’inscrire à n’importe quel moment sur les listes au cours des années sans scrutin, et ...

Lire la suite...

Une instruction pose le cadre de l'élaboration, de la mise en œuvre et du suivi des contrats de transition écologique (CTE). Sans contenir de grandes innovations, elle précise un certain nombre de points de méthode et inscrit, noir sur blanc, les principes clés.

Co-construction. Mis en place par une ou plusieurs intercommunalités, les CTE sont contractés pour une durée de trois ou quatre ans et co-construits à partir de projets locaux, entre les associations, les élus locaux (communes, intercommunalités, département et région), les entreprises, les syndicats, sur une période de six mois. « Tous les acteurs du territoire, publics comme privés, sont susceptibles d’y être associés dès lors qu’ils proposent un projet », note l’instruction. Le texte insiste sur le fait que « les acteurs socio-économiques, syndicaux et la société civile doivent être au cœur de l’élaboration des contrats ...

Lire la suite...
novembre 2019- n°373

La garantie individuelle du pouvoir d'achat prolongée en 2019.

Un décret a reconduit, pour la 11e année consécutive, la garantie individuelle du pouvoir d’achat (Gipa) qui permet aux agents (y compris à certains non titulaires), dont le traitement indiciaire brut évolue moins vite que l’inflation, de bénéficier d’une compensation de la perte de pouvoir d’achat. Ce texte détermine la période de référence prise en compte pour la mise en œuvre de la Gipa en 2019, ainsi que les taux et les valeurs du point retenus. Commentaire : la Gipa a été créée en 2008 pour compenser la perte de pouvoir d’achat sur le traitement des agents publics dans les trois fonctions publiques. En Conseil national d’évaluation ...

Lire la suite...

Le législateur devra corriger une faille juridique dans la loi du 5 juillet 2000.

Le Conseil constitutionnel a été saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) dont l’enjeu portait sur la conformité avec la Constitution de l’article 9 de la loi du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage.  Cette article 9 permet notamment au maire d’une commune ou au président d’un EPCI d’interdire le stationnement des résidences mobiles des gens du voyage et, en cas de stationnement irrégulier, de solliciter du préfet leur évacuation forcée, alors même que son territoire ne comporte aucune aire d’accueil. Rejet de la plupart des arguments soulevés Le Conseil constitutionnel a estimé ...

Lire la suite...

Précisions sur le dispositif prévu par la loi Élan.

Une instruction présente les modalités de déploiement du dispositif d’habitat inclusif prévu par l’article 129 de la loi Élan du 23 novembre 2018. L’instruction insiste sur la nécessaire « implication des collectivités », en particulier les départements, dans le dispositif. Définition et principe. L’habitat inclusif est défini comme une solution pour les personnes handicapées et âgées qui ne souhaitent pas être hébergées en établissement, veulent conserver un logement propre, mais qui ne sont pas assez autonomes pour vivre seules ou ne souhaitent pas se retrouver isolées. Il s’agit donc d’une solution intermédiaire, ...

Lire la suite...

La loi du 1er août 2019 a sécurisé juridiquement l'existence de l'Agence nationale du sport (ANS), créée en avril. Elle fait évoluer la gouvernance des politiques sportives.

La nouvelle gouvernance du sport, mise en œuvre à travers la création de l’Agence nationale du sport (ANS), s’inscrit dans un projet ambitieux pour revitaliser le sport en France : développer les pratiques sportives, garantir l’accès au sport dans les quartiers sensibles des villes et espaces ruraux, favoriser le développement de la pratique paralympique, multiplier le nombre de médaillés olympiques, promouvoir le sport au féminin…  Sur le papier, cette nouvelle gouvernance doit mettre fin à une politique nationale du sport pilotée exclusivement par l’État et organiser un partage des responsabilités entre les acteurs.  L’ANS doit apporter son concours ...

Lire la suite...

Les modalités des conventions d'appui à la lutte contre la pauvreté sont précisées.

L’État complète  les modalités de mise en œuvre des conventions d’appui à la lutte contre la pauvreté et octroie un surcroît de crédits aux départements parties prenantes du dispositif.   Crédits renforcés. L’enveloppe dédiée au soutien des actions en faveur des jeunes sortants de l’aide sociale à l’enfance (ASE) par les départements ayant contractualisé est augmentée de 20 %. Par ailleurs, une quinzaine de projets répondant au vade-mecum relatif au développement des actions de prévention spécialisée ont été retenus. Ces financements supplémentaires, impérativement versés ...

Lire la suite...
octobre 2019- n°372

La loi du 26 juillet 2019 impose l'instruction obligatoire à 3 ans, veut lutter contre les inégalités et crée un service public de l'école inclusive.

Le texte comprend des mesures phares, comme l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans, le renforcement de l’école inclusive, celui du contrôle de l’instruction dispensée à domicile, la possibilité offerte aux collectivités territoriales volontaires de s’associer pour créer des établissements à vocation internationale. 1. extension de l’instruction obligatoire  • Instruction obligatoire à 3 ans (art. 11 à 14).La loi impose l’obligation d’instruction des enfants à partir de 3 ans à compter de la rentrée 2019, avec une possibilité d’aménagement du temps de présence en petite ...

Lire la suite...

En instaurant l'instruction obligatoire à 3 ans, la loi du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance a contraint à revoir les règles concernant les jardins d'enfants, l'instruction à domicile et dans les établissements hors contrat.

Jardins d’enfants. Un décret indique que le contrôle de l’obligation scolaire, de la fréquentation et de l’assiduité dans les jardins d’enfants s’effectue dans les mêmes conditions que pour les écoles.  Le responsable de ces structures est assimilé à un directeur d’école. Un deuxième décret indique que les jardins d’enfants sont assimilés à des établissements d’enseignement privé hors contrat pour ce qui est du contrôle du contenu des connaissances requises des élèves : une précision soulevant des interrogations (encadrement, lien avec l’Éducation nationale…). Enseignement à domicile. ...

Lire la suite...

Un décret attendu depuis des mois est venu remanier de façon significative la réglementation relative aux ouvrages de protection contre les inondations, issue du décret digues du 12 mai 2015.

Possibilité de report. Le texte ouvre la possibilité de reporter des échéances majeures concernant la gestion des digues et l’exercice de la Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), imposées par ce précédent texte de 2015. Ce dernier exige en effet des collectivités en charge de la Gemapi qu’elles déposent auprès des services de l’État les demandes d’autorisation administrative pour les digues classées A et B avant le 31 décembre 2019, et avant le 31 décembre 2021 pour celles classées C. Le dépôt de ce dossier constitue une étape capitale de la montée en charge de la Gemapi, car, à cette occasion, ...

Lire la suite...

Une instruction du gouvernement enjoint aux services déconcentrés de l'État d'être plus proactifs et plus fermes avec les collectivités territoriales dans la lutte contre l'artificialisation des sols.

Les préfets doivent proposer un accompagnement de proximité aux collectivités pour la prise en compte du sujet dans les stratégies d’aménagement, lors de la définition des projets et dans leur mise en œuvre. Ils doivent mobiliser les nouveaux outils créés par la loi Élan : projets partenariaux d’aménagement (PPA), grandes opérations d’urbanisme (GOU), opérations de revitalisation des territoires (ORT), et inviter les maires à utiliser les nouveaux bonus de constructibilité (pour transformer des bureaux en logements notamment). La circulaire indique que « l’État doit être très présent dans le processus d’élaboration des ...

Lire la suite...
septembre 2019- n°371

Le Premier ministre fait le point, dans une circulaire, sur la réforme de l'organisation territoriale de l'État.

Les objectifs poursuivis sont de : clarifier et mieux articuler les compétences de l’État avec celles des collectivités territoriales, des opérateurs et des acteurs hors de la sphère publique ; réorganiser le réseau déconcentré de l’État pour mieux répondre aux priorités affichées par le gouvernement ; gagner en efficience en rationalisant les moyens et en favorisant les coopérations interdépartementales ; conférer aux responsables déconcentrés, notamment aux responsables départementaux, des pouvoirs de gestion accrus et garantir la cohérence de l’action de l’État au profit des territoires. Par exemple, sur ce dernier point, ...

Lire la suite...

La loi du 22 juillet 2019 créant cette structure était très attendue. Mais le texte ne dote pas la nouvelle agence de moyens financiers précis et sa gestion sera centralisée.

La proposition de loi portant création de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) a été définitivement adoptée au Parlement le 9 juillet 2019 et la loi promulguée au JO du 23 juillet. Cette nouvelle structure devrait être opérationnelle au 1er janvier 2020.  Pour rappel, sa création avait été annoncée par le président de la République à l’occasion de la Conférence nationale des territoires, en juillet 2017. Selon la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités locales, Jacqueline Gourault, le but de l’Agence est de « transformer en profondeur la manière dont l’État ...

Lire la suite...

Un décret modifie la procédure d'habilitation à l'aide alimentaire et redéfinit la notion de contribution publique en ce domaine. 

Définition. La définition de la lutte contre la précarité alimentaire (qui « vise à favoriser l’accès à une alimentation sûre, diversifiée, de bonne qualité et en quantité suffisante aux personnes en situation de vulnérabilité économique ou sociale ») est élargie. Le texte précise maintenant que « les contributions publiques destinées à la mise en œuvre de l’aide alimentaire s’entendent de toute contribution publique destinée à l’achat de denrées alimentaires pour l’aide alimentaire ou destinée à la couverture de besoins d’investissement ou de coûts de fonctionnement ...

Lire la suite...

Une circulaire précise les modalités selon lesquelles les contrats de ville doivent comprendre désormais un volet "action sportive à vocation d'inclusion sociale et territoriale".

Les acteurs socio-sportifs ainsi que ceux du mouvement sportif peuvent mettre en œuvre ces actions pour l’inclusion par le sport, qui se distinguent d’une activité sportive de droit commun à vocation récréative ou compétitive. Trois types d’activités sont encouragées : l’activité sportive « révélatrice de talents », « porteuse de valeurs » et « projet de territoire » (une annexe détaille les actions en question). La circulaire demande aux préfets de rappeler aux collectivités la nécessité de prévoir l’implantation d’équipements sportifs en accès libre, ouverts ou réservés, ...

Lire la suite...

Vingt-quatre ans après la publication de la loi instaurant les PPRI, les plans de prévention du risque d'inondation (loi Barnier du 2 février 1995), un décret et un arrêté comblent un vide réglementaire sur la manière de déterminer l'aléa de référence "débordement de cours d'eau et submersion marine" et de fixer les modalités amenant aux choix des zones inconstructibles.

Aléa de référence. Le décret précise la notion « d’aléa de référence », à partir duquel peuvent être élaborés les plans de prévention des risques naturels. Cet aléa de référence (article R. 562-11-3 du Code de l’environnement) est déterminé à partir de l’événement le plus important connu et documenté ou d’un événement théorique de fréquence centennale, si ce dernier est plus important.  Dans le cas de la submersion marine, la hauteur de cet aléa de référence est majorée pour tenir compte de l’élévation du niveau moyen de la ...

Lire la suite...
Juillet/Août 2019- n°370

Le gouvernement a modifié le taux de cotisation au Fonds de financement de l'allocation différentielle de fin de mandat.

Depuis plusieurs années, ce taux était égal à zéro, car le fonds était excédentaire et qu’il n’était pas nécessaire de l’abonder. Mais l’approche de deux années d’élections locales (municipales, départementales et régionales) a conduit l’État à estimer que le fonds pourrait se trouver déficitaire en 2023, d’où la relance de la cotisation. Le nouveau taux est fixé à 0,2 % du montant maximal des indemnités versées aux élus potentiellement bénéficiaires du fonds. Commentaire : cette allocation de fin de mandat a été créée par la loi du 27 février 2002 ...

Lire la suite...

Le maire est un acteur clé de l'anticipation et de la gestion des évènements de sécurité civile. Il doit notamment élaborer un plan communal de sauvegarde (PCS).

Incendies, inondations, tempêtes, éboulements, explosions sur des sites industriels, attentats… Chaque année, des communes sont concernées par des catastrophes de toutes natures. La gestion d’une situation de crise, quelle que soit son origine, exige une anticipation et une coordination. Le maire a un rôle pivot dans la prévention des risques au plan local et dans la définition de l’organisation communale en temps de crise. 1. Les fondements légaux de l’intervention du maire  Article L. 2212-2 du Code général des collectivités territoriales (CGCT). La sécurité civile est comprise dans le pouvoir de police générale du maire. L’article L. 2212-2 ...

Lire la suite...

Une circulaire de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) révise le barème national des participations familiales au 1er septembre 2019, ce qui va entraîner, pour les familles, un renchérissement de leur participation au coût de la place en crèche de leur enfant.

Le texte prévoit une hausse du taux de participation de 0,8 % chaque année jusqu’à 2022. Dans le même temps, le plafond de ressources (seuil au-delà duquel le taux de facturation reste identique quelles que soient les ressources de la famille) va, lui aussi, être majoré pour atteindre 6 000 € en 2022 (contre 4 874 € en 2018). Enfin, le barème micro-crèches va être aligné sur celui de l’accueil collectif. Commentaire : pour rappel, les caisses d’allocations familiales contribuent au fonctionnement des établissements d’accueil du jeune enfant. En contrepartie, elles demandent aux gestionnaires de calculer la participation des familles selon un barème national, tenant compte ...

Lire la suite...

Afin de tenir compte des changements liés à la création, suppression de communes ou aux évolutions de leur population, le gouvernement met à jour chaque année la répartition des communes pour les besoins du recensement (répartition par groupes de rotation selon leur taille et la date de l'enquête).

L’an prochain, le recensement concernera les groupes S et B. En fonction de leur situation au 1er février 2019, certaines communes ont donc changé de groupe, les communes nouvelles créées au cours de 2018 ont intégré le dispositif, les communes ayant perdu la qualité de collectivité territoriale à la suite de la création de communes nouvelles ont été supprimées du tableau.  Commentaire : selon la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité,le recensement de la population peut avoir lieu selon des modalités et des dates différentes en fonction de la population de la commune. Six groupes (S, A, B, C, D, E), dans lesquels se répartissent ...

Lire la suite...
juin 2019- n°369

La loi du 17 mai 2019 vise à sécuriser l'actionnariat des entreprises publiques locales.

Elle complète les dispositions du CGCT et du Code de l’urbanisme, en précisant que l’objet de ces sociétés « concourt à l’exercice d’au moins une compétence » de chacune des collectivités territoriales ou groupement de collectivités qui en sont actionnaires. Commentaire : un arrêt du Conseil d’État du 14 novembre 2018 avait justifié la rédaction de cette proposition de loi. La haute juridiction avait en effet estimé qu’une collectivité ne pouvait participer au capital d’une SPL que si l’intégralité de l’activité de cette dernière relevait de ses compétences.  Il va de soi que les collectivités ...

Lire la suite...

Le déploiement du module iCatNat de dépôt en ligne des demandes de reconnaissance de l'état de catastrophes naturelles a commencé en mai.

D’ici à octobre, toutes les communes pourront saisir leur demande au moyen d’un formulaire dématérialisé. Une circulaire précise les modalités d’utilisation de ce service (non obligatoire). Fonctionnement. Le dépôt en ligne d’une demande communale de reconnaissance s’effectue en deux étapes depuis le site internet du ministère de l’Intérieur. La première est l’identification : l’agent réalisant la demande au nom de la commune doit s’identifier et s’authentifier dans iCatNat, ce qui donne accès à de nombreuses informations pratiques sur la procédure de reconnaissance (textes juridiques, fiches, vidéos pédagogiques…). ...

Lire la suite...

Face à la multiplication des actes racistes, antisémites et homophobes commis dans l'espace public et des propos haineux sur internet, la ministre de la Justice invite les procureurs à une particulière vigilance.

Pour les infractions commises sur internet, elle rappelle que tous les parquets des ressorts dans lesquels il a pu être accédé aux messages litigieux sont compétents. En complément de la voie pénale, elle encourage les parquets à s’emparer de la procédure civile en référé afin de pouvoir rapidement enjoindre un hébergeur ou un fournisseur d’accès de bloquer l’accès à des pages véhiculant des propos haineux.  Elle souhaite que le ministère public apporte systématiquement une réponse pénale adaptée au contexte de commission des faits et à la personnalité de l’auteur (encourageant le développement de ...

Lire la suite...

Ces règles s'appliquent à partir du 1er septembre 2019. Leur violation entraîne des sanctions pénales, financières et électorales.

Les dispositions du Code électoral concernant le financement des campagnes ont connu des évolutions. La loi du 25 avril 2016 de modernisation de diverses règles relatives aux élections a réduit le calendrier des restrictions applicables d’un an à six mois avant l’élection : il faudra donc se conformer aux prescriptions à compter du 1er septembre 2019 pour les élections de mars 2020. La loi du 15 septembre 2017 pour la confiance dans la vie politique a renforcé certaines règles, ainsi que les sanctions financières et pénales. On ne saurait trop insister sur la nécessité de respecter l’ensemble de ces dispositions. Certaines ne concernent que les candidats des communes de ...

Lire la suite...

Amplifier les dispositifs de participation citoyenne en accordant un rôle pivot au maire.

Une circulaire du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, décrit l’évolution du dispositif de participation citoyenne instauré par une circulaire du 22 juin 2011. Il vise trois objectifs : développer auprès des habitants une culture de la prévention de la délinquance, favoriser le rapprochement entre les forces de sécurité de l’État, les élus locaux et la population, améliorer l’efficacité des interventions et l’élucidation des infractions. Il se veut un levier complémentaire d’action susceptible d’amplifier l’efficacité de la prévention de la délinquance. Contractualisation. Désormais, la rédaction ...

Lire la suite...
Mai 2019- n°368

Une note technique de plus de 50 pages détaille l'utilisation du Fonds de prévention des risques naturels majeurs, dit << fonds Barnier >>, créé par la loi du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l'environnement.

Elle présente les modalités de gestion de ce fonds, les mesures finançables et les conditions d’éligibilité. Le chapitre dédié aux mesures éligibles rappelle les très nombreux cas permettant de mobiliser ce fonds. Outre le financement des indemnités d’expropriation des biens exposés a un risque majeur (mouvements de terrain, affaissement, avalanches, crues, submersion…), qui constitue sa mission d’origine, le fonds peut servir à l’acquisition amiable de biens exposés aux mêmes risques, de biens sinistrés par une catastrophe naturelle ou aux dépenses dites « Evac » (évacuation temporaire et relogement)… Il finance des études, ...

Lire la suite...

Les règles applicables aux actions de communication des communes, des EPCI et des candidats en période préélectorale entreront en vigueur le 1er septembre 2019.

Six mois avant les élections (soit à partir du 1er septembre 2019, pour les municipales de mars 2020), les actions de communication des communes, des EPCI et des candidats sont encadrées par la loi. On n’insistera jamais assez sur le respect de ces règles, qui visent notamment à assurer une égalité de traitement entre les candidats, en interdisant l’utilisation des moyens publics aux élus sortants candidats à leur succession. La communication institutionnelle des collectivités locales peut bien sûr se poursuivre pendant cette période, mais dans un cadre strict car il lui faut éviter toute propagande électorale en faveur des élus sortants candidats. Sont concernés par les ...

Lire la suite...

Un décret relatif à la prévention des maladies vectorielles transmises par les insectes transfère aux agences régionales de santé (ARS), à compter du 1er janvier 2020, des missions de surveillance entomologique.

Les agences régionales de santé coordonneront l’expertise sur les « vecteurs », un terme qui vise essentiellement les moustiques tigres, capables de transmettre des maladies comme la dengue, le virus zika ou le chikungunya.  Le texte liste les actions entrant dans le champ de la lutte contre les maladies vectorielles : prévention de l’implantation et du développement des insectes par des mesures d’hygiène et de salubrité, surveillance entomologique et épidémiologique, information et éducation sanitaire, préparation de la réponse aux épidémies…  Dans ce cadre, plusieurs missions nouvelles sont confiées aux maires, du fait de leurs compétences ...

Lire la suite...
Avril 2019- n°367

Le maire d'une commune membre d'un EPCI compétent en matière de "gestion des aires d'accueil des gens du voyage" peut-il intervenir pour mettre en œuvre des procédures spécifiques d'interdiction de stationnement hors des aires aménagées ?

Pour rappel, depuis le 9 août 2015, la compétence « aménagement, entretien et gestion des aires d’accueil des gens du voyage » a été transférée de plein droit aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération. Cela était déjà le cas pour les communautés urbaines et les métropoles depuis la loi MAPTAM de 2014. Cette compétence a été complétée en 2017 par l’aménagement, l’entretien et la gestion des terrains familiaux locatifs définis à l’article 1er de la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage. La ...

Lire la suite...

En application de la loi relative à l'égalité et à la citoyenneté du 27 janvier 2017, un décret précise les règles applicables à l'aménagement, à l'équipement, à la gestion et à l'usage des aires de grand passage (AGP), qui sont occupées chaque été pendant les migrations des 350 000 à 500 000 gens du voyage.

Selon la Délégation interministérielle à l’hébergement et l’accès au logement (Dihal), l’intention est de « répondre aux besoins des gens du voyage en fixant les conditions minimales d’accueil, tout en laissant aux communes et aux établissements publics de coopération intercommunale (ECPI) le soin d’adapter ces dispositions aux réalités locales ».  Prescriptions. Le décret fixe un certain nombre de prescriptions, auxquelles les aires de grand passage doivent être rendues conformes avant le 1er janvier 2022. La surface des aires a été fixée à au moins 4 hectares, bien que le préfet, après avis du président ...

Lire la suite...
Mars 2019- n°366

Orientations pour le volet territorial de la politique d'intégration.

Une instruction du ministère de l’Intérieur est consacrée à l’accueil et à l’intégration des étrangers. Elle détaille en particulier le volet territorial de cette politique. Appels à projet. Les préfets doivent lancer début 2019 des appels à projets, soit groupant les actions (primo-­arrivants et actions spécifiques pour les réfugiés) au sein d’un appel à projet unique, soit de manière séparée.  Gouvernance territoriale renouvelée Des référents vont être désignés dans chaque département pour coordonner la politique d’intégration, ainsi que des comités de ...

Lire la suite...

Un arrêté du 16 novembre 2018, dont la publication est passée relativement inaperçue, modifiait la liste des pièces permettant de justifier de son identité au moment de voter dans les communes de 1 000 hab. et plus.

Auparavant, un électeur pouvait présenter un passeport ou une carte d’identité périmés. Le nouvel arrêté prévoit que ces pièces doivent être en cours de validité ou périmées depuis moins de 5 ans. Toutefois, le ministre de l’Intérieur, dans un courrier adressé le 13 février 2019 à l’AMF, ouvre la porte à une souplesse quant à l’application de cette mesure ou sur celle du permis de conduire accepté.  La carte famille nombreuse ne peut plus, non plus, être utilisée, de même que la carte du combattant sans photo. Commentaire : cet arrêté n’avait fait l’objet d’aucune information ...

Lire la suite...

Les élections européennes auront lieu le 26 mai 2019. Plusieurs nouveautés relatives à l'organisation des opérations de vote sont entrées en vigueur en 2019.

Répertoire électoral unique (REU), justification de l’identité lors du vote, carte d’électeur, surveillance des opérations électorales…, Maires de France revient sur les principales évolutions à deux mois du scrutin européen. 1. Le répertoire électoral unique (REU) Le répertoire électoral unique, piloté par l’INSEE aux seules fins de gestion des listes électorales, est opérationnel depuis le 3 janvier 2019. Ce système d’information intégré centralise les modifications réalisées sur les listes électorales, notamment par les communes. Il permet des échanges d’information plus rapides ...

Lire la suite...

Campagne d'information et de distribution d'iode fin mai.

L’extension des périmètres des plans particuliers d’intervention (PPI) autour des centrales nucléaires implique une nouvelle campagne d’information des élus et de la population dans ces zones. Une instruction en précise le calendrier. L’envoi des courriers comprenant les bons de retrait permettant aux habitants de se procurer en pharmacie les doses d’iode (à absorber en cas d’accident avec rejets radioactifs) aura lieu fin mai ou début juin 2019. La circulaire détaille notamment la pré-campagne d’information prévue en mars-avril 2019, à l’intention des élus locaux, pharmaciens d’officine, de certains professionnels de santé, et l’information ...

Lire la suite...
Février 2019- n°365

Afin d'accompagner la mise en place de la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi), qui a été instaurée par la loi Maptam de 2014, des missions d'appui technique de bassin ont été mises en place dans chaque grand bassin hydrographique par le préfet coordonnateur de bassin.

Ces instances doivent émettre des recommandations sur l’identification et la définition d’outils utiles à l’exercice de cette compétence. Prolongation. Pour tenir compte de la mise en place complexe de la compétence et des besoins d’accompagnement des collectivités concernées, qui sont toujours présents, un nouveau décret est venu prolonger, jusqu’au 1er janvier 2020, l’action de ces missions d’appui. Initialement, elles ne devaient exercer leur action que jusqu’au 1er janvier 2018, date à laquelle la compétence Gemapi est entrée en vigueur. Composition. Au passage, le décret toilette la composition de ces instances, en s’adaptant mieux au contexte ...

Lire la suite...

La loi de finances rectificative pour 2017 et la loi de finances pour 2019 ont modifié de façon substantielle le régime de cette taxe.

En vertu de dispositions remontant initialement à une loi du 13 avril 1910, maintes fois remaniées depuis, les communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) réalisant des dépenses favorisant l’accueil des touristes peuvent demander aux vacanciers séjournant sur leur territoire de payer une taxe de séjour. Le montant de cette taxe, en fonction des types d’hébergement, et la période durant laquelle elle s’applique sont déterminés par le conseil municipal ou l’organe délibérant de l’EPCI. La taxe est due par personne et par nuit passée dans un palace, un hôtel de tourisme, une résidence de tourisme, un meublé ou ...

Lire la suite...

Ce texte très technique fixe de nouvelles normes en matière d’éclairage de la voirie, du cadre bâti, du patrimoine, des parcs, jardins, équipements sportifs, bâtiments non résidentiels, chantiers, parcs de stationnement… Il définit les horaires d’allumage, l’intensité lumineuse, la température de couleur, l’orientation des faisceaux… On notera que l’éclairage de la voie publique est exclu des obligations d’extinction temporelle. Pour le reste, les prescriptions peuvent varier en fonction du type d’installation d’éclairage et de sa situation géographique : en agglomération, hors agglomération, dans les espaces naturels (réserves ...

Lire la suite...

Les comités de suivi des dessertes ferroviaires, créés par la loi pour un nouveau pacte ferroviaire du 27 juin 2018, ont été définis par décret.

Les autorités organisatrices de transport ferroviaire (l'État ou les régions) arrêtent leur nombre et fixent la liste des dessertes ferroviaires relevant de la compétence de chacun d'entre eux.   Composition. Ces comités comptent obligatoirement, parmi leurs membres, des conseillers municipaux des communes desservies (en nombre équivalent à celui des conseillers départementaux) ou des conseillers commu- nautaires lorsqu’il s’agit de comités relevant des lignes gérées par les régions. Les autorités organisatrices nomment ces membres et, pour chacun, un suppléant, sur proposition des collectivités territoriales.  Missions. Les comités, ...

Lire la suite...
Janvier 2019- n°364

Un décret cherche à réduire le traitement des recours administratifs formés contre des projets de parcs éoliens terrestres à travers deux mesures : une compétence de premier et dernier ressort donnée aux cours administratives d’appel pour connaître de ces litiges (article 23), et la cristallisation automatique des moyens (article 24), c’est-à-dire que l’auteur d’un tel recours ne pourra plus produire de nouveaux moyens (catégories d’arguments) passé un délai de deux mois après communication du premier mémoire en défense. Ce décret corrige également diverses imperfections et erreurs matérielles, met à jour, améliore ou ...

Lire la suite...

Le soutien financier, la mise en œuvre et la procédure de déclaration du plan sont détaillés dans ce texte.

Soutiens financiers. L’instruction rappelle que le Fonds de soutien au développement des activités scolaires mis en place depuis 2013 est pérennisé pour les communes ayant conservé une organisation du temps scolaire (OTS) sur cinq matinées (il n’est pas ouvert à celles dont les écoles fonctionnent sur 4 jours). L’aide de l’État est de 50 € par élève et par an, plus de 40 € par élève et par an pour les communes éligibles à la DSU cible, la DSR cible et dans les outre-mer.  Elle détaille également le soutien accru de la CAF :  l’aide spécifique rythme éducatif (ASRE), mise en place pour le financement des ...

Lire la suite...

Les biens immobiliers sans maître peuvent être acquis par les communes dans certaines conditions, au terme du respect de formalités substantielles.

Le régime juridique des biens vacants et sans maître est régi par des dispositions du Code civil et du Code de général de la propriété des personnes publiques (CGPPP). Une circulaire d’août 2006 a clarifié les modalités d’application de ces dispositions, après que la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales les ait profondément modifiées. 1. Définition des biens sans maître L’article L. 1123-1 du Code de général de la propriété des personnes publiques pose la définition des biens sans maître. Sont ainsi considérés comme n’ayant pas de maître les biens ...

Lire la suite...

Une instruction très détaillée, comptant 54 pages, traite des conséquences de la réforme de la gestion des listes électorales, dont la création du répertoire électoral unique (REU), qui est entrée en vigueur depuis le 1er janvier.

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Découvrez la nouvelle formule

OCTOBRE 2021 N°394
L'AMF vous répond
Septembre 2021- n°393

Pourquoi faut-il de nouveau délibérer sur l'exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties ?

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Quels sont les nouveaux lieux concernés par le zéro phyto en 2022 ?

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Quelles sont les obligations des conseillers municipaux lors des opérations électorales ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Juillet - Août 2021- n°392

" Quelles sont les différences entre le Fonds de relance européen et les fonds structurels européens ? "

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Une collectivité peut-elle pratiquer des tests d'alcoolémie sur les agents ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Dans quelle mesure une commune doit-elle garantir un emprunt à un bailleur social ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

JUIN 2021- n°391

« Existe-t-il des modalités particulières de déclaration des naissances pendant la crise sanitaire ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Quels sont les moyens dont le maire dispose pour lutter contre les dépôts sauvages ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Ma commune rurale peut-elle agir pour préserver le dernier commerce du bourg ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

MAI 2021- n°390

« Les communes et EPCI doivent-ils verser l'allocation chômage à leurs agents ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Quand la dématéria­lisation entre-t-elle en vigueur en matière d'urbanisme ?

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Quelle est l'utilité de recourir aux CCAG dans le cadre d'un marché public ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

AVRIL 2021- n°389

« Un maire peut-il prescrire une mesure de réparation en cas d'atteinte à un bien communal ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Comment fixer les redevances domaniales dues par les opérateurs de communications électroniques ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Pendant la crise sanitaire, comment s'organise le télétravail des agents ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

MARS 2021- n°388

« Les bâtiments de la mairie ne sont pas totalement accessibles aux handicapés. Quelles sont les obligations à remplir ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Quelle est la procédure de recrutement d'un contractuel dans la fonction publique territoriale ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Quelles sont les nouvelles obligations imposées à la restauration collective ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

FEVRIER 2021- n°387

« Qui sont mes interlocuteurs pour monter un dossier de demande de financement européen ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Quelles sont les règles encadrant le port de l'écharpe tricolore ?

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Une collectivité peut-elle mettre en place un dispositif de vaccination des agents ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

JANVIER 2021- n°386

" Comment une communauté de communes peut-elle devenir autorité organisatrice de la mobilité (AOM) ?

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« La majoration des indemnités au titre de la DSU est-elle légale pendant tout le mandat ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Existe-t-il des garanties minimales concernant le temps de travail des agents ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Décembre 2020- n°385

« Face à la menace terroriste, comment l'élu peut-il aider à sécuriser les lieux de culte ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Une collectivité ou un établissement public peuvent-ils mener des actions de coopération avec des autorités locales étrangères ?

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Quels sont les principaux dispositifs de signalement des violences intra-familiales ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Novembre 2020- n°384

« Quelle procédure le maire doit-il suivre pour la vente d'une partie d'un chemin rural ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Puis-je réglementer l'usage des trottinettes ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

« Comment signaler des comportements et contenus haineux sur les réseaux sociaux qui me paraissent menaçants pour l'un de mes administrés, l'un de mes proches ou moi-même ? »

Elle abroge et remplace plusieurs textes antérieurs, dont la circulaire du 14 février 2012 relative aux échanges d’information entre les mairies et l’Insee. En introduction, sont énumérés brièvement les points clés de la réforme : la fin du principe de révision annuelle des listes électorales, désormais mises à jour en temps réel, la possibilité pour les électeurs de s’inscrire jusqu’au sixième vendredi précédant un scrutin, la suppression des commissions administratives, la compétence donnée aux maires pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations, leurs décisions étant contrôlées ...

Lire la suite...

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).