Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
novembre 2021
Écoles, éducation, alimentation Social

Poser les bases d'une école rurale « inclusive »

Le maire de Moutier-Malcard (Creuse) a réuni les conditions pour expérimenter une nouvelle façon d'accompagner les élèves.

Emmanuelle Stroesser
Illustration
Pierre Guyot, maire de Moutier-Malcard (550 habitants, Creuse) : " Dépister, prévenir, conseiller, c'est le triptyque du projet. "
Cette année, le groupe scolaire de Moutier-Malcard teste les bases de ce qui pourrait devenir «une école inclusive ». C’est le terme employé par son maire, Pierre Guyot, ravi de bientôt observer concrètement les incidences d’un projet mûri assez rapidement. Jusqu’à la Toussaint, une psychomotricienne a  observé les élèves en classe, sur les trois cycles (multiniveaux), de la petite section de maternelle au CM2.

Elle a repéré les éventuelles difficultés (comme un crayon mal tenu, des difficultés à se déplacer, etc.) pour en discuter avec les trois enseignantes si cela altère les apprentissages de l’élève. Elle pourra alors recommander un changement pour apprendre à l’enfant à tenir autrement le crayon. Et observer avec l’enseignante l’impact.

Les enseignantes feront le bilan avec la psychomotricienne, les PEP 23 (Pupilles de l’enseignement public de la Creuse), l’association partenaire du projet. Pierre Guyot sera convié, «mais juste pour information », précise-t-il. De novembre à décembre, un autre «spécialiste » viendra en classe. «Cela pourra être un ergothérapeute, un éducateur spécialisé, rien n’est encore défini. » C’est d’ailleurs un des aspects du projet qui le séduit : «rien n’est figé ». Le même cycle se répètera aux deux trimestres suivant en 2022. 
 

Bilan en fin d’année

Dépister, prévenir, conseiller, c’est le triptyque du projet. En fin d’année, un bilan général sera fait. L’Éducation nationale soutient et suit le projet, intéressée à le promouvoir, savoure le maire. Parce que son idée, c’est bien sûr de poursuivre au-delà de cette année d’expérimentation. Et si elle est concluante, de pouvoir l’étendre aux autres écoles de l’intercommunalité. En améliorant la prise en charge des élèves. Le but, reprend l’élu, c’est aussi, à plus longue échéance, «d’augmenter le niveau des élèves et leur permettre de poursuivre des études supérieures ». 

Les enseignantes avaient fait part à plusieurs reprises de troubles cognitifs rencontrés par des élèves. De même, plusieurs enfants manquaient des demi-journées pour aller chez un orthophoniste par exemple, à 25 km au mieux dans ce territoire hyper rural. «C’est en réfléchissant aux moyens d’améliorer la prise en charge de ces élèves que nous avons monté ce projet », résume le maire. Il en a été la cheville ouvrière en mettant en relation les bonnes personnes, en l’occurrence en contactant la PEP 23.

Une structure qu’il connaissait pour y avoir travaillé dans un autre département. Ensemble, ils ont construit le projet, formalisé en janvier 2021 et présenté dans la foulée au directeur académique des services de l’Éducation nationale (DASEN) de la Creuse. En juin, une réunion de travail a calé le projet avec l’équipe éducative. Le projet ne coûte «pas un sou à l’intercommunalité ». C’est un autre point de satisfaction pour l’élu. La PEP assume toutes les interventions pour cette année.  

Pierre Guyot en est persuadé, ce projet va participer à l’attractivité de l’école, de la commune et, plus largement, du territoire. Une cinquantaine d’élèves de six communes ont fait leur rentrée en septembre. Ils seront 54 en janvier 2022. C’est bien mais cela pourrait être mieux, soupèse-t-il, alors que des classes ont été fermées ou sont menacées sur des communes voisines. 
 

Travaux d'accessibilité
« Cela aurait été incohérent de ne pas engager les travaux de mise aux normes dont l’établissement scolaire a besoin », estime Pierre Guyot, pas mécontent que ce projet d’école inclusive donne l’opportunité d’engager un chantier qui tardait depuis 2016. L’intercommunalité a validé le projet. Le chantier est estimé à 50 000 euros. Un ascenseur va être installé pour accéder à la cantine au sous-sol. Les devis sont lancés. Le chantier démarrera en 2022. 

 

En savoir + : 
Mairie. Tél. 05 55 80 60 44.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°395 - NOVEMBRE 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).