Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Pratique
janvier 2023
Numérique, réseaux sociaux

Numérique : comment réduire l'empreinte carbone

Une loi impose des exigences de sobriété numérique aux collectivités d'ici à 2025. Voici des actions simples que chaque commune peut mettre en place.

Par Olivier Devillers
Illustration
© AdobeStock
Le numérique représente aujourd’hui 2,5 % de l’empreinte carbone nationale. Si ce chiffre peut paraître faible, il pourrait augmenter de plus de 60 % d’ici à 2040. Pour éviter cette trajectoire, la sobriété numérique s’impose à tous.

L’article 35 de la loi n° 2021-1485 du 15 novembre 2021 visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique oblige les communes de plus de 50 000 habitants et les EPCI regroupant plus de 50 000 habitants à se doter d’une stratégie numérique responsable d’ici à 2025. Le décret d’application n° 2022-1084 du 29 juillet 2022 en fixe les grandes orientations.
 

 I - Achats responsables 

Selon les calculs de l’Ademe (Agence de la transition écologique), les trois quarts de l’empreinte carbone du numérique proviennent des terminaux et des écrans. 

C’est en effet la production des ordinateurs, smartphones, TV qui est la plus nuisible à l’environnement si l’on considère leur cycle de vie : R&D, extraction des terres rares, fabrication, distribution, élimination…

La première recommandation est donc de privilégier les achats responsables en optant pour la location ou en allongeant la durée de vie des matériels. Les produits reconditionnés ou dotés d’un indice de réparabilité élevé doivent être privilégiés. Les appareils les plus puissants ou les smartphones professionnels seront réservés à ceux qui en ont réellement l’usage. 
 

II - Une seconde vie pour les terminaux

Les matériels dont la collectivité n’a plus l’utilité peuvent trouver preneur dans les écoles, espaces numériques ou personnels de la collectivité.

À noter : les biens, dont la valeur résiduelle est supérieure à 300 € (décret n° 2009-1751 du 17/01/2019), doivent faire l’objet d’une vente et d’un contrat de cession (lire www.mairesde france.com/1841 et pp. 54-55 de ce numéro). Le travail de nettoyage, reformatage et remise à niveau des ordinateurs doit être confié à des associations locales ou nationales comme Emmaüs connect. Les équipements électroniques totalement hors d’usage relèvent d’un éco-organisme agréé tels que Ecologic ou Ecosystem. 
 

III - Éco-conception des sites et services numériques

La manière dont sont conçus les services numériques impacte directement leur empreinte carbone : taille des pages et des images, gestion des archives et du stockage, type d’hébergement. L’usage de la vidéo doit se justifier et toutes les images gagneront à être optimisées ou compressées. Les services numériques qui nécessitent de disposer d’un appareil dernier cri doivent être évités.

À noter que l’écoconception des services numériques et leur sobriété graphique va dans le sens de l’accessibilité des sites internet pour les personnes handicapées ou ne bénéficiant pas d’une connexion très haut débit.
 

IV - Changer les pratiques

La sobriété numérique passe aussi par un changement des pratiques des agents et des élus, à inscrire dans la charte informatique de la collectivité. Certaines données, comme les mails, sont par exemple souvent dupliquées inutilement. Il ne s’agit pas pour autant de déroger aux obligations d’archivage ni de sauvegarde pour limiter l’impact d’une cyber­attaque.

L’extinction des ordinateurs de la mairie peut par ailleurs être privilégiée par rapport à leur mise en veille en cas d’absence prolongée des bureaux. La collectivité peut aussi décider de ne pas imprimer un document existant sous forme numérique, sauf nécessité ou demande expresse de l’usager.

La dématérialisation des documents du conseil municipal – sous réserve qu’elle respecte la réglementation sur les délais et preuves de remise des documents – constitue également un levier pour allier économies et écologie. 
 

Mesurer l'empreinte carbone
Divers services en ligne aident à évaluer l’empreinte carbone des outils numériques. On citera Ecodiag ou WeNR (parc informatique), Carbonanalyser (navigation xeb), Lighthouse ou GreenITanalysis (performance d’un site internet). Ces outils peuvent être utiles pour un diagnostic ou pour sensibiliser les agents.

L’Ademe et l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques) réfléchissent aussi à la création d’indicateurs détaillés sur l’empreinte carbone des terminaux, services et infrastructures numériques. Des indicateurs qui promettent de mesurer la production de CO évitée grâce aux bonnes pratiques.
En savoir + : Guides et outils sur le numérique écoresponsable : https://ecoresponsable.numerique.gouv.fr

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°408 - JANVIER 2023
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).