Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Interco et territoires
décembre 2022
Intercommunalité Santé

Isère : un contrat dédié à la santé « globale »

Par Sophie Le Gall
Illustration
Un parcours axé sur la santé et la biodiversité, matérialisé par des fresques, permet de traverser à pied ou à vélo des quartiers martinérois.
Déclinaison opérationnelle, à l’échelle d’un territoire donné, des projets régionaux de santé (PRS) visant la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, le contrat local de santé (CLS, créé par la loi HPST du 21 juillet 2009) est élaboré conjointement par l’agence régionale de santé (ARS) et la commune ou l’EPCI concerné. Les collectivités qui s’engagent trouvent là le moyen de valoriser leurs actions. De son côté, l’ARS centralise ses échanges avec ses multiples interlocuteurs, qui vont bien au-delà des professionnels de santé.

« Saint-Martin-d’Hères a été interpellée par l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes qui souhaitait décliner localement son PRS 2018-2028, retrace Laurie Pierre, responsable du service communal hygiène et santé et coordinatrice du CLS.

La commune, engagée dans une politique locale de santé publique, avec notamment son entrée, en 2011, dans une démarche Atelier santé ville, a abordé le CLS comme le prolongement de cette dynamique. Les partenariats déjà établis ont facilité sa mise en place ».

Pour définir les contours de ce CLS 2020-2023 et cerner les actions prioritaires, deux diagnostics, l’un quantitatif, l’autre qualitatif, ont été réalisés. «Le premier par la commune et son CCAS, à partir de l’analyse des besoins sociaux, le second en partenariat avec l’Observatoire régional de la santé », précise la responsable, saluant l’expertise apportée tout au long du processus par les spécialistes en santé publique afin d’affiner la connaissance des besoins spécifiques du territoire.
 

Outil de mobilisation

Sur la base de ces diagnostics et des conclusions de groupes de travail réunissant le secteur hospitalier, l’Éducation nationale et le conseil départemental, la commune et l’ARS ont déterminé une feuille de route basée sur les quatre axes suivants : favoriser l’accès aux droits et aux soins, promouvoir le bien-être et la santé mentale, lutter contre la sédentarité et valoriser les actions en santé environnementale.

Ces axes ont eux-mêmes donné lieu à l’élaboration de treize fiches-actions, allant du développement des compétences psycho-sociales des enfants à l’ouverture d’un parcours ludique autour de la biodiversité pour lutter contre la sédentarité. Deux ans après le lancement de la feuille de route, dix projets ont déjà abouti.

Au-delà de ces réalisations, le CLS est «un outil de mobilisation et d’intelligence collective », analyse Laurie Pierre. En consolidant les partenariats locaux autour d’un projet commun, le contrat favorise une approche globale et transversale de la santé.

« À travers le CLS, les plus petites communes peuvent intégrer leurs services communaux, comme celui des espaces verts, dans la dynamique collective de santé publique », conseille la responsable. La démarche partenariale permet aussi de gagner en efficacité : «Avant, les situations complexes de logement passaient d’un intervenant à l’autre, le département, la commune… Aujourd’hui, nous nous mettons tous autour de la table et les solutions apparaissent plus évidentes. »

Si, ici, l’ARS n’apporte pas d’aide financière directe aux projets menés, sur d’autres territoires, le poste de coordinateur peut être co-financé par une agence régionale. Et «la carte de visite “CLS” facilite la recherche de financement auprès de l’État », relève Laurie Pierre.

À mi-chemin du contrat, Nathalie Luci, adjointe chargée de la santé, se félicite d’une «belle dynamique des acteurs et de leurs projets » tout en notant qu’elle «repose beaucoup sur la coordinatrice qui fait le lien et relance en cas d’essoufflement ». Dans les mois à venir, le CLS devrait se centrer sur la prévention des nuisances sonores et la prise en compte de la santé mentale.

Le CLS, une arme anti-Covid
Les contrats locaux de santé (CLS) et les contrats locaux en santé mentale (CLSM) ont représenté un appui conséquent pour les ­collectivités et les intervenants concernés au plus fort de la crise sanitaire et sociale liée au Covid-19.

Par exemple, le Pays Terres de Lorraine (54), situé en partie en secteur rural, a mobilisé son CLS pour permettre aux institutions, aux élus et aux professionnels de santé de se coordonner : recherche de masques, organisation de la vaccination, traçabilité des patients pour suivre l’évolution de l’épidémie.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°407 - DÉCEMBRE 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).