Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
décembre 2022
Politique de la ville Sport

La Ricamarie pratique le " Sport dans la ville "

La commune de la Loire (8 000 habitants) s'appuie sur une association qui prône les valeurs sportives pour faciliter l'insertion des jeunes.

Par Sophie Le Gall
Illustration
© Ville de La Ricamarie
L'association a inauguré, en 2019, un city stade consacré au football où les jeunes retrouvent le même animateur sportif, un repère pour eux.
Après un terrain de foot, La Ricamarie inaugure à l’automne 2022 un terrain de basket, à nouveau co-réalisé avec l’association Sport dans la ville, preuve d’un partenariat fructueux. «Notre collaboration a démarré en 2019, et effectivement, le bilan est positif », se félicite Alain Jacon, adjoint au maire délégué aux sports.

« Notre association s’est lancée, en 1998, en partant d’un double constat : les quartiers classés en politique de la ville (QPV), où, pourtant, la population jeune est très présente, manquent d’infrastructures sportives, et quand ces dernières existent, elles sont peu utilisées », retrace Anthony Leclerc, directeur régional Auvergne Rhône Loire de l’association. Près de vingt-cinq plus tard, Sport dans la ville est engagée dans une trentaine de villes, gérant une cinquantaine de sites, avec environ 8 500 jeunes inscrits (de 6 à 25 ans).
 

Transformer les quartiers

« Notre développement se poursuit, en particulier dans les villes de taille moyenne, ce qui nous permet à la fois de toucher un volume intéressant de jeunes tout en parvenant à travailler en proximité avec la mairie, précise Anthony Leclerc. Mais nous pouvons tout à fait nous implanter dans une petite commune du moment qu’elle comporte un quartier classé QPV et, bien entendu, qu’elle manifeste un besoin qui correspond à notre offre. »

À La Ricamarie, les besoins exprimés concernent «les jeunes du quartier prioritaire, pour certains oisifs et peu mobiles, qui ne fréquentent pas les clubs de sport classiques de la commune. Des clubs qui, d’ailleurs, manquent de bénévoles formés pour accueillir dans les meilleures conditions ce public », souligne Alain Jacon. Sport dans la ville a alors proposé de construire un city stade consacré au football, «un sport d’accroche qui permet de créer facilement le contact », indique Anthony Leclerc, la commune apportant dans le montage du projet le terrain dont elle reste propriétaire.

« Notre intervention repose sur un budget global allant de 250 000 à 600 000 euros selon le nombre de jeunes intégrés (de 100 à 600), avec une participation financière de la commune de 20 à 30 %, en plus du terrain », précise le directeur régional.

L’association est, quant à elle, financée à 70 % par des fonds privés, majoritairement du mécénat, et à 30 % par des fonds publics. «Les points forts du concept sont, d’une part, l’accès simplifié au terrain, gratuit et avec le minimum de formalités, et, d’autre part, la régularité des activités. Les jeunes savent que tel jour à telle heure, ils retrouveront le même animateur sportif qui devient peu à peu un repère pour eux, cette intervention se faisant en lien avec notre pôle jeunesse », analyse Alain Jacon.
 

Insertion sociale et professionnelle

En plus du futur terrain de basket, ouvert pour attirer encore davantage de jeunes, La Ricamarie espère pouvoir progresser sur la question de la mixité entre garçons et filles en instaurant du tennis mixte. «À plus long terme encore, nous avons l’espoir de créer des passerelles vers les clubs classiques, qui ont besoin de nouveaux licenciés et qui ont pu, au départ, mal vivre l’arrivée de Sport dans la ville sur leur territoire », ajoute l’élu.

« La pratique du sport est à la fois un objectif et un support pour travailler les problématiques propres à la jeunesse de ces quartiers, comme la mixité, la mobilité, sans oublier l’insertion professionnelle. Notre association organise ainsi des séjours de vacances pour ouvrir l’horizon et compte des référents insertion qui, en lien avec les entreprises du territoire, peuvent proposer des parcours d’insertion. Dans les situations les plus complexes, nous pouvons nous déplacer au domicile du jeune », précise Anthony Leclerc.

Au fil du temps, Sport dans la ville a ainsi développé différents programmes cibles, comme «L dans la ville » qui vise à déconstruire les stéréotypes liés au genre, et «Entrepreneurs dans la ville » qui soutient les projets entrepreneuriaux des quartiers populaires.
 

Partenaire des JOP 2024  
« Sport dans la ville » s’est engagée dans le projet Héritage social et sociétal de Paris 2024 qui vise à développer la ­pratique du sport avant, pendant et après les Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de 2024. L’association ambitionne ainsi d’accélérer l’ouverture de nouveaux sites d’ici à 2024, de permettre à des jeunes filles de devenir «volontaires » pendant cet événement, de favoriser l’emploi dans le secteur sportif pour les jeunes des quartiers prioritaires ou encore d’organiser des Olympiades solidaires avec des jeunes venus de l’étranger.

 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°407 - DÉCEMBRE 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).