Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
janvier 2022
Numérique, réseaux sociaux

Comment initier une démarche open data

Simplification de la publication, valorisation des données, actualisation... Zoom sur des initiatives qui facilitent l'ouverture des données publiques.

Olivier Devillers
Illustration
© Ville de Nevers
La réalisation de l'application cimetières de la ville de Nevers (58) propose des parcours de découverte thématiques.
Depuis la loi du 7 octobre 2016 «pour une République numéri­que », dite loi Lemaire, l’ouverture des données publiques est une obligation légale pour toutes les collectivités comptant plus de 3 500 habitants ou 50 agents (lire ci-dessous). Six ans après ce texte fondateur de «l’open data par défaut » de toutes les données non nominatives, force est de constater que le compte n’y est pas. Selon l’Observatoire de l’open data, à peine 12 % des collectivités concernées avaient ouvert leurs données fin 2021. Pourtant, comme le montrent les expériences locales, de nombreux leviers existent pour mettre le pied à l’étrier.
 

Créer un portail mutualisé

Comme sur la plupart des projets numériques, les petites collectivités manquent de compétences et de moyens sur l’open data. C’est pour cette raison que le syndicat d’énergie du Morbihan a conçu, dès l’origine, son portail www.opendata56.fr comme un outil au service des communes du département. Il permet aujourd’hui à de petites villes comme Saint-Avé (11 000 hab.), Noyal-Pontivy (3 677 hab.) ou Béganne (1 394 hab.) de publier leurs données.

Ce portail facilite en outre la consultation des données territoriales avec des extrac­tions issues des bases de l’Insee (répertoire Sirene des entreprises), d’Open-StreetMap (limites administratives), du ministère de l’Intérieur (élus municipaux du Morbihan). Le syndicat d’énergie entend même créer un datacenter départemental porté par une structure qui aurait aussi pour mission d’accompagner les communes dans leurs usages de la donnée, ouverte ou non.
 

Aider à la publication de données normalisées

Un portail tout seul ne suffit pas à faire entrer les petites collectivités dans l’ère de l’open data. Leur accompagnement est au cœur des priorités d’OpenDataFrance qui anime un réseau d’animateurs territoriaux de la donnée (lire ci-dessous) dont fait du reste partie Morbihan énergies. L’association a aussi créé des outils d’aide à la publication comme la plateforme «D-Lyne » qui offre à n’importe quelle collectivité la possibilité de publier des données normalisées : délibérations, subventions, prénoms. Un point important car, comme le rappelle Thierry Martin, à l’origine du projet au conseil départemental de Haute-Garonne, «sans données normalisées, il n’y a pas de réutilisation massive des données ».

Compiler ou comparer les données à une échelle autre que ­communale exige en effet d’avoir des «données construites avec des colonnes identiques ». Les schémas de données conçus par l’association ont par ailleurs rejoint le répertoire national schema. data.gouv.fr, riche d’une trentaine de schémas. Autre point intéressant avec D-Lyne, son adaptation à la diversité des systèmes d’information locaux : la commune peut ainsi saisir les données dans un formulaire, télécharger un fichier pour le valider ou connecter un logiciel métier. à Montamisé (3 547 hab., Vienne), commune qui a expérimenté la plateforme avec l’aide du Grand ­Poitiers, l’outil a été apprécié pour sa facilité d’usage mais aussi parce que la saisie a contribué à faciliter l’accès des agents et des élus aux délibérations.
 

Avis d'expert
Akim Oural,président d’OpenDataFrance
« Notre objectif est que plus de la moitié des collectivités concernées par les obligations open data aient ouvert au moins un jeu de données en 2022. Pour ouvrir leurs données, les petites collectivités ont cependant besoin d’être accompagnées. C’est la raison d’être des «animateurs territoriaux des données », un dispositif animé par OpenDataFrance qui implique une trentaine de métropoles, départements et régions. Ces collectivités, en pointe dans l’open data, se sont engagées à suivre celles de leur territoire concernées par la loi pour une République numérique. Nous proposons par ailleurs des ressources pour s’autoformer, parmi lesquelles un cours en ligne gratuit et de courtes sessions thématiques organisées dans le cadre du mois de la data (janvier 2022). Nous avons aussi développé des outils pour aider à la saisie de données normalisées comme la plateforme «D-Lyne ». Enfin, des extracteurs facilitent l’usage des données publiques. DataClic permet d’extraire les données de son territoire issues des grandes bases de l’état (Sirene, budget…), GeoDataMine facilite la réutilisation des données d’OpenStreetMap. Et nous allons proposer des outils de datavisualisation aux collectivités en 2022. »

 

Être opportuniste

L’ouverture des données peut passer par des moyens détournés, les collectivités pouvant «faire de l’open data sans le savoir ». La plateforme adresse.data.gouv.fr, lancée par l’Agence nationale pour la cohésion des territoires (ANCT), s’inscrit dans cette logique. En toute autonomie, les communes peuvent saisir et mettre à jour leur base adresse «locale », celle-ci étant reversée dans la «base adresse nationale ». Une source utilisée par les opérateurs télécoms pour déployer la fibre comme par d’innombrables services, à commencer par les secours et les livreurs. Désormais, plus de 3 500 communes l’utilisent et plus de 5 millions d’adresses ont été créées.

Cette philosophie est aussi au cœur du «datalake » (« dépôt de données ») de Nevers Agglomération. Afin de libérer les agents de la saisie, la collectivité a développé des «connecteurs » ou «API » pour aller chercher les données normalisées (délibérations, subventions) dans ses bases métiers avant de les publier sur data.gouv.fr et de proposer des services aux habitants. Les trois lettres «API » désignent les connecteurs (application programing interface) qui facilitent la circulation des données entre plateformes locales et nationales ou encore avec les applications métiers.
 

Intégrer l’open data au système d’information (SI)

Une autre façon de développer l’open data est de créer des ponts avec d’autres politiques publiques. à la communauté de communes de Val de Cher Controis (48 000 hab., Loir-et-Cher), le service environnement est désormais le premier contributeur à la plateforme open data. «Elle vient en appui à notre plan climat, en fournissant des chiffres pour vérifier que les objectifs fixés par la collectivité sont atteints », explique Fanny Lebarbier, chargée du dossier à la communauté. La mesure «développement des bornes de recharges électriques » renvoie par exemple à une carte des lieux d’implantation créée via le portail open data.

L’intégration de l’open data au SI des collectivités correspond à une tendance de fond. Au Grand Poitiers, le portail est «biface » avec des jeux de données réservés à l’usage exclusif des agents et d’autres qui sont ouverts au grand public. «L’avantage est d’éviter la multiplication des classeurs Excel dans les services, d’éliminer les jeux en doublons et de favoriser une mise à jour régulière des données. Car publier un jeu de données est une chose mais s’assurer de sa mise à jour en est une autre », explique Séverine Ferrant, responsable valorisation des données au Grand Poitiers, dont le service gère aussi le système d’information géographique.
 

Rendre la donnée accessible à tous

La donnée brute reste austère et les collectivités cherchent à la rendre plus accessible. L’Hérault propose par exemple un serveur d’éligibilité à la fibre avec des données (téléchargeables) plus à jour que celles de l’Arcep. Les tableaux de bord, avec des indicateurs clés, ont aussi fleuri lors de la pandémie.

Le portail de la Corse s’est enrichi d’un tableau de bord Covid-19. Celui du Grand Chambéry (Savoie) a cherché à valoriser les commerces et activités de proximité ouverts alors que les contraintes d’ouverture et de déplacement étaient encore en vigueur.

À Paris, une page fournit des données en temps réel de l’usage des nouvelles pistes cyclables. La Réunion propose une carte de suivi de son programme d’acquisition d’images aériennes haute résolution. Une région où il est aussi possible de suivre en temps réel l’évolution des consommations énergétiques et leur répartition par origine de production. Autant de «datavisualisations » qui complètent les données brutes tout en aidant à leur interprétation.
 

Données personnelles : connaître les règles
De nombreux textes interfèrent sur l’ouverture des données publiques rendue obligatoire pour toutes les collectivités comptant plus de 3 500 habitants ou 50 agents par la loi du 07/10/2016. Parmi ceux-ci, la loi du 17/07/1978 sur l’accès aux documents administratifs et la loi du 20/06/2018 sur la protection des données personnelles, mise à jour en 2019 après l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données. Face à des injonctions qui peuvent paraître contradictoires, la Cnil et la Cada ont publié, en 2019, un guide clarifiant les règles en vigueur. www.cnil.fr
En savoir +
www.data.gouv.fr : portail de publication des données publiques (gratuit)
www.opendatafrance.fr : guides, outils et retours d’expériences sur l’open data.
www.teamopendata.org : forum d’échanges autour de l’open data.
https://opendatafrance.gitbook.io/d-lyne/ : plateforme en ligne de production des données D-Lyne, opérée par OpenDataFrance.    
www.opendata56.fr : le portail mutualisé conçu par le syndicat Morbihan énergies.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°397 - JANVIER 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).