Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
janvier 2022
Urbanisme

Le Croisic aide ses habitants à rénover leurs maisons

La commune (4 120 hab., Loire-Atlantique) subventionne et conseille les particuliers pour des travaux de ravalement.

Sophie Le Gall
Illustration
© Laurent Delpire
La subvention pour les façades rue s'élève à 30 % du montant TTC des travaux en site patrimonial remarquable.
Entre 2002 et 2021, 430 dossiers ont été subventionnés  par la ville du Croisic (44), labellisée «petite cité de caractère » (PCC) depuis 2006, pour les ravalements et les reprises des menuiseries extérieures en bois effectués par les habitants sur leurs maisons. Total du montant dépensé jusqu’à maintenant : 543 221 euros. «En 2002, on avait rénové notre cœur de ville et ses rues. Cela a donné envie aux habitants d’améliorer leur maison, se souvient Michèle ­Quellard, maire du Croisic. C’est alors que nous avons mis en place les subventions pour toutes les maisons sans distinction et sans conditions de revenus. »

Pour les secteurs en site patrimonial remarquable (SPR, presque toute la commune en dehors des lotissements), la subvention pour les ravalements de façade, les menuiseries extérieures (côté rue) et les murs de clôture extérieurs est de 30 % du montant TTC des travaux. Elle est plafonnée à 3 055 euros.

À partir de 2018, le système des subventions a été étendu du centre-ville à toute la commune. Les aides pour les secteurs hors SPR sont toutefois moindres : pour les ravalements, les subventions atteignent 30 % du montant TTC des travaux, plafonnées à 765 euros pour les peintures et à 2 290 euros pour les enduits.

Ces soutiens sont cumulables avec d’autres aides auxquelles peuvent prétendre les propriétaires, comme celles de la Fondation du patrimoine pour les édifices à caractère patrimonial non protégés. D’autres subventions bénéficient aux propriétaires privés. Les Pays de la Loire figurent sur la liste des régions qui octroient de telles aides pour les particuliers, par roulement entre les différentes communes labellisées «PCC ». Le Croisic en a profité entre 2006 et 2012. Et pourrait à nouveau en bénéficier pour deux ans, mais pas avant 2023 (les communes PCC peuvent, elles, pour leur propre patrimoine, obtenir en continu des subventions de la région de 30 % du montant des travaux, avec un plafond de 300 000 euros/an).
 

L’appui d’architectes

Outre les subventions, la commune offre aussi une partie conseil aux propriétaires. Le service urbanisme reçoit ceux ayant déposé une déclaration préalable ou un permis de construire, avant même qu’ils n’aient missionné un architecte. Puis, les administrés présentent leur projet lors d’une permanence tenue gracieusement par Anne-Sophie Fleurquin, architecte des bâtiments de France (ABF), pour les secteurs inscrits et classés, et par Caroline Guillemaut, architecte des PCC pour la Loire-Atlantique (lire ci-dessous), en présence d’un agent du service urbanisme de la commune et de Nathalie Caubel, adjointe à l’urbanisme.

« Nous disons ce que nous en pensons. L’architecte peut prendre son crayon pour redessiner une proportion, recadrer une véranda mal placée… », commente Nathalie Caubel. «Le projet doit être apprécié au regard des différentes contraintes réglementaires (SPR, plan local d’urbanisme…). Nous cherchons un compromis entre les envies du demandeur et ce qui est admissible par les services. Le suivi des conseils par le pétitionnaire est souvent le gage d’une demande de travaux accordée », ajoute Caroline Guillemaut.

« On n’accepte pas de PVC sur les maisons d’armateurs, assure Michèle Quellard. S’il n’y a pas de charte de couleur, on juge au coup par coup avec un directeur du service urbanisme qui connaît la ville par cœur. » Une fois les travaux réalisés, le service urbanisme opère une visite de conformité, sans la présence de l’architecte PCC ou de l’ABF. «Si les travaux ne sont pas conformes, on demandera des reprises… » , précise Nathalie Caubel. Le Croisic entend bien ainsi conserver son label «petite cité de caractère », remis en jeu tous les six ans.

 

TÉMOIGNAGE
Caroline Guillemaut, architecte Petites cités de caractère en Loire-Atlantique
« Lors des permanences en mairie, je peux conseiller les demandeurs sur leur projet. Cela permet d’anticiper les éventuelles difficultés économiques, techniques, réglementaires... On peut modifier légèrement le volume ou l’implantation d’une extension pour qu’elle soit mieux adaptée à l’existant ou choisir des teintes en fonction de la maison existante et de celles avoisinantes. Je fais en sorte que mes conseils soient cohérents avec l’avis des Bâtiments de France. »

 

Contact  

Service urbanisme du Croisic. Tél. 02 58 56 78 60.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°397 - JANVIER 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).