Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
janvier 2022
Social

Inclusion : le CCAS de Loos labellisé pour son accessibilité

Accompagnée par l'association Les Papillons Blancs de Lille, la commune nordiste (22 663 hab.) a amélioré l'accueil social des personnes en situation de handicap.

Sophie Le Gall
Illustration
© Sébastien Givry - Ville de Loos
Gilbert Duvaux, de l'association Les Papillons Blancs de Lille, et Anne Voituriez, maire et présidente du CCAS de Loos, le 15 septembre 2021, lors de la labellisation.
Depuis plusieurs années, Loos (59), commune limitrophe de Lille, tend à devenir une ville davantage inclusive pour les personnes en situation de handicap. «Nous avons commencé par créer un poste de référent social-autonomie au sein du centre communal d’action sociale (CCAS) et à nous rapprocher de l’établissement et service d’aide par le travail (ESAT) situé sur notre territoire », retrace Francine Hameau, adjointe au maire chargée des affaires sociales, de la santé, des seniors et du logement, par ailleurs vice-présidente du CCAS.

 

Démarche au long cours

Ces premières démarches ont incité la commune à intensifier, à partir de 2015, son engagement vers davantage d’accessibilité en commençant par l’aménagement de différents bâtiments communaux et publics, dont le CCAS, dans le cadre de son agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP). «Une fois ce premier chantier lancé, nous avons entrepris d’obtenir pour le CCAS le label S3A », poursuit Sylvie Darcourt-Vandewynckele, référente sociale autonomie et responsable adjointe du service éducation et promotion de la santé au sein du CCAS.

Conçu en 1998 par l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (www.unapei.org), le symbole d’Accueil, d’accompagnement et d’accessibilité (S3A) signale les lieux, produits et prestations rendus accessibles aux personnes handicapées intellectuelles.

La volonté de l’UNAPEI est que ce symbole «bénéficie par extension à toute personne ayant des difficultés de compréhension, de repérage dans le temps et dans l’espace ou des difficultés avec l’écrit », notamment les personnes âgées, en situation d’illettrisme ou encore primo-arrivantes. Dans ce cheminement vers l’obtention du label, qui s’est déroulé sur plusieurs années, le CCAS a été accompagné par l’association Les Papillons Blancs de Lille, affiliée à l’UNAPEI. «La première étape a été de sensibiliser, sur la base du volontariat, les agents du CCAS à tous les types de handicap, et particulièrement aux handicaps invisibles.

Comme dans la population générale, la notion de personne handicapée se limite trop souvent à la personne en fauteuil, sans tenir compte des très nombreux handicaps invisibles. Les agents, qui se sont déplacés à l’ESAT pour échanger sur le handicap mental, sont ainsi mieux à même d’accueillir et de guider le public concerné, et devraient se sentir moins dépourvus pour gérer des situations complexes », détaille Francine Hameau. L’ESAT de Loos a ensuite aidé le CCAS à traduire le formulaire de demande de prestations dédié aux personnes en situation de handicap en «Facile à lire et à comprendre » (FALC), méthode qui permet d’adapter des supports écrits dans un langage compréhensible par tous. «J’avais commencé à travailler sur la simplification de ce document. Les échanges avec le public de l’ESAT m’ont permis de rectifier mes intuitions et de progresser en FALC. J’ai vécu cette expérience comme une aventure profondément humaine au cours de laquelle j’ai appris sur le handicap mais aussi sur moi-même », confie Sylvie
Darcourt-Vandewynckele.

Labellisé en 2021 après un audit réalisé par l’ESAT s’appuyant sur des démarches réelles ou sous forme de test, le CCAS ne compte pas pour autant s’endormir sur ses lauriers. «Le label est révisable tous les cinq ans, ce qui nous laisse du temps pour progresser dans l’accessibilité. À l’échelle du CCAS, nous allons faire traduire de nouveaux documents en FALC et améliorer sa signalétique, de l’entrée dans la ville jusqu’au bâtiment et autour du bâtiment. Nous pourrions aussi aller plus loin dans la formation des agents. À l’échelle de la commune cette fois, nous ambitionnons d’insuffler la même qualité d’accueil aux personnes en situation de handicap dans le secteur de la petite enfance et du grand âge. Nous nous apprêtons d’ailleurs à intégrer des personnes retraitées de l’ESAT dans notre résidence autonomie », annonce Francine Hameau.
 

Recourir à la méthode FALC
L’UNAPEI indique que de «plus en plus de collecti-vités » se tournent vers des ESAT pour faire adapter leurs documents avec la méthode «Facile à lire et à comprendre » (FALC), notamment pour rendre plus aisée la visite de leurs établissements culturels. La démarche a connu un boom lors des dernières élections municipales, le ministère de l’Intérieur ayant incité les candidats à déployer une communication accessible. Les collectivités volontaires sont invitées à contacter l’ESAT de leur territoire.
Contact
CCAS de Loos.
Tél. 03 20 10 40 80.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°397 - JANVIER 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).