Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Pratique
06/11/2023
Aménagement, urbanisme, logement AMF Environnement

Police de la publicité : les modalités du transfert aux intercommunalités

Au 1er janvier 2024, cette compétence, aujourd'hui partagée entre les maires et l'État, sera transférée aux maires, puis aux présidents d'EPCI. Explications.

Par Fabienne Nedey, avec Valentin Kuznik
Illustration
© Compte Facebook de Paysages de France
Actuellement, les compétences en matière de police de la publicité sont partagées entre le préfet de département et le maire. Le préfet est compétent sauf lorsque la commune est couverte par un règlement local de publicité (RLP). Dans ce cas, ces prérogatives sont exercées par le maire au nom de la commune.

L’article 17 de la loi «Climat et résilience » du 22 août 2021 a prévu, au 1er janvier 2024, le transfert aux maires des compétences en matière de police de la publicité. Ce pouvoir comprend l’instruction des demandes d’autorisation préalables, le contrôle du respect de la réglementation et la mise en demeure des contrevenants en cas d’infraction.

Dans le même temps, et toujours à la date du 1er janvier 2024, la loi organise le transfert des pouvoirs de police des maires dans ce domaine au président de l’EPCI à fiscalité propre. Plusieurs cas sont à distinguer.
 

I - Dans les communautés et métropoles compétentes en matière de PLUi ou de RLPi au 1er janvier 2024


Dans les EPCI compétents en matière de plan local d’urbanisme (PLUi) ou de règlement local de publicité (RLPi), les maires, quelle que soit la taille de leur commune (y compris celles de moins de 3 500 habitants), disposeront d’un pouvoir d’opposition à ce transfert. Le transfert au président de l’intercommunalité aura lieu à l’issue du délai d’opposition (six mois) :

• soit le 1er juillet 2024, si aucun maire ne s’y est opposé. La police sera alors exercée par le président de l’EPCI sur la totalité du territoire intercommunal ;

• soit le 1er août 2024, si au moins un maire s’est préalablement opposé au transfert et si le président ne renonce pas à l’exercice de la police de la publicité avant cette date. Les maires qui se sont opposés au transfert conservent l’exercice de cette police au-delà du 1er août 2024.

Si un ou plusieurs maires s’opposent au transfert avant le 1er juillet 2024 et que le président de l’EPCI renonce au transfert avant le 1er août 2024, les maires conserveront la responsabilité d’exercer la police de la publicité au-delà du 1er août 2024.

À noter : l’article 17 de la loi «Climat et résilience » du 22 août 2021 indique que «la conférence des maires prévue à l’article L. 5211-11-3 [du CGCT] peut être réunie dans les conditions prévues au même article L. 5211-11-3, afin d’assurer la cohérence de l’exercice du pouvoir de police de la publicité ».


II - Dans les communautés qui ne sont pas compétentes en matière de PLUi ou de RLPi au 1er janvier 2024


• Les maires des communes de plus de 3 500 habitants seront compétents dès le 1er janvier 2024 et ne pourront pas procéder à un transfert de cette police au président de l’intercommunalité.

• En revanche, pour les maires des communes de moins de 3 500 habitants, le transfert au président de l’intercommunalité sera obligatoire dès le 1er janvier 2024, sans pouvoir d’opposition.

À noter : ces modalités de transfert pourraient se révéler complexes et entraîner un exercice morcelé de cette police sur le territoire de l’EPCI.

 

Le transfert pose question
L’AMF déplore la complexité du mécanisme retenu par le législateur, qui imposera, dans certaines communautés, l’exercice d’une compétence de police morcelée sur le territoire. Lors de sa commission intercommunalité du 30 mai 2023, l’AMF a rappelé son opposition au transfert obligatoire du pouvoir de police du maire, qui plus est sans possibilité d’opposition pour nombre de petites communes.

Ces dispositions vont, selon elle, à l’encontre des principes de liberté et de subsidiarité qu’elle défend. En outre, et plus grave, leur mise en application pourrait se révéler chaotique (positions divergentes des élus, territoires morcelés…) et nuire à une action coordonnée et efficace en matière de police de la publicité.

Dans un courrier, l’Association a demandé aux ministres concernés, a minima, un report de la réforme au vu des difficultés causées par ces mesures qu’elle souhaiterait voir réviser. Sans réponse à ce jour.
À noter : selon l’article 17 de la loi «Climat et résilience » du 22/08/2021, ces dispositions entreront en vigueur au 1er/01/2024 «sous réserve de l’adoption en loi de finances de dispositions compensant les charges résultant, pour les collectivités concernées, des compétences transférées ». Cette compensation devrait être débattue, cet automne, dans le cadre du débat budgétaire.

 

En savoir plus :
- L'AMF organisera, le 8 novembre 2023, un webinaire " Comment se préparer à la décentralisation de la police de la publicité extérieure au 1er janvier 2024 ? ", de 14h30 à 16h00. www.amf.asso.fr
- Lire Maire info du 19/07/2023 et du 03/11/2023.

 

Suivez Maires de France sur X: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°416 - OCTOBRE 2023
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

FÉVRIER 2024 N°420
Dossiers d'actualité
class="couleur1">
Finances locales 2024

class="couleur">
Cybersécurité

class="couleur">
105e Congrès 2023

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).