Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
novembre 2022
Energie Environnement

Béthune réussit son pari de mix énergétique

La ville du Pas-de-Calais (24 815 habitants) a créé un nouveau réseau de chauffage utilisant le gaz de mine et la chaleur de son centre de valorisation énergétique.

Par François Lecocq
Illustration
© Ville de Béthune
Le réseau de cogénération permet une économie moyenne de 400 euros par logement raccordé.

Évidemment, en 2017, personne ne pouvait prévoir la guerre en Ukraine ni la flambée des coûts énergétiques. Il n’empêche qu’à cette époque, Olivier Gacquerre, maire de Béthune (62), saisit l’échéance du renouvellement de la délégation de service public (DSP) concernant son réseau de chauffage urbain pour le repenser complètement.

Objectifs : le moderniser, verdir le mix énergétique en favorisant les énergies locales et de récupération pour faire baisser la facture. «Nous avons choisi la proposition innovante de Dalkia, un choix d’autant plus pertinent dans le contexte actuel », souligne-t-il.

À l’origine, la ville dispose d’un réseau de chauffage créé dans les années 1960 alimenté par deux chaufferies fonctionnant au charbon puis au gaz naturel. «C’était l’un des moins performants de France, avec un réseau surdimensionné et obsolète », rappelle le maire. Lors du renouvellement de la DSP, Dalkia propose de remplacer l’une des deux chaufferies, de les relier au centre de valorisation énergétique (CVE) afin d’exploiter la chaleur fatale (chaleur produite par un procédé industriel mais non utilisée ; par exemple, un ordinateur produit de la chaleur lors de son fonctionnement qui n’est pas récupérée) et, en complément, d’utiliser le gaz de mine (grisou), toujours présent dans les 100 000 kilomètres d’anciennes galeries des Houillères, fermées en 1990.

Pour exploiter ce gaz de mine, à l’origine de dramatiques explosions aux XIXe et XXe siècles, Dalkia a mis au point un nouveau système de brûleur permettant de pallier la qualité inconstante de ce gaz composé à 90 % de méthane. Exploité par Gazonor dans trois puits de forage à Divion, Avion et Lourches, ce gisement de grisou est estimé à 150 ans de réserve et, en tant qu’énergie de récupération, n’est soumis qu’à 5,5 % de TVA contre 20 % pour le gaz naturel. De surcroît, son prix est déconnecté des cours mondiaux des énergies traditionnelles.

« Cette solution a également permis de bénéficier de 9,5 M€ de subventions de l’Ademe sur un investissement total de 26,3 M€ intégralement pris en charge par Dalkia. Vingt kilomètres supplémentaires de réseau ont été créés pour relier le CVE, les deux chaufferies et le gisement de gaz de mine, avec, à la clef, 100 créations d’emplois durant les deux ans de travaux (2019-2021) », détaille Olivier Gacquerre.
 

Des économies substantielles

Mis en service au premier trimestre 2021, ce nouveau réseau de chauffage de cogénération est actuellement alimenté à 40 % par l’énergie du CVE, 17 % par le gaz de mine et le reste en gaz naturel. «Dès 2030, il fonctionnera à 80 % avec des énergies de récupération, en sachant, qu’à cette échéance, nous nous doterons d’un nouveau CVE plus performant », poursuit-il.

Le réseau de chauffage alimente d’ores et déjà 6 900 équivalents logements de Béthune, dont 45 des 65 bâtiments municipaux (2 théâtres, 1 musée, par ex.). Traversant plusieurs communes de son agglomération, il bénéficie aussi à certains de leurs équipements, tels la zone d’activités Futura de Verquigneul, le centre hospitalier de Beuvry, des bâtiments municipaux d’Annezin, Vendin-lès-Béthune, Chocques et Labeuvrière.

Pour les communes comme pour les habitants de logements collectifs, les économies de facture énergétique sont substantielles. «Dans l’ancienne DSP en 2017, le prix du mégawatt-heure était de 110 € TTC. Aujourd’hui, il est de 75 € et même 67 € l’an dernier, en sachant qu’au 1er septembre 2022 le prix du marché est de 303 €. Pour les habitants d’un logement social, cela représente une baisse de 40 %, soit environ 400 € d’économie annuelle », se réjouit le maire de Béthune.

S’il s’attend malgré tout à une hausse de 500 000 € de la facture énergétique de la ville en 2023 (budget de 3 M€ tous fluides confondus), celle-ci aurait été plus de deux fois supérieure sans la mise en place de ce réseau.
 

Dupliquer l'expérience
Aujourd’hui, 6 900 équivalents logements sont raccordés au nouveau réseau de chauffage urbain, le triple par rapport à sa mise en service début 2021. Si tous les habitats individuels et les petits bâtiments municipaux ne pourront pas être raccordés pour des questions de coûts d’installation trop élevés, Béthune (62) va continuer à étendre le réseau, notamment aux entreprises et bâtiments collectifs.

En tant que président de la communauté d’agglomération Béthune-Bruay, Artois Lys Romane, Olivier Gacquerre souhaite aussi adopter un schéma directeur énergétique permettant à l’intercommunalité de bénéficier de ses performances.
Contact : Hôtel de ville, 6 place du4 septembre, 62400 Béthune. Tél. 03 21 63 00 00. www.bethune.fr

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance


Raccourci : mairesdefrance.com/1807
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°406 - NOVEMBRE 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).