Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Europe
novembre 2022
Europe

Cohésion : le Comité européen des régions alerte sur les inégalités territoriales

Dans un rapport, il recommande à l'Union européenne de s'appuyer sur les collectivités pour les réduire.

Par Isabelle Smets
Illustration
© European Union/Nuno Rodrigues
Crise sanitaire, lutte contre le réchauffement climatique, pour le Comité européen des régions, les régions et les villes sont en première ligne.
C’est maintenant une tradition : à Bruxelles, la session du Comité européen des régions (CdR), qui s’est déroulée du 10 au 12 octobre 2022, correspond à la publication de son rapport annuel sur l’état des villes et régions de l’UE (bit.ly/3N5hlF7). Vaste compilation de données et d’analyses, le rapport prend le pouls des territoires, pointant les défis les plus pressants que les villes et régions seront amenées à relever. L’édition 2022 du rapport pointe les conséquences financières des catastrophes liées au réchauffement climatique et l’urgence d’agir pour contenir ce phénomène (lire ci-contre). Le rapport souligne aussi que la pandémie de Covid-19 a renforcé certaines fractures territoriales antérieures entre les pays membres. Notamment la fracture numérique qui n’en finit pas de se creuser et qui touche particulièrement la France. Illustration : si la crise sanitaire a stimulé l’utilisation quotidienne d’internet dans de nombreux pays et régions, la France figure parmi ceux où, au contraire, cette utilisation a reculé en 2021 par rapport à 2019. Notamment en raison des faibles taux d’utilisation dans ­certaines zones rurales. La France, avec la Grèce et la Roumanie, figure aussi parmi les pays où les citoyens sont les plus sceptiques sur l’apport des outils numériques à leur quotidien. Selon le rapport, seuls 29 % des Français ont un a priori favorable sur ces outils, contre par exemple 67 % en Finlande ou 63 % au Danemark.
 

Partir du terrain

« Il est des domaines où, surtout avec la crise, on assiste à des reculs. Et la question numérique en est une, convient Nathalie Sarrabezolles, conseillère départementale du Finistère et autrice d’un rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale de l’UE, présenté et adopté lors de la session du Comité européen des régions (bit.ly/3F9D8ZZ). Ce document lance la réflexion en faveur d’une politique de cohésion inscrite sur le long terme. Une politique «axée sur un véritable partenariat de confiance avec les régions et collectivités territoriales » pour inverser le déclin démographique dans les régions rurales et répondre aux nouvelles inégalités territoriales générées par le changement climatique et la généralisation du numérique. «Il faut que l’on définisse des politiques de cohésion plus à même de répondre à ces difficultés qui sont amplifiées par les crises ou qui arrivent en raison des crises, estime Nathalie Sarrabezolles. Et pour cela, les politiques doivent partir du terrain. Il ne suffit pas de mettre des grosses enveloppes, il faut aussi trouver les moyens de les dépenser de la bonne façon et, donc, il faut associer les collectivités territoriales et, à travers elles, les citoyens. »

Son rapport appelle la Commission à intégrer dans toutes les politiques de l’Union européennes le principe d’un «test rural », conçu sous la forme d’une étude d’impact permettant de prendre en compte les spécificités des territoires ruraux et d’y évaluer les conséquences des actions afin de préserver la cohésion territoriale. «On pourrait aller plus loin et dire que toutes les politiques européennes doivent contribuer à la cohésion, mais ne pas lui nuire, ce serait déjà ça », sourit Nathalie Sarrabezolles.

Un principe qui, à en croire le rapport du CdR, gagnerait à être appliqué aux plans de relance européens. «Les premières évaluations de la facilité pour la reprise et la résilience [FRR – l’instrument européen mis en place pour financer les plans de relance post-Covid des États européens] montrent que ces modèles de dépenses pourraient accroître la fracture territoriale au sein de l’UE, ce qui compromettrait en partie le travail lié au financement de la cohésion », alerte le rapport. En cause notamment, une approche trop centralisée qui ne permet pas de véritablement répondre aux besoins de terrain. Le risque est que la politique de cohésion devienne une variable d’ajustement dans les situations de crise. La guerre en Ukraine en est la dernière illustration : la Commission européenne a ainsi proposé aux États de transférer une partie des enveloppes de la cohésion vers la FRR pour y financer un chapitre «RePower EU », du nom du vaste plan visant les États à s’émanciper des combustibles fossiles russes.

Pour mettre fin à ces transferts financiers qui mettent à mal la cohésion, le CdR propose, lui, que le réexamen à mi-parcours du cadre financier pluriannuel de l’UE, annoncé par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, soit plutôt l’occasion de créer un nouveau fonds européen pour faire face aux crises imprévues.

 

Catastrophes naturelles : un coût qui explose
L’été dramatique marqué par les nombreux incendies conforte les dires du rapport 2022 du Comité européen des régions (CdR) sur l’état des villes et régions d’Europe. Le coût des dommages causés par les inondations, incendies de forêt et épisodes de chaleur extrême pourrait atteindre 170 MdsE par an dans l’UE, alerte le CdR. «L’incapacité à agir vite ou efficacement pour ralentir l’urgence climatique pourrait avoir un effet dévastateur sur les villes et les régions de toute l’UE. » Le nombre de jours où le risque d’incendie est élevé ou extrême devrait augmenter pratiquement partout en Europe, avec le risque le plus accru dans les régions du sud déjà les plus exposées, soulignent les auteurs. Dans les pires scénarios, cette fréquence de risque pourrait atteindre entre 10 et 20 jours supplémentaires par an dans certaines régions françaises. Dans des régions espagnoles, italiennes et grecques, ce risque supplémentaire atteindrait 30 à 40 jours par an.

 

 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance


Raccourci : mairesdefrance.com/1749
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°406 - NOVEMBRE 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).