Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Interco et territoires
mars 2021
Finances

Relations financières communes-EPCI : l'attribution de compensation

Inhérente à l'intercommunalité à fiscalité professionnelle unique, l'attribution de compensation doit faire l'objet d'un rapport de l'EPCI d'ici à la fin de 2021. Par Thomas Beurey

Lorsqu’un EPCI a choisi le régime de la fiscalité professionnelle unique (FPU) – comme c’est le cas de 85 % des EPCI à fiscalité propre –, il perçoit le produit de la fiscalité économique locale à la place des communes membres. Mais le montant de cette recette n’est pas équivalent au coût des responsabilités qui ont été transférées à l’EPCI. La différence entre les deux fait l’objet de reversements aux communes sous la forme des attributions de compensation (AC). Des flux financiers d’un montant de 12,5 Mds euros par an.

Montant figé

Le montant prévisionnel des AC est communiqué par l’EPCI aux communes membres avant le 15 février de chaque année. Elles constituent une dépense obligatoire pour l’EPCI et, le cas échéant, pour les communes. En effet, des AC «  négatives » (versements de la commune vers l’EPCI) existent lorsque le montant des charges transférées à l’EPCI excède le produit de fiscalité transférée. Dans le cas où cette fiscalité croît, la totalité des recettes supplémentaires revient à l’EPCI. Pour autant, les AC restent fixes dans le temps, tant que n’intervient pas une évolution de la répartition des compétences (transfert à l’intercommunalité, rétrocession aux communes) ou une révision de leur montant.

Évaluation des charges transférées 

La détermination du montant initial des AC est précédée par les travaux de la commission locale d’évaluation des charges transférées (CLECT). Composée d’au moins un représentant de chaque commune, elle se réunit la première année d’application du régime de la FPU et à chaque nouveau transfert de charges entre les communes et l’EPCI. Sa mission se borne à évaluer le coût des charges transférées : elle n’a pas à proposer un montant d’AC. L’EPCI et les communes membres peuvent fixer librement le montant de l’AC initiale, sous certaines conditions de majorité fixées par le Code général des impôts. À défaut d’accord, des règles de droit commun s’appliquent. En cas d’évolution du périmètre de l’intercommunalité, il existe de nombreuses modalités de détermination des AC.

Révision des attributions de compensation

Leur montant peut à tout moment faire l’objet d’une révision (à la hausse ou à la baisse), si l’EPCI et les communes concernées en sont mutuellement d’accord. Cette révision dite « libre » s'effectue à la majorité des 2/3 du conseil communautaire et l'accord de chaque commune au vu du dernier rapport de la CLECT. Mais dans le cas où la commune délibère contre la proposition de révision formulée par l’EPCI, son montant d’AC est inchangé. Une révision (dans certaines limites) peut également être opérée sur décision unilatérale de l’EPCI, dans deux cas : lorsque l’EPCI voit baisser ses bases imposables de fiscalité économique et lors d’une modification de son périmètre (y compris fusion). Enfin, sous réserve du respect de certaines conditions de majorité, les EPCI à FPU et leurs communes membres peuvent procéder à la baisse (dans la limite de 5 % du montant initial) des AC des communes disposant d’un potentiel financier par habitant supérieur de plus de 20 % au potentiel financier par habitant moyen des communes membres. La commune concernée par la révision ne peut s’y opposer. Rapport de l’EPCI en 2021. Même en l’absence de transferts, la nécessité de réviser les AC pourrait s’inviter prochainement ici ou là, à la lumière du rapport que les EPCI à FPU doivent élaborer sur ce sujet, d’ici au 30 décembre 2021. Prévu par l’article 148 de la loi de finances pour 2017, ce rapport – qui est à réaliser tous les cinq ans – porte sur « l’évolution du montant des AC au regard des dépenses liées à l’exercice des compétences par l’EPCI ». À noter : l’obligation intervient, cette année, en même temps que la préparation, par les EPCI signataires d’un contrat de ville, de leur pacte financier et ­fiscal – puisque, là aussi, l’échéance est celle de la fin de l’année (art. 71 de la LFR du 30/07/2020). La présentation et la délibération sur le ­rapport sur les AC est un moment privilégié ­d’information, de dialogue et de concertation entre l’EPCI et les communes membres sur leurs relations financières au regard des compétences exercées par l’intercommunalité.

Infos pratiques
• Guide de l’AC publié par la DGCL (https://bit.ly/2NVTey5).
• Guide du président et des élus de l’intercommunalité, publié par l’AMF (www.amf.asso.fr, réf. CW40232).

Cet article a été publié dans l'édition :

n°388 - MARS 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).