Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France


Votre mandat
décembre 2020
Aménagement, urbanisme, logement Environnement

Le maire et les poteaux

Maire d'Azeville (Manche, 85 habitants) depuis 2014, Nicolas Poisson a supprimé, en 2020, les 35 poteaux surchargés de fils qui enlaidissaient son village. Par Bruno Leprat

© Thierry Houyel

 

Devis. « En 2015, bonne nouvelle : Azeville est retenue par Manche numérique, une émanation du conseil départemental, pour être reliée à la fibre. Les mois suivants, je me dis qu’à nouveau, les 35 poteaux qui supportent l’éclairage de rue, l’électricité et le téléphone vont être bardés de fils (car il s’agit de fibre aérienne). En outre, l’installation de cette fibre va supposer de poser 20 nouveaux poteaux. C’est hors de question, je commence à être lassé de ces “arbres de Noël” qui enlaidissent nos rues. Je me renseigne sur “l’effacement” des poteaux. En juillet 2018, je demande à mon syndicat d’électrification des premiers devis. Dans cette perspective et pour provisionner la somme nécessaire, je suggère un report de travaux qui devaient avoir lieu dans la salle des fêtes – c’est aujourd’hui ma priorité –, et décide de vendre une belle maison de caractère que la mairie possède, mais qui appelle de gros frais de rénovation. À la surprise générale, nous en toucherons 105 000 euros. »

Subventions. « Avril 2019, le dernier devis arrive. Supprimer les poteaux et enterrer les fils coûterait 376 000 euros, dont 120 000 euros à notre charge (le principal étant couvert par le syndicat). Le montant peut effrayer. Je consulte mon conseil, les “Anciens” du village et donne notre accord. Parallèlement, j’accélère la recherche de subventions, et les réponses positives affluent : 11 520 euros de dotation d’équipement des territoires ruraux, 9 147 euros au titre de la sécurité routière – somme issue des amendes de police gérées par le département, car je prévois de supprimer des zones d’ombre et de mettre aux normes l’éclairage de rue. La communauté d’agglomération du Cotentin nous soutient à hauteur de 16 275 euros et le conseil départemental verse 7 600 euros pour prolonger l’éclairage jusqu’à des blockhaus qui lui appartiennent. »

" Octobre 2019,  les travaux démarrent : tranchée, dépose
de poteaux… 
La population passe un sale hiver. Juillet 2020 : enfin, le village respire. " 






Redécouverte. « En prime, je me dis que je peux demander 30 000 euros à Manche numérique. La raison ? Passer la fibre dans des gaines enterrées, sans avoir à grimper aux poteaux, réduit le coût de chantier. Je tape juste et l’instance nous octroie 21 500 euros. Octobre 2019, les travaux démarrent : tranchée, dépose de poteaux… La population passe un sale hiver, d’autant plus que le chantier a été retardé par le confinement. Juillet 2020 : enfin, les derniers poteaux partent et soudain, le village respire. Il n’y a plus ni fils, ni poteaux. En outre, nos rues se parent de 29 réverbères à led – soit une consommation électrique réduite de moitié. Il en aura coûté au village, au total, 80 000 euros. La fibre, elle, sera là dans six mois.

Ce qu’il retient

Être ambitieux : « Dans ma famille, il y a eu des maires. Mon grand-père a vu l’arrivée de l’eau et de l’électricité. Moi, je resterai comme celui qui a privé de fils les oiseaux ! Un grand chantier pour une petite commune… Selon le notaire, l’immobilier, avec cet effacement et l’arrivée de la fibre, va gagner 12-15 %. »
Être opportuniste : « Des collègues me demandent : “comment as-tu obtenu tant d’aides ?” Il faut connaître les ­dispositifs et les activer, en insistant ou en étant inventif. Si on ne demande rien, on n’obtient rien. Un droit est fait pour être utilisé. »
Rester disponible : « La commune, faute de services techniques ou d’ingénierie, n’a pas mené le chantier. Mais j’ai ­toujours été en contact avec les ouvriers. Par exemple, ils voulaient poser un boîtier sur une palissade. Comme ils savaient que je trouverai cela laid, nous avons trouvé une solution. » 
Remerciements

« Je remercie le département, l’État et la communauté d’agglomération. Grâce à leurs aides, le village a gagné en beauté, une fois pour toutes, car nous avons tout effacé d’un coup, sans faire de tranches. J’ai aussi une pensée pour les ouvriers de l’opérateur internet qui ont creusé sans relâche, dans le vent et la pluie, pour poser gaines et fourreaux. J’ai apprécié qu’ils comprennent l’enjeu esthétique lié à la suppression des poteaux. Dès qu’ils hésitaient sur un aménagement, ils m’appelaient et nous nous mettions d’accord… Une vraie complicité public-privé ! »

Cette article a été publié dans l'édition :

n°386 - JANVIER 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Découvrez la nouvelle formule

MAI 2021 N°390
Dossier d'actualité
EUROPE

Les fonds européens expliqués aux élus locaux

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).