Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
mars 2022
Logement Patrimoine Santé Social

Il réunit les générations au c"ur de l'ancien hôpital de La Charité

Le maire de Lavault-Sainte-Anne (03) a créé un lotissement où des lieux de vie se côtoient : logements, Ehpad, centre social et, bientôt, une micro-crèche.

Emmanuelle Stroesser
Illustration
Selon Samir Triki, maire de Lavault-Sainte-Anne (Allier), " la personne âgée est la mémoire de nos territoires et doit être au cœur de nos préoccupations ".
Il est très stimulant pour une personne âgée d’avoir son lieu de vie à proximité d’activités associatives et culturelles. » Cette conviction a conduit le maire de Lavault-Sainte-Anne à se lancer dans un projet pour le moins ambitieux : un lotissement intergénérationnel. «La personne âgée est la mémoire de nos territoires et doit être au cœur de nos préoccupations », pose Samir Triki.

Et au cœur de la vie de la cité ! Onze pavillons devant accueillir des personnes âgées ont été construits de part et d’autre d’une allée, menant à l’espace dit de La Charité, un ensemble de quatre bâtiments classés, devenu la «pierre angulaire » de l’espace de vie communal.

Les onze pavillons ont été occupés sitôt livrés en février 2021. Ils ont attiré un public plus large qu’envisagé puisque le plus jeune locataire a 50 ans, la plus âgée 94, «une dame qui vivait à 100 km de sa fille a pu se rapprocher à 5 km de celle-ci ». Beaucoup «ont quitté des passoires thermiques » pour emménager dans les logements haute qualité environnementale (HQE). Tous les pavillons sont de plain-pied, avec un petit jardin et un garage. Les pavillons sont des logements communaux. Le maire y tenait. Les locataires des pavillons peuvent se rendre à pied à l’espace de vie communal.

Près des pavillons, «une pergola et un terrain de pétanque ont été aménagés, mais nous avons carrossé l’allée qui mène au centre social à 250 m. Celui-ci est installé dans l’un des bâtiments classés. Nous avons choisi cette option plutôt que de construire une salle commune séparée du reste de cet espace de vie », explique le maire.
 

Le bien-être… pour tous

Le cahier des charges du centre social, géré par le centre communal d’action sociale (CCAS), prévoit que les manifestations et les activités organisées mêlent autant que possible enfants et adultes, jeunes et seniors.

Une maison de retraite pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), passée sous gestion privée associative, occupe déjà l’un des bâtiments anciens depuis 2014. La structure de 70 lits compte une unité Alzheimer, un accueil de jour et, bientôt, un accueil de nuit ouvrira.

« Nous avons passé une convention afin que les personnes âgées locataires des pavillons puissent venir y déjeuner, dans un salon séparé des résidents », précise Samir Triki. Ici, la cuisine est faite sur place et utilise un circuit court.

Une autre partie du bâtiment rénové accueillera, en juin 2023, une micro-crèche gérée par le CCAS. «Ce sera la première offre de garde sur la commune », se réjouit le maire. Avec en prime des horaires atypiques adaptés à ceux des parents qui travaillent au centre hospitalier de Montluçon ou à la maison de retraite voisine.  

Dernière pierre à l’édifice intergénérationnel : la création d’une maison de santé. Le maire, par ailleurs médecin ORL, y tient pour consolider le lien social. Mais, hélas, le médecin qui avait prévu de s’y installer ne viendra pas. À ce jour, la commune en recherche toujours un.

Enfin, la commune met à disposition une voiture électrique pour les habitants n’ayant pas de véhicule. Ils peuvent aussi appeler un employé communal pour effectuer leurs courses à ­Montluçon, située à 1 km… «Beaucoup d’habitants s’entraident simplement », note l’élu qui, d’ailleurs, les y encourage. Si plusieurs veulent aller voir un spectacle sur Montluçon, la commune leur prête son minibus.
 

Le coup de pouce du loto !
Le financement des pavillons (coût total de 1,78 Me) repose sur un emprunt de la commune et sur des subventions de la région, du département, de l’Europe, de la Carsat et des caisses de retraite Agirc-Arcco, avec une aide de 18 900 e pour 8 des 11 logements. Ce qui permet de rendre le loyer abordable (384 e pour un T2). La commune a bénéficié du loto du patrimoine, soit 980 000 e investis dans la restauration (toiture, charpente…) d’une partie des bâtiments du site de La Charité.
En savoir + : Mairie. Tél. 04 70 05 40 42. www.lavault-ste-anne.fr

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°399 - MARS 2022
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).