Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Votre mandat
juillet 2021
Retour d'expérience

Le maire et les sangliers

Maire de Saint-Martin-d'Auxigny (2 415 hab., Cher), Fabrice Chollet a reçu dans son hall de mairie, le 5 décembre dernier, des administrés très agressifs : cinq sangliers dispersés par une chasse dominicale. Propos recueillis par Bruno Leprat

Illustration
" Je reçois les réactions d'administrés. À part quelques remarques hostiles à la chasse, c'est l'humour qui l'emporte. "

 

Intrusion. «  Je suis chez mon père, un dimanche à déjeuner, quand je reçois un appel des gendarmes : des sangliers sont entrés dans la mairie ! Je crois à une blague mais c’est sérieux. Je me rends sur place aussitôt. Le hall est saccagé, la porte d’entrée en verre a explosé, il y a du sang, de la boue... Heureusement, les bêtes ne sont pas allées à l’étage ni en salle de conseil. Elles sont reparties, n’ont blessé personne. Les chasseurs arrivent à leur tour, et nous comprenons ce qui s’est passé. À une dizaine de kilomètres, ils ont levé des sangliers, qui se sont dispersés. Un groupe de cinq, mené par un mastard, s’est retrouvé dans le bourg, a déboulé sur la place. Ils ont vu les sapins de Noël devant la mairie, leur reflet dans la porte : ils ont foncé. »

Médiation. «Je ne veux pas que la nuit, la mairie soit ouverte à tous vents. Le lundi, nous sommes fermés comme d’habitude. J’en profite pour appeler la maintenance. Dans les heures qui suivent, un ouvrier fait une réparation de fortune. La porte sera remplacée quelques semaines plus tard. Je calme aussi la colère de deux administrés dont les grillages ont été défoncés par les sangliers, ils veulent porter plainte. Je leur promets que les chasseurs répareront les dommages – ce qu’ils feront. Dans la semaine, je reçois les réactions d’administrés et de collègues. À part quelques remarques hostiles à la chasse, c’est l’humour qui l’emporte. On me demande du “ pâté de sanglier ” ! On s’amuse de ces “ paroissiens ” qui trouvent refuge dans la mairie. Un ami belge m’appelle, il a vu des vidéos sur les réseaux sociaux. »

Concertation. «  La ruée des sangliers a été filmée par un habitant. Cela a permis de savoir combien les animaux étaient, l’heure où ils sont passés – mieux que la télésurveillance ! Je ne veux pas que l’incident se renouvelle. Le dimanche matin est jour de marché. Si, ce jour-là, les sangliers avaient foncé sur les étals…, je préfère ne pas imaginer. Je ne sais même pas si mon assurance aurait joué. J’ai contacté la préfecture, dans les jours suivant le saccage, pour qu’une grande battue “ administrative ” soit organisée. Je n’ai pas été entendu. Elle a préféré réunir des propriétaires terriens et les chasseurs. Les premiers ont été invités à mieux entretenir leurs friches – des vergers que les sangliers adorent et qui les attirent. Les chasseurs ont été autorisés à chasser plus souvent. Je leur ai demandé, en raison du marché, de ne pas lever de sanglier le dimanche matin. Aujourd’hui, nous voyons moins de sangliers aux alentours du village. » 
 

Ce qu’il retient 
Connaître les animaux : « Le premier confinement a provoqué la surpopulation de sangliers. Ils n’étaient pas chassés. Les battues ont repris et c’est mieux. Un maire doit être un peu “ vétérinaire ”. Pigeons sur les toits, sangliers sur les stades, chevreuils dans les potagers, etc., ces situations se gèrent mieux quand on sait comment vivent les espèces. »
Médiation : « Les anti-chasse risquent de croître. Cela va ­renforcer le rôle médiateur du maire entre les chasseurs (tradition, régulation du gibier, etc.) et les habitants que leurs coups de fusil, et leurs gilets bien visibles, irritent. »
Budget : « Les nuisances liées aux animaux représentent des milliers d’euros pour les prévenir. Laisser les animaux “ vivre leur vie ” entraîne des détériorations qui coûtent aussi cher. » 

 

Remerciements
« Je dis merci aux chasseurs. J’ai un ­rapport de confiance avec eux, et leurs efforts depuis l’incident, pour prélever plus de sangliers autour du village, ont payé. Je félicite aussi la réactivité de l’entreprise qui a posé la porte de la mairie. Je viens de recevoir sa facture et l’assurance va jouer. Enfin, merci au lieutenant de louveterie, lié à la préfecture, qui est parvenu à réguler la démographie des sangliers. Son travail est délicat : d’un côté, les personnes aiment les bêtes en liberté ; de l’autre, elles ne veulent pas les voir errer sur les routes. » 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance


Raccourci : mairesdefrance.com/848
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°392 - Juillet - Août 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).