Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Votre mandat
juillet 2021
Santé

Santé : les adjoints ont sauté dans le grand bain

Titulaires d'un premier mandat d'adjoint au maire ou pas, ils et elles ont démarré leur mandat lors de la Covid-19. Ils en tirent les conséquences pour bâtir leurs projets. Par Emmanuelle Stroesser

Illustration
© Ville de Colmar
Le centre de vaccination de Colmar (Haut-Rhin) est passé de 1 000 injections par semaine en janvier à 16 000 par jour, en juin !
En Ille-et-Vilaine, à Saint-Malo, Sophie Pirot-Leprizé étrenne son premier mandat, « à la cohésion sociale », dont la santé. Infirmière, elle continue de travailler à l’hôpital, deux jours par semaine, «  pour rester dans la vie active ». À Colmar, dans le Haut-Rhin, Nathalie Prunier n’a pas non plus d’expérience municipale. Sa délégation recouvre aussi une large compétence, la «  solidarité, les personnes âgées et handicapées ». « Femme de terrain », elle vient du milieu associatif. C’est une jeune retraitée de la fonction publique. Jean Lacoste, adjoint au maire de Pau (Pyrénées-Atlantiques, lire ci-dessous), a plus d’expérience. C’est son deuxième mandat. Rien ne le prédestinait à devenir adjoint à la santé, heureux qu’il était à la délégation à la culture lors du premier mandat. Si ce n’est son métier, gérontologue. La crise de la Covid-19 l’a propulsé à la troisième place de l’organigramme du conseil municipal, à la tête d’une délégation originale, «  culture et santé ». 
La première année de mandat se termine pour chacun. Leur fatigue peut être physique, certainement pas morale… Ils affichent un enthousiasme incroyable. «  On devrait être des centaines, des milliers à oser vivre cette expérience enrichissante », invite Nathalie Prunier. 
 

« Des défricheurs »

Peu importe que la commune n’ait pas de compétence légale attitrée. La pandémie, en un an, a démontré que cette compétence s’imposait de fait. « Un adjoint à la santé, ce n’est plus du luxe aujourd’hui, chaque ville devrait en avoir un », reprend Nathalie Prunier. «La crise nous a donné des ailes : il va falloir compter sur nous, enchaîne Jean Lacoste. Ce sont les villes qui ont contenu la crise car elles ont su agir, sans attendre les directives de l’agence régionale de santé (ARS) ou des ministres. »
En début de mandat, aucun adjoint n’avait de mode d’emploi ni eu le temps de se préparer véritablement, tous plongés dans «  le tourbillon » à peine élus. Aujourd’hui, ils installent leur délégation pas à pas. Sans forcément de moyens humains spécifiques ou supplémentaires. Ce sont des « défricheurs ». 
L’élue malouine n’a pas été en charge de la gestion de la crise sanitaire, confiée à un adjoint à la sécurité. Ce qui ne l’a pas empêchée de participer à la campagne de vaccination depuis janvier, en tant qu’infirmière. « Je n’ai pas géré le premier confinement, mais je me suis appuyée sur ce qui avait été mis en place par l’équipe pour les deuxième et troisième confinements. J’ai découvert des agents très professionnels. Sans eux, nous ne serions pas grand-chose. » 
À Pau, Jean Lacoste a pris les rênes très tôt, avant même d’être nommé à la santé. C’était le professionnel de santé au sein du conseil municipal, celui sur lequel le maire, François Bayrou, s’est appuyé « dès fin de l'année 2020 » pour « réfléchir au moyen de se préparer » à la crise qui se dessinait. Il a eu l’idée de réunir les professionnels de santé de la ville, «  pour les écouter ». Près de 250 d’entre eux répondent. «  Ils ont été sensibles au fait que la ville se tourne vers eux pour les entendre. » Jean Lacoste pourrait parler des heures de ces moments « inédits » lors du premier confinement, sans un chat dehors, et en mairie, avec trois-quatre personnes au plus. «  On a bâti très vite la réaction de la collectivité car on s’y était préparé. On a bougé des montagnes », souligne l’élu. 
Il se souvient avoir été le premier à distribuer des masques aux soignants du pays du Béarn après avoir déniché un stock de 90 000 masques oubliés dans un hangar. «  Cela nous a positionné comme acteur majeur à l’époque où l’ARS pataugeait », estime-t-il. Suivront le premier «  drive » de tests, une consultation médicale avancée, le tout sans forcément les autorisations requises, mais suivant l’adage, «  si on n’a pas le droit, on prend le gauche ». Aussi, lorsque la campagne du deuxième tour des municipales a commencé, l’idée d’une délégation santé publique s’est imposée, comme un prolongement de ces mois où la commune a fait la différence en proposant et en créant de multiples dispositifs.

 

TéMOIGNAGE
Jean Lacoste, adjoint au maire de Pau (64)
« Agir sur la prévention en priorité »  
«  Le traitement, c’est l’échec du dépistage qui est lui-même l’échec de la prévention. » Jean Lacoste aime à manier cet adage pour décrire ce qui l’anime dans la conduite de sa délégation originale d’adjoint «à la santé et à la culture ». «  C’est sur la prévention que les élus peuvent agir, et là que tout se joue ! C’est réaliste. » Peu importe alors la taille de la commune, «  de 350 habitants à des dizaines de milliers, on peut tous faire de la prévention, sur la nutrition par exemple ». Pour l’élu, la culture peut servir de passerelle. Il cite l’exemple de ce jeune qui, lors d’un concours d’éloquence, a prononcé un réquisitoire contre la malbouffe. Ou celui de l’orchestre El Camino, monté avec des jeunes de quartier. Un conseil scientifique a étudié l’évolution de leur comportement. «  Ils sont plus équilibrés, travaillent mieux à l’école, dorment mieux. » 280 jeunes ont rejoint cet orchestre depuis 2015. «  C’est aussi cela la santé ! », se ravit l’élu, qui aspire à faire sortir la santé, comme la culture, de leur cadre. Ainsi, il rêvait d’installer des banquettes dans les cages d’escalier lors de la réhabilitation d’immeubles. Le projet débute. «  Grâce à cela, les personnes peuvent souffler en montant les escaliers, ils ont moins peur de les prendre, ils font un peu d’activité sportive, et se reparlent. »  


À Colmar, la création d’une délégation à la santé figurait déjà dans le programme municipal. La Covid-19 a précipité les choses. La délégation a d’abord été confiée à un élu en charge de la sécurité. «Mais au bout de deux mois, on a compris que la santé ne pouvait pas être dissociée notamment pour la prise en charge des personnes âgées et handicapées », raconte Nathalie Prunier. « Je n’ai pas de moyens humains supplémentaires, c’est mon service et le centre communal d’action sociale qui assurent. Nous avons la tête dans le guidon et le centre de vaccination est ouvert depuis janvier… mais ça va ! » De 1 000 injections par semaine en janvier, le centre est passé à 16 000 par jour, en juin ! L’élue aussi a «  déplacé des montagnes ». Elle est fière d’avoir rendu possible les premières vaccinations de travailleurs handicapés au vaccinodrome «  comme tout le monde ». Mais déçue que l’ARS ait préféré poursuivre seule leur vaccination, via une équipe mobile allant dans les établissements spécialisés. 
 

Des projets à construire 

La Covid-19 a empêché les élus de rencontrer des personnes et d’avancer aussi vite qu’ils l’auraient souhaité sur leurs projets. Il a fallu faire avec des services réorganisés suivant les périodes de confinement, le télétravail. La situation tend à s’améliorer. La respiration est réelle. «  Vivement les mois à venir », glisse Sophie Pirot-Leprizé dont une bonne partie des projets porte sur le développement de la prévention, en partenariat avec tous les acteurs possibles. « La santé ce n’est pas “que” ne pas être malade, c’est avoir un logement décent, pratiquer une activité sportive, manger sainement, etc. », énumère l’élue. 
Certaines initiatives commencent aussi à sortir de leur sommeil forcé. Comme le contrat local de santé du Pays de Saint-Malo sur lequel compte l’élue malouine pour travailler autour du projet de nouvel hôpital entre Saint-Malo, Cancale et Dinan. Saint-Malo s’apprête aussi à s’engager sur un conseil local de santé mentale. À Colmar, Nathalie Prunier a déjà mis en place le sien. Un groupe de travail y a été créé, à l’automne, pour traiter de l’incidence de la Covid sur la santé mentale. L’alerte donnée par les médecins, il y a un an, sur les risques concernant la jeunesse se confirme. « Le service de pédopsychiatrie est submergé d’adolescents en souffrance… » Comme ses collègues, Jean Lacoste est persuadé que les communes sont l’échelon pertinent pour développer ces politiques «  réactives » de santé publique locale. Les élus se promettent d’en donner la preuve ! 
 

Colmar à l’avant-garde des vaccinodromes
À Colmar (68), Nathalie Prunier se souvient des hésitations des pouvoirs publics face à l’idée de vaccinodromes proposés par les maires. Celui de la commune a ouvert dès le 18 janvier, «avec les moyens du bord, autrement dit les élus, le personnel de mairie, des bénévoles et la réserve municipale pour l’accueil, la prise de ­rendez-vous », liste l’élue. Le cabinet du maire s’est chargé de mobiliser des généralistes pour pratiquer les injections. La mairie a recruté l’ancien colonel des pompiers, médecin coordinateur du ­service départemental d’incendie et de secours. Chacun a fait jouer ses réseaux. La ville a su être réactive et anticiper. 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance


Raccourci : mairesdefrance.com/842
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°392 - Juillet - Août 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).