Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Interco et territoires
juillet 2021
Transports, mobilité, voirie

Lunévillois : une éco-mobilité qui roule

Le pôle d'équilibre territorial et rural du Pays du Lunévillois (PETR, 54) a pris la compétence en 2018 pour proposer des solutions à tous les usagers. Par Christine Cabiron

Illustration
Voulu par le territoire de Lunéville à Baccarat, le service d'autopartage« Lulu » comporte 42 véhicules électriques et autant de stations.

À la campagne, en dehors de la voiture, c’est compliqué de se déplacer », rappelle Philippe Daniel, président du PETR du Lunévillois (54). Ce territoire, situé à proximité du Grand Nancy, comporte quatre communautés de communes et 80 000 hab. Un pôle d’attraction majeur en matière d’emplois et d’études, générant 3/4 des déplacements du bassin de vie de Lunéville. « Dès 2016, les élus ont engagé une réflexion pour mieux organiser la mobilité car les systèmes de transport existants ne répondaient pas à tous les besoins de déplacement. » L’offre reposait sur quelques lignes régionales et du transport à la demande organisé par le PETR. Très vite, il est apparu évident que le Pays était devenu compétent pour organiser la mobilité, « car c’est la bonne échelle » selon Philippe Daniel. Le but : développer un bouquet de services répondant soit à l’absence de moyen de transport, soit à l’autosolisme.
 

Transfert de la compétence

Les communes ont donc transféré la compétence mobilité aux EPCI. Ceux-ci l’ont ensuite déléguée au PETR. « À partir de là, nous avons mené différentes études pour identifier les besoins et définir les solutions à développer », explique son président. La première action a consisté à instaurer, en janvier 2019, un versement mobilité (à 0,6 %), auquel sont assujettis l’ensemble des entreprises et établissements de plus de 11 salariés, pour financer le réseau urbain de Lunéville et les autres services de transports publics. Notamment le transport à la demande déployé dans les 159 communes du territoire. Ensuite, il a été décidé d’améliorer l’accueil, le confort et l’accès aux haltes ferroviaires. « Et ce, à raison d’une gare par an car nous souhaitons favoriser l’intermodalité avec les TER. » 40 vélos à assistance électrique ont été achetés et mis à la disposition des touristes et de la population. Tous les bourgs-centres ont été équipés de bornes de recharge pour les véhicules électriques. Enfin, un système de covoiturage dynamique a été mis en place en partenariat avec Klaxit et les entreprises pour les trajets domicile-travail. « Nous subventionnons le conducteur à raison de 0,10 €/km dans une limite de 40 km. Il est important que la collectivité soutienne cette initiative du moins au départ pour qu’elle se développe. » De son côté, la communauté de communes du territoire de Lunéville à Baccarat a entrepris de créer et financer, à hauteur de 2 M€, un service d’autopartage doté de 42 véhicules et autant de stations. Ce service est géré par le PETR. «Les autres collectivités sont intéressées par ce service créé en 2020. Cette solution va se développer », estime Philippe Daniel. « Nous avons une bonne longueur d’avance en matière de mobilité. Cette dynamique est le fruit du travail des quatre EPCI et de l’implication à la fois des élus et de la population », poursuit-il. Dès la prise de compétence, le PETR a recruté une personne chargée de l’animation. Sa mission : être à l’écoute des habitants, recueillir leurs suggestions et présenter les solutions de déplacement. De plus, une commission mobilité a été créée au sein du PETR dans laquelle « chacun a son mot à dire ». La consultation passe aussi par le biais de la conférence des maires et des associations du territoire. « Nous découvrons l’intérêt d’être autorité organisatrice de la mobilité au fil des actions que nous réalisons. Ce qui compte est d’apporter un réel service à la population. Il faut se donner du temps pour réfléchir et expérimenter. » Prochaine étape : développer un réseau d’auto-stop avec Rezo Pouce et un dispositif de transport solidaire avec des chauffeurs bénévoles.
 

Un «VM » à 1,5 million par an
Le PETR s’est doté d’un budget mobilité de 2,2 M€. Celui-ci est alimenté par le budget général de l’EPCI, lequel s’élève à 3 M€. « Nous avons souhaité que le ­budget mobilité s’autosuffise. Pour l’instant, ce choix politique est respecté grâce au versement mobilité (VM) qui génère 1,5 M€/an », précise le président du PETR. Les différentes solutions de mobilité sont également subventionnées par l’État et l’Europe dans le cadre d’appels à projets et/ou à manifestation, mais aussi par la région Grand-Est et le département de Meurthe-et-Moselle.
En savoir + : www.pays-lunevillois.com (rubrique «mes déplacements »).  

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°392 - Juillet - Août 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).