Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
juillet 2021
Sécurité - sécurité civile

Protéger les personnes contre les violences intrafamiliales

Bois-d'Arcy (15 500 hab., Yvelines) accueille une Maison de confiance et de protection des familles (MCPF) mise en place par la Gendarmerie nationale. Par Sophie Le Gall

Illustration
© Capitaine Gizmo
Le drapeau tricolore qui flotte au fronton ne trompe pas : nous sommes bien dans un bâtiment de la Gendarmerie nationale. La décoration de l’entrée des lieux est, en revanche, plus inattendue. Du mobilier à hauteur d’enfant, des jouets, des couleurs douces, etc. «  Les familles et, en particulier, les mineurs qui arrivent dans nos locaux, doivent se sentir un peu chez elles », commente l’adjudant-chef Jessica Dubois, responsable de la Maison de confiance et de protection des familles (MCPF) de Bois-d’Arcy. 
Inaugurée en octobre 2020, un an après le premier Grenelle des violences conjugales, la MCPF, qui a une compétence départementale, placée sous la direction du colonel Sylvain Tortellier, commandant du groupement de gendarmerie départementale des Yvelines, a été conçue comme un outil clé dans la lutte contre les violences intrafamiliales (VIF) avec la volonté de proposer une prise en compte de la problématique à la fois préventive, globale et pluridisciplinaire.

 

53 MCPF opérationnelles sur l’ensemble du territoire depuis 2021 


Pour ouvrir ces maisons, la Gendarmerie s’est appuyée en partie sur des unités déjà existantes et spécialisées : les brigades de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ), chargées de sensibiliser les jeunes, en lien avec les établissements scolaires (sur des questions de drogue, alcool, Internet, harcèlement scolaire, etc.) et, plus largement, d’épauler des personnes vulnérables. Les départements qui n’étaient pas pourvus de BPDJ ont été dotés de moyens et d’effectifs supplémentaires pour ouvrir chacun leur MCPF. 
Au total, l’ensemble du territoire compte 53 MCPF, opérationnelles depuis 2021. L’ouverture d’une vingtaine de structures supplémentaires est à l’étude. à Bois-d’Arcy, les travaux de rénovation du bâtiment qui abrite la MCPF ont été financés par le conseil départemental. Depuis 2020, la MCPF a développé des actions en s’appuyant sur différents partenaires (associations d’aide aux victimes, les communes et l’Union des maires des Yvelines), et en direction de publics très divers. 
 

Recueillir la parole

 

Tout d’abord, l’équipe reçoit les mineurs victimes et les personnes vulnérables (dont la parole est difficile à recueillir) dans une salle d’audition qui permet d’enregistrer leur témoignage et, ainsi, de ne pas avoir à le répéter. Au-delà de cette spécificité, la MCPF s’adresse à des citoyens de tout âge, victimes directes comme collatérales de violences. La prise en charge peut aussi porter sur la discrimination, le racisme et l’antisémitisme, la prévention de la radicalisation, les addictions, les jeux dangereux ou encore les usages numériques à risque. 

Bénéficiant de formations sur mesure, l’équipe de la MCPF, qui peut compter sur la présence permanente d’un intervenant social gendarmerie (ISG), vient en renfort des autres unités territoriales de gendarmerie sur des cas complexes et travaille aussi en étroite collaboration avec la Police nationale. « Dans une volonté d’aller au-devant des publics et d’être davantage présents sur le volet prévention, nous concevons nos propres outils, par exemple E-Protect, un jeu de prévention contre le cyberharcèlement dédié aux collégiens, que nous avons développé en partenariat avec l’association e-Enfance », explique l’adjudant-chef Dubois. Toujours pour informer et libérer la parole, la MCPF vient d’entamer une tournée des communes, en accord avec les maires concernés, à bord d’un camion aménagé, le « Gend-Truck ». « Nous sommes présents les jours de marché pour rappeler à la population notre mission d’écoute et de conseil sur des sujets du quotidien comme sur des sujets plus délicats », précise-t-elle.

Pendant les périodes de confinement, la MCPF s’est mobilisée pour garder le lien avec la population, spécifiquement avec les personnes en danger qui étaient alors d’autant plus vulnérables. En partenariat avec le conseil départemental des Yvelines, elle a ainsi fait imprimer des milliers de pochons et de tickets de caisse indiquant les contacts des secours.
 

Beynes forme ses agents 

Dans le cadre d’un contrat de mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles, Beynes (8 000 hab., Yvelines) s’est rapprochée de la MCPF pour sensibiliser ses agents à la problématique. « Ils peuvent être amenés à repérer des situations à risques et ne savent pas toujours comment évaluer, réagir et orienter », explique le maire, Yves Revel. Par ailleurs, la commune diffuse, par exemple dans son journal municipal, différents outils de prévention, comme le « violentomètre » qui permet d’évaluer si une relation est basée sur le consentement ou non.
Contact

- MCPF 78, Bois-d’Arcy, Tél. 01 30 58 81 11.
 
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°392 - Juillet - Août 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions
Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).