Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Pratique
juillet 2021
Aménagement, urbanisme, logement Environnement

Travailler avec... le Cerema

Etablissement public, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) propose son appui aux communes. Par Sophie Le Gall

Illustration
© Cerema

 Missions. Fondé en 2014, le Cerema, établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et du ministère de la Cohésion des territoires, succède au Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Certu) et regroupe aussi huit CETE (centres d’études techniques de l’équipement), le CETMEF (Centre d’études techniques maritimes et fluviales) et le SETRA (Service d’études techniques des routes et autoroutes). Le Cerema apporte son expertise aux collectivités territoriales, aux services déconcentrés de l’état et aux entreprises sur l’ensemble des thématiques de l’aménagement et du développement durable : urbanisme, environnement, gestion des risques, mobilité, etc. C’est un centre de ressources et d’expertises techniques et scientifiques. 

Organisation. Le Cerema, dont le siège est situé à Bron (Rhône), est organisé en trois directions techniques – eau, mer et fleuves ; infrastructures de transport et matériaux ; territoires et ville ;  et huit directions territoriales. Il regroupe actuellement environ 2 400 agents. Le projet de loi 4D prévoit une réforme du Cerema afin de modifier sa gouvernance et de permettre aux collectivités locales de participer à son financement, avec l’objectif affiché que cette réforme se fasse «  au profit » des collectivités. Cette évolution devrait aussi préciser l’articulation entre l’action du Cerema et celle de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
 
Actions. Le Cerema apporte son expertise sous forme d’appels à projets ou à la demande d’une collectivité qui peut le saisir directement, en se rapprochant de sa direction territoriale la plus proche. «  Nous nous efforçons de faire du sur-mesure, explique Pascal ­Berteaud, son directeur général. Nous dépêchons gratuitement sur la commune une équipe d’experts qui analysent la situation. Si des travaux sont nécessaires, nous finançons, en général, 50 % du coût et certains dispositifs prévoient une prise en charge à 100 %. » Les petites communes devraient être «  plus particulièrement intéressées par les programmes concernant le trait de côte, la lutte contre le bruit ou encore, à l’échelle intercommunale, la mobilité », poursuit-il. Actuellement, le Cerema coordonne le programme national Ponts (2021-2022), qui vise au recensement et à l’évaluation des ouvrages d’art dans 28 000 communes éligibles (lire ci-dessous). 

 

TEMOIGNAGE
Jacques Le Berre, directeur Cerema Est
« Notre relation avec les communes est une relation de réciprocité : nous leur apportons notre expertise et nous apprenons grâce à elles en ayant l’occasion d’aller sur le terrain, à chaque fois dans une configuration unique, pour vérifier nos savoirs théoriques et découvrir des projets innovants menés par ces collectivités. Cette relation est fructueuse mais nous avons encore devant nous une marge de progression importante pour travailler davantage avec les élus locaux. »

 

Une commune, un projet
Inquiète de l’état de six ponts localisés sur sa petite commune, Yolande Houpert, maire de Virming (320 hab., Moselle), a «  cherché un certain temps auprès de qui obtenir un avis d’expert » avant d’être orientée par la direction départementale des Territoires (DDT) vers la direction territoriale Grand Est du Cerema. «  Deux experts du Cerema sont venus, en 2020, passer plusieurs jours sur la commune. à la fin de leur mission, ils nous ont remis une fiche d’entretien pour chaque pont. Nous avons entrepris des petits travaux, l’état des ponts ne nécessitant pas davantage, heureusement. Pour l’ouvrage qui me souciait le plus, car régulièrement emprunté par des camions d’une entreprise locale, le Cerema nous a conseillé de revoir les règles de circulation. Dans une petite commune comme la mienne, qui compte un seul agent de service technique, et à mi-temps, il est important de pouvoir trouver des ressources hyper-spécialisées à l’extérieur. » Le coût de cette intervention (antérieure à l’actuel dispositif du programme national Ponts) s’est élevé à 2 400 €.

 

Contact :
www.cerema.fr et www.cerema.fr/fr/contact 
- Programme national Ponts : https://bit.ly/3yVaaYk

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance


Raccourci : mairesdefrance.com/854
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°392 - Juillet - Août 2021
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).