Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France


Pratique
octobre 2020
Environnement

Comprendre les enjeux du recyclage des déchets

Débouchés, conditions de reprise des matériaux, vente des matières recyclées..., petit memento à l'usage des élus.

Fabienne NEDEY
© AdobeStock
Le recyclage, qui évite le rejet de 20 millions de tonnes de CO2 par an, s’inscrit dans un équilibre fragile. Pendant le confinement, la fermeture des frontières a mis en lumière la nécessité de disposer, sur le territoire, de matières recyclées (le textile par exemple) pour alimenter les productions nationales. 

1 La crise de covid-19 impacte les débouchés
La crise sanitaire a mis fin, temporairement, à l’accumulation des stocks de cartons dans les centres de tri, qui devenait critique. Dans un marché surabondant au plan européen, les balles de cartons issues des collectes sélectives ne trouvaient en effet plus preneurs. Mi-mars, elles se sont écoulées en quelques jours, la demande nationale ne pouvant plus être satisfaite autrement. Le problème étant structurel, il pourrait maintenant réapparaître. 
De son côté, la filière textile, basée quasi exclusivement sur l’export et déjà mal en point, est sortie exsangue du confinement et aura du mal à s’en relever (1). Sur les plastiques, avec le faible prix actuel des résines vierges, les matières recyclées sont moins demandées. Les débouchés des métaux, très utilisés dans l’industrie automobile, sont impactés par le ralentissement économique. La consommation de papier, chroniquement orientée à la baisse depuis longtemps, l’est plus encore après cette crise. Même s’agissant du verre, la demande en matériau recyclé est inférieure à son niveau antérieur.

2 La qualité des matériaux produits est déterminante
Dans toutes les filières, les standards de qualité des matériaux issus des collectes sélectives garantissent la compatibilité avec les besoins de l’industrie du recyclage. Ils sont une clé de voute d’un équilibre économique fragile. Il arrive pourtant que les recycleurs reprennent des balles ne répondant pas à ces standards, mais ils les négocient en dessous du prix habituel. De plus, la collectivité concernée s’expose à perdre les soutiens financiers versés par l’éco-organisme pour les tonnes qu’elle a produites et qui ne sont pas conformes aux prescriptions contractuelles. Les élus doivent donc être vigilants sur ce point.

3 Le fonctionnement de la filière financière 
Dans les filières dites «financières », comme celle des emballages, les collectivités sont soutenues financièrement pour collecter les déchets recyclables, les trier, les conditionner, les remettre aux recycleurs. Dans ce cas, elles assument les aléas sur la vente des matières, de façon plus ou moins sûre en fonction des modalités de reprise qu’elles ont choisies dans le cadre de leur contrat avec Citéo ou Adelphe. 
Il existe en effet trois options de reprise au choix : la reprise filières, la reprise fédérations, la reprise individuelle. Dans le premier cas, le plus sécurisé pour la collectivité, il y a une garantie d’enlèvement des tonnes répondant aux standards, à prix fixe, même quand le marché est en berne. Dans la deuxième option, la collectivité contractualise avec un repreneur labellisé par les fédérations FNADE ou FEDEREC, en s’entendant avec lui sur le prix. Si ce repreneur est défaillant, la fédération garantit l’enlèvement des tonnes par un autre adhérent, mais pas le prix. Il faudra négocier un contrat avec ce nouveau repreneur, la collectivité n’étant alors évidemment pas dans une position favorable pour imposer ses vues. Enfin, dans la troisième option, la reprise est directement organisée par la collectivité et mise en œuvre par un ou des repreneurs librement choisis. En clair, la collectivité se débrouille seule pour vendre sur le marché (national ou international) les tonnes produites, ce qui suppose d’avoir dans son équipe une personne exerçant une fonction de courtier.

4 Filières opérationnelles 
Dans les filières dites « opérationnelles », comme celle des déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E), les collectivités s’occupent uniquement de la collecte. L’éco-organisme gère tout le reste en aval et assume les aléas sur le cours des matériaux et les difficultés du recyclage. 

(1) Lire Maires de France, n° 382, octobre 2020, p. 20.


Stabiliser le recyclage
Entre l’économie des matières, par essence fluctuante, dans laquelle s’inscrit le recyclage, et la production de déchets qui, elle, est continue, s’exerce une sorte de quadrature du cercle qui a de quoi dérouter un peu les collectivités. Face à cela, il n’y a aucune solution miracle. Quelques pistes peuvent cependant être creusées : de meilleurs systèmes tampons (stockage temporaire sur les centres de tri et chez les récupérateurs), l’avènement tant attendue d’un taux minimal d’incorporation de matières recyclées dans la production de biens neufs ou encore la taxation de la matière vierge.
 

Cette article a été publié dans l'édition :

n°383 - Octobre 2020
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Découvrez la nouvelle formule

MAI 2021 N°390
Dossier d'actualité
EUROPE

Les fonds européens expliqués aux élus locaux

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).