Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
janvier 2020
Culture Développement économique

Sallertaine structure un village d'artisans d'art

La commune (Vendée, 3 070 habitants) a obtenu le label Ville et métiers d'art au terme d'un long travail pour organiser leur activité et exposer leur savoir-faire.

Frédéric VILLE
Illustration
© Mairie de Sallertaine
Des boutiques d'artisans d'art sont ouvertes lors de « Nocturnes » organisées par l'association L'Île aux artisans.
Qui aurait parié sur Sallertaine pour accueillir aujourd’hui 40 artisans d’art, la commune figurant parmi les 82 labellisées Villes et métiers d’art (1) ? Certes, le village situé à 20 km du littoral, a quelque charme et une église, joyau de l’art roman. Mais cela ne suffisait pas. «Les élus ont choisi une stratégie sur le long terme qui porte ses fruits », estime Christophe Poissonnier, délégué général de Villes et métiers d’art. Tout a commencé dans les années 1980 avec une activité canoë dans les marais, l’installation l’été de professionnels des loisirs créatifs… et de quelques artisans d’art. Lesquels créent alors l’association L’Île aux artisans (2). Après son élection en 1995, le maire, Jean-Luc Menuet, réélu sans interruption depuis, rencontre le chef de la mission métiers d’art de la région et décide de s’orienter vers le label Ville et métiers d’art. Mais comment ? «L’association L’Île aux artisans accueillait alors un peu n’importe qui, explique Richard Billet, aujourd’hui adjoint au maire en charge du tourisme et de la culture. J’en ai pris la présidence en 2005 et on a alors lancé les «Nocturnes in Sallertaine » (lire ci-contre). De son côté, la mairie recrute en 2009 une animatrice tourisme, entre autres chargée du soutien aux artisans d’art.

1 million d’euros ce sont les retombées économiques (loyers, hébergement touristique, restauration...) générées par la présence des artisans.

Des baux saisonniers

En 2010, la mairie décide de procéder à une sélection des artisans. L’association étudie techniquement les dossiers en amont, la commune étant attentive au business plan. Un comité de pilotage (3) donne un avis et le maire décide. Après un premier refus en 2010, le label est obtenu en 2011 pour cinq ans (et renouvelé en 2017), « les personnes qui n’étaient pas artisans d’art ayant elles-mêmes quitté l’association », explique Richard Billet. Parallèlement, la mairie a mené depuis 1995 une politique active de mise à disposition de locaux : « À chaque fois qu’une maison se libérait dans le bourg, on l’achetait pour la transformer en atelier puis la louer. Il a fallu trois mandats pour y arriver, explique Richard Billet. Mais au bout de trois ans, on était obligé de signer un bail commercial, même si le locataire n’avait plus d’activité d’artisan d’art. » La mairie leur a donc proposé des baux saisonniers, ce qui autorise une rupture de contrat mais incite aussi l’artisan à rester à l’année, chaque loyer annuel (entre 800 et 1 600 e) étant le même qu’on reste un à douze mois. Selon la mairie, leur présence génère 1 ME de retombées économiques par an (loyers, hébergement touristique de 1 000 lits, restauration…).
La mairie sert aussi de relais pour les artisans d’art : « Ont-ils pensé à solliciter une aide technique ou financière d’une fondation (Hermès, Bettancourt, Ernst & Young…) ? », interroge l’élu. En échange d’un local à louer, la commune incite chacun à adhérer à l’association et à participer. Il faut en outre, pour conserver le label, continuer à attirer des artisans variés, et innover, notamment avec la Fête des lumières de novembre qui vise à booster la fréquentation avant Noël.
Comme les artisans d’art de Sallertaine, la commune participe à des salons : celui des métiers d’arts de Nantes, le Salon international du patrimoine culturel au Louvre (à Paris), ceux du tourisme de Nantes et Rennes… Objectif ? « Promouvoir le village d’artisans d’art et aussi le réseau Ville et métiers d’art », assure Richard Billet. Enfin, lors de la Journée européenne des métiers d’art, les artisans vont dans les écoles faire découvrir leurs métiers. Pour préparer la relève.    

(1) www.vma.asso.fr/ (2) http://www.lileauxartisans.fr/
(3) Le comité est composé du maire, de l’adjoint au tourisme, du président de L’Île aux artisans, de 2 artisans d’art, 2 représentants de la chambre des métiers, 1 de la communauté de communes et 1 du syndicat touristique Vendée des Îles.
 

« Nocturnes in Sallertaine »
Les «Nocturnes in Sallertaine » se déroulent durant quatre lundis en été, avec des animations de rue festives gratuites : soirée guinguette et concert sur la place, échassiers, maquettes animées, palet, boutiques d’artisans d’art ouvertes, etc. Le budget pour payer les artistes et l’organisation est de 65 000 euros, ­couverts à 23 % par la communauté de ­communes, le reste par les recettes de restauration. 150 bénévoles se mobilisent pour cette fête qui attire désormais 25 000 personnes par an.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).