Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
avril 2020
Environnement

Une smart city bretonne à la campagne

Pour réduire sa consommation d'énergie, Saint-Sulpice-la-Forêt (Ille-et-Vilaine, 1 500 hab.) a opté pour le pilotage énergétique de ses bâtiments par l'internet des objets.

Illustration
© Mairie de Saint-Sulpice-la-Forêt
Grâce aux capteurs installés sur l'école, la commune a pu notamment identifier une défaillance au niveau des panneaux photovoltaïques.
Quand, au début de son mandat en 2014, Yann Huaumé reçoit un rapport de l’Agence locale de l’énergie et du climat, le maire de Saint-Sulpice-la Forêt s’inquiète légitimement : les factures énergétiques des bâtiments publics augmentent de 9 % par an depuis 2006. Bien trop pour une commune déjà aux prises à des difficultés financières. C’est l’un des éléments qui a poussé ce village breton à expérimenter le dispositif «Smart Saint-Sulpice », consistant à réduire la consommation énergétique des bâtiments communaux grâce à l’internet des objets. Objectif : baisser d’au moins 20 % les dépenses d’ici 2020. «Nous souhaitions aussi signer la Convention des maires pour le climat et l’énergie qui nous engage notamment à réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre », explique Yann Huaumé. Cette convention (1), qui rassemble des milliers de collectivités locales s’engageant volontairement à mettre en œuvre les objectifs de l’Union européenne, a été paraphée le 25 septembre 2015 par la commune.
Comme le hasard fait bien les choses, le directeur de la start-up Wi6labs, spécialisée dans les réseaux de capteurs sans fil, basse consommation et longue portée, réside à Saint-Sulpice-la Forêt. Il propose au maire d’installer un réseau de capteurs sur la commune, sans fil et très faciles à déployer qui permet de contrôler en temps réel la consommation d’eau et d’électricité. Yann Huaumé est séduit par cette offre : «Plutôt que d’engager des centaines de milliers d’euros dont de toute façon nous ne disposions pas pour entreprendre de très aléatoires travaux de rénovation, il m’a semblé préférable d’avoir des informations de la consommation énergétique en temps réel. ». Histoire d’identifier les fuites ou les dysfonctionnements le plus vite possible.

Économies et pédagogie

Pour engager l’expérimentation, la commune crée un comité de pilotage avec une dizaine de partenaires (Agence locale de l’énergie et du climat, TDF, Rennes Métropole, Wi6labs, Alkante, un fournisseur de plateforme de collecte, de stockage, de traitement et d’analyse des données…) pour élaborer un cahier des charges à la hauteur des ambitions. En 2016, « Smart Saint-Sulpice » est fin prêt. 30 capteurs ont été installés sur 6 bâtiments communaux, dont la mairie, les services techniques, l’école, la salle polyvalente, mesurant la luminosité, l’humidité, la température et l’émission de CO2. La commune y a consacré 20 000 e. 
Et les petits boîtiers réservent leurs premières surprises : «nous pensions que la salle polyvalente était une passoire énergétique. C’est en fait l’école qui consommait le plus. Nous avons aussi détecté, grâce aux capteurs, une défaillance au niveau des panneaux photovoltaïques de l’école qui nous a fait perdre six mois de production », précise le maire. Avec ces nouveaux indicateurs, la commune adapte ainsi le chauffage des équipements communaux en fonction de leur usage. Elle a «sensibilisé enseignants et élèves au bon usage de l’eau et du chauffage. Informer les usagers de l’impact de leurs actions sur la consommation des bâtiments est essentiel », estime l’élu. 
D’après un bilan de l’Agence locale de l’énergie et du climat, l’objectif des 20 % d’économie d’énergie est atteint, « ce qui est d’autant plus remarquable que les superficies et le nombre d’usagers ont augmenté ces dernières années », se félicite Yann Huaumé, qui garde la tête froide : «La technologie du futur n’est qu’un outil. Elle n’a pas vocation à remplacer les compétences d’un technicien mais à l’aider à travailler de manière plus efficace. »
(1)    www.conventiondesmaires.eu/fr 

Thierry GUERRAZ

 

En savoir +    
Mairie de Saint-Sulpice-la-Forêt.
Tél. 02 99 66 23 63.
Objectif 40 % d’économie d’énergie  
Une seconde phase de «Smart Saint-­Sulpice » permettra de développer une expérimentation avec WI6labs et Alkante pour un pilotage des radiateurs de la commune en fonction des usages et du climat. Par ailleurs, la municipalité étudie la faisabilité d’un réseau de ­chaleur à partir d’une chaufferie bois et la possibilité de couvrir 100 % des besoins électriques des bâtiments communaux, via le photovoltaïque : « Au final, espère Yann Huaumé, l’objectif est d’atteindre 40 % d’économie d’énergie. »
 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).