Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
janvier 2019
Écoles, éducation, alimentation Environnement

Une école sans aucun chauffage... ou presque

Ouverte depuis la rentrée 2018, la nouvelle école élémen-taire de Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne, 1 870 hab.) est une construction passive, en matériaux bio-sourcés.

Catherine STERN
Illustration
© Catherine Stern
L’aménagement de la nouvelle école de Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne), village médiéval niché au cœur des Gorges de l’Aveyron, suscite l’admiration. Ses modules en structure bois, avec de grandes ouvertures vitrées, posés sur des pierres blanches du pays, s’intègrent avec grâce dans le magnifique paysage des causses. Mais l’école n’est pas seulement belle. C’est surtout un bâtiment «passif », qui n’a pas (ou presque pas) besoin de chauffage ou de climatisation, qui produit grâce à ses panneaux photovoltaïques toute l’électricité dont il a besoin pour faire fonctionner la ventilation, l’informatique et l’éclairage. C’est aussi une construction en bois et terre, des matériaux «biosourcés » qui réduisent son empreinte carbone et offrent un grand confort d’usage. «Notre village est classé, le site est remarquable : cela méritait un geste pour l’environnement, explique avec fierté Janick Pavageau, adjointe au maire en charge des affaires scolaires. Nous voulions construire de façon responsable et montrer aux enfants qu’il était possible d’utiliser des matériaux recyclés et naturels pour créer un endroit où on se sente bien, où on respire bien. » 
Le projet a commencé à germer lors du précédent mandat du maire actuel, Gérard Agam. L’ancienne école, datant de 1905, devenait trop petite et surtout inadaptée aux besoins actuels. Sa température y était étouffante en été et insuffisante en hiver, tout en étant un gouffre financier pour le chauffage, sans parler des émanations de fuel qui persistaient pendant un mois et demi après la livraison. Le concours d’architecte, lancé en 2015, a attiré 46 réponses et le jury a désigné l’agence toulousaine de Laurence Ryckwaert, associée à la nancéenne Mil Lieux, spécialisées dans les bâtiments passifs et à énergie positive. 
Le confort des enfants a été la priorité de la municipalité. Leur nouvelle école de 1 270 m² comprend 6 classes de 65 m², avec 3 ateliers de 27 m² communs à deux classes, une salle informatique, une bibliothèque, une salle de motricité, une cour de 810 m² avec 150 m² de préaux. Un soin particulier a aussi été apporté à l’isolation phonique. « La majorité des matériaux sont régionaux et biosourcés, précise l’architecte. Les isolants sont en coton Métisse® (2), en ouate de cellulose et en fibre de bois. Le sol est en caoutchouc naturel plutôt qu’en PVC. » Difficile d’imaginer une école fonctionnant sans aucun chauffage. Et pourtant, « les besoins de chauffage sont réduits au maximum grâce aux apports solaires et au triple vitrage, explique Édith Delaure, du bureau d’études thermique ATMOsphères. La ventilation double-flux renouvelle l’air en récupérant 87 % de la chaleur de l’air sortant, ce qui fait qu’il ne reste que 3 degrés à chauffer en hiver. En cas de manque d’apport solaire, l’appoint est apporté par la VMC. De plus, le triple vitrage et l’isolation des murs suppriment les effets de “paroi froide”. »

Un effectif en forte hausse
Le personnel a été formé aux spécificités du nouveau bâtiment. «On ne ventile pas comme à la maison, souligne Janick Pavageau. Il ne faut pas ouvrir les fenêtres pendant la journée. » L’orientation des brise-soleil, comme la ventilation, est gérée par une GTC (gestion technique centralisée dotée d’une station météo). Sabine Lastra, conseillère municipale en charge des affaires scolaires, compte beaucoup sur le nouveau bâtiment pour améliorer le bien-être et la santé des enfants. «L’hygrométrie est mieux régulée par les matériaux biosourcés (les murs en béton de terre ne contiennent que 5 % de ciment), la température est constante, avec zéro flux d’air, ce qui réduira les maladies chez les enfants et les personnels », espère-t-elle. Les parents ne s’y sont pas trompés : alors que les effectifs de l’ancienne école avaient baissé jusqu’à 110 élèves, 135 enfants ont fait leur rentrée en septembre.

(1) Accueil de loisirs associé à l’école.
(2) Le coton Métisse® est issu de textiles en fin de vie recyclés par le Relais.

Financement : les chiffres clés
Saint-Antonin-Noble-Val a répondu à l’appel à projets « bâtiments exemplaires » (innovants, à énergie positive et utilisant des éco-matériaux) de la région Occitanie, qui a apporté 600 000 € des 3,9 M€ de budget de construction du nouvel établissement. «La participation de la mairie s’est montée à 1,5 M€, avec un emprunt de 400 000 €. C’est un effort conséquent », souligne l’adjointe au maire. Le reste du budget provient d’aides du département et du pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) du Pays Midi-Quercy. La CAF a également contribué pour le mobilier.
 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°364 - Janvier 2019
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).