Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
01/09/2019
Entretien

"Être maire, c'est être aspiré partout, tout le temps !"

Comédie politique enlevée, Alice et le maire a remporté le label Europa Cinémas lors du Festival de Cannes 2019. Entretien avec son réalisateur, Nicolas Pariser.

Xavier BRIVET
Illustration
© Bac Films
Qstrong>Qu’est-ce qu’un maire pour vous ?
C’est le responsable politique le plus proche des citoyens. J’ai grandi à Chartres et je me souviens avoir croisé, à plusieurs reprises, le maire de l’époque Georges Lemoine. Il avait une ­relation quasi personnelle avec ses administrés. 
J’avais aussi vu en 2010 un documentaire, Le président, réalisé par Yves Jeuland sur Georges Frêche, lors de la campagne électorale pour les élections régionales de 2010 en Languedoc-Roussillon. Ceci m’avait donné l’envie de faire le portrait d’un chef d’exécutif local.

Pourquoi avez-vous choisi de camper le maire d’une grande ville ?
J’ai privilégié un homme politique dont l’engagement relève d’une vocation. Paul Théraneau, maire de Lyon, a la volonté de servir l’intérêt général depuis une trentaine d’années. Mais il a aussi un intérêt personnel et politique à le faire, avec une ambition nationale à laquelle seul un mandat à la tête d’une grande ville peut lui permettre d’accéder. La gestion de sa ville est le laboratoire en miniature de son destin national. Je voulais aussi camper un maire à plein temps, non-stop, 24 heures sur 24, qui ne décroche jamais, afin de montrer l’investissement colossal, le degré total de son engagement. Gérer une grande ville, c’est quasiment un ministère ! 

Le maire de Lyon, Paul Théraneau, n’arrive plus à penser, n’a plus d’idées… Pourquoi ?
Ce qui porte avant tout un homme politique, c’est la vocation, l’instinct, le courage, la générosité. Le maire de Lyon est bloqué car il a perdu l’intuition, il réfléchit trop, il est paralysé. Il a connu un âge d’or, il a transformé profondément sa ville au cours des mandats successifs. Mais il coince brusquement, en s’interrogeant sur la portée de ses actions, sur leur impact sur le quotidien de ses administrés. J’ai voulu décrire son malaise. Et poser une question : comment articuler réflexion et action ?

Le cabinet du maire adresse au maire une jeune philosophe, Alice Heimann, dont la tâche consiste à lui redonner des idées. Pourquoi ce choix iconoclaste ? 
Le maire a besoin d’une rupture. La rencontre du politique et de la philosophe est une fable : c’est avant tout l’histoire d’une complicité qui s’établit progressivement, le récit d’une amitié sans ambiguïté qui se tisse. Alice, l’intellectuelle, qui n’a jamais travaillé, plonge dans ce bouillonnement municipal qui la forge et l’endurcit, mais qui la secoue également. Le maire recherche, lui, de l’oxygène, il se déporte du quotidien à travers cette relation, il retrouve une forme d’intériorité et de recul sur le sens de son action. Alice le fait « tomber de vélo » en quelque sorte, elle le fait réfléchir, douter, et contribue sans doute à le faire raccrocher. Seul, et sous l’emprise de son cabinet et de son entourage, il n’y serait sans doute pas parvenu.

Votre film pointe une forme de superficialité au sein des membres du cabinet du maire, entre phrases creuses, prêt à penser et théories fumeuses de consultants. Est-ce l’image que vous avez de la sphère politique ?
Il y a une tendance à un discours de vide dans le milieu politique. J’ai surtout voulu montrer la cocasserie de l’immédiateté, de la gestion dans l’urgence, le stress du travail au sein d’un cabinet qui ne fait que répondre aux mini crises successives. Il y a un ressort quasi comique : je ne dénonce pas ce fonctionnement, je le montre, en évitant la complaisance ou la critique exagérément virulente. 

Le maire vous fascine-t-il ?
J’ai de l’empathie pour cet élu dont l’investissement est énorme. La politique, le monde politique sont le sujet de mes courts-métrages. J’ai été intéressé par l’engagement politique mais le cinéma m’a très vite détourné d’une possible vocation d’élu. L’impact du mandat sur la vie ­personnelle et familiale est tel que j’ai renoncé. Être maire, c’est être aspiré partout, tout le temps !
 

Son parcours 
Nicolas Pariser est né à Paris en 1974. Après des études de droit, de philosophie, d’histoire de l’art 
et de cinéma, il est, au début des années 2000, critique de cinéma pour le magazine Sofa puis travaille quatre ans auprès du réalisateur Pierre Rissient. Entre 2008 et 2013, il réalise trois courts-métrages. Son premier long métrage, Le Grand jeu, obtient le prix Louis Delluc du meilleur premier film en 2015. Alice et le maire est son deuxième long métrage.

Suivez Maires de France sur X: @Maires_deFrance

Lire le magazine

FÉVRIER 2024 N°420
Dossiers d'actualité
class="couleur1">
Finances locales 2024

class="couleur">
Cybersécurité

class="couleur">
105e Congrès 2023

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).