Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
septembre 2019
Culture

L'art contemporain vient aux petites communes

En 2019, Villiers-sous-Grez (Seine-et-Marne, 710 habitants) a été l'une des étapes du MuMo, un musée mobile qui traverse la France, à la rencontre de tous les publics.

Sophie LE GALL
Illustration
© Fanny Trichet
Depuis 2011, le MuMo, acronyme de «Musée mobile », fait le tour des régions de France. En janvier 2019, il est passé par la commune de Villiers-sous-Grez. «C’était vraiment une chance à saisir et nous l’avons saisie ! », se souvient Yves Lechevallier, son maire. Installé pendant une semaine sur la commune, le bus, conçu par la designer Matali Crasset, a accueilli les élèves des écoles maternelles et élémentaires scolarisés au sein du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) formé avec la commune voisine de Recloses, mais aussi les habitants intéressés par cet événement culturel. 
Initié par Ingrid Brochard, personnalité du monde de l’art, financé sur fonds publics (à environ 60 %) et privés, le MuMo, une initiative soutenue par le ministère de la Culture, vise à rendre accessible l’art contemporain. Chaque année, le bus traverse deux à quatre régions françaises, soit 50 étapes, et touche 20 000 visiteurs. « Nous visons en priorité les petites communes d’environ 2 000 habitants », explique Lucie Avril, responsable opérationnelle. La tournée se prépare un an en amont lors d’un comité de pilotage avec la direction régionale des affaires culturelles et le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) concernés ainsi que des représentant du département et de la région pour « imaginer le parcours ». « La DRAC connaît bien les zones blanches culturelles, elle nous propose les futurs points d’arrêt. Nous pouvons aussi avoir des demandes spontanées de communes. Nous leur demandons alors de les argumenter », précise-t-elle. 
Une fois installé, « le camion s’ouvre comme par magie et double de volume. Des ailes se déploient de part et d’autre pour protéger des espaces extérieurs d’atelier et d’exposition où on va pouvoir s’installer avant ou après la visite », décrit sa conceptrice, Matali Crasset. Le MuMo accueille en priorité des scolaires (jusqu’au lycée), organise des portes ouvertes pour les habitants et des temps dédiés à des publics fragiles, venant par exemple d’établissements médico-sociaux et nécessitant une médiation particulière. Les œuvres sont prêtées par les FRAC et les médiateurs sont recrutés dans la région concernée. Pour la commune, le coût est de 200 euros par jour. Elle doit fournir une aide logistique (terrain, raccordement…) et l’hébergement de l’équipe. « L’engagement des communes est variable, remarque Lucie Avril. Certaines vont être à 100 % dans le projet et d’autres aborder notre venue comme un événement parmi d’autres. » 

Les enfants sont séduits

L’objectif est «de ne pas faire dans l’éphémère », avec l’idée «de donner envie de créer des liens, par exemple, entre le centre d’art local, un équipement parfois peu investi, et les écoles ». En amont de la venue du MuMo, un temps de formation à l’art contemporain est prévu en direction des enseignants, des animateurs et des éducateurs. En complément de la visite, le MuMo organise des ateliers de pratiques artistiques, de sensibilisation à l’histoire de l’art et à l’art contemporain.
À Villiers-sous-Grez, le maire a surtout instauré un dialogue avec les enseignants des écoles, les enfants étant visés. « Si certains ont pu être réticents au départ, tous ont finalement été emballés par l’expérience », explique-t-il. « Avant le MuMo, les élèves ont pu échanger sur les codes d’une visite d’un musée. C’est important pour leur future vie culturelle. Pendant le MuMo, ils ont été pleinement acteurs, aussi grâce au travail des médiatrices. Il y a aussi eu un “après MuMo”, les enfants ayant continué de travailler en rapport avec le thème de l’exposition. Ils ont ainsi imaginé des expressions de visage de doudous », détaille l’élu. Yves Lechevallier ne considère pas sa commune comme une «zone blanche » culturelle, celle-ci étant bien pourvue en matière d’équipements et d’activités. «Le MuMo a permis de compléter notre programmation, les propositions en matière d’art contemporain étant rares », précise-t-il. En 2020, le dispositif itinérant est attendu en Île-de-France et en Pays de la Loire.          

EN SAVOIR +
https://musee-mobile.fr/ 
Conçu comme un laboratoire d’éducation culturelle, le musée-camion, modulable, peut accueillir des œuvres, des expositions et propose des ateliers artistiques et pédagogiques pour les enfants.
Un centre d’éveil à l’art
En mai 2019, a ouvert à ­Clermont-Ferrand (63) « Mille-formes », le 1er centre d’initiation à l’art pour les 0-6 ans. Le projet, initié par la ville, a été conçu en collaboration avec le Centre national Pompidou (Paris). Mille-formes est implanté dans un ancien commerce, au cœur du quartier Fontgiève, en pleine mutation. À travers une programmation artistique pensée pour les tout-petits et leur famille, le lieu propose de découvrir et d’expérimenter l’art sous toutes ses formes. https://clermont-ferrand.fr/mille-formes 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).