Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
février 2020
Développement économique

Calais veut redorer son blason avec un dragon

La requalification urbaine du front de mer et l'animation d'un dragon géant doivent permettre à la cité portuaire (Pas-de-Calais, 76 751 hab.) de renforcer son attractivité.

François LECOCQ
Illustration
Le dragon peut transporter 50 personnes sur son dos. Il sera rejoint par des varans et des iguanes...La commune encaisse des recettes commerciales.
Plus de 400 000 visiteurs en trois jours ! Pour sa toute première sortie à Calais, du 1er au 3 novembre, le spectaculaire Dragon, conçu par la compagnie nantaise La Machine, a réussi son coup. Il faut dire qu’il a des arguments. 75 tonnes de bois sculpté et d’acier, des moteurs et autres savants mécanismes qui permettent à cette créature de 25 m de long, de plus de 10 m de haut et de 17,5 m d’envergure de se déplacer jusqu’à 4 km/h. Trois jours durant, cornaqué par 17 dragonniers, il a sillonné les rues de Calais, crachant du feu devant une foule ébahie. « La fréquentation a été cinq à six fois supérieure à la population de la ville et le public venait aussi d’autres régions, de Belgique et d’Angleterre », se réjouit François Delarozière, fondateur de La Machine, compagnie spécialisée dans le théâtre de rue format XXL avec le souci de valoriser l’espace urbain qui l’accueille. 
C’est justement ce qui a séduit la maire de Calais, Natacha Bouchart. En 2017, elle a sollicité La Machine pour l’aider à renouveler l’image de la ville très marquée par la crise migratoire. Alors qu’elle avait d’abord envisagé de créer un parc d’attractions Heroïc Land (275 M€ d’investissement et 1 000 emplois prévisionnels) – un projet abandonné faute d’investisseurs –, elle parie désormais sur la création d’événements artistiques d’ampleur capables d’attirer, dans la durée, un large public venant aussi de loin. « Pour rendre la fierté de leur ville aux Calaisiens et en donner une image audacieuse à l’extérieur ! J’ai découvert François Delarozière et La Machine avec sa création “Long Ma, l’esprit du Cheval Dragon” présentée à Calais en juin 2016 et ils m’ont émerveillée comme plus de 250 000 spectateurs », précise-t-elle. Outre sa créativité, le metteur en scène connaît Calais depuis plus de vingt ans, suite aux collaborations avec Le Channel, scène nationale basée dans le quartier ouest de la ville. Et il a déjà réalisé des projets comparables en France ou à l’étranger, dont le plus connu est « L’éléphant et les machines » de l’Île de Nantes. 

Un pari artistique et urbain

À Calais, le pari consiste à mêler étroitement la rénovation urbaine du front de mer à l’accueil en résidence permanente du dragon qui multipliera ses sorties. Il sera rejoint, d’ici à 2021, par deux varans et, en 2023, par six iguanes, tous conçus par La Machine. Le budget pluriannuel de 27 M€ (2017-2023), jugé démesuré par l’opposition et par les associations d’aide aux migrants, est consacré, dans sa première phase (lire ci-contre), pour ses deux tiers aux travaux d’aménagements urbains. Natacha Bouchart, comme François Delarozière, tablent sur des recettes liées à l’exploitation commerciale du dragon via une société publique locale créée par la ville désormais propriétaire de la créature. Ainsi, à compter du 17 décembre et tout au long de l’année, des tours à dos de dragon seront proposés pour 50 à 60 personnes à chaque rotation (9,50 € le ticket). Parallèlement, ils comptent sur la vente des produits dérivés et les dépenses connexes dans les commerces de la ville. « En quatre jours, notre boutique provisoire a généré 42 000 € de chiffre d’affaires. À Nantes, les Machines de l’Île ont vendu 680 000 tickets (9 €) en 2018 et une étude a évalué que chaque visiteur dépense en moyenne 35 € en ville », assure François Delarozière. De son côté, Natacha Bouchart, plus raisonnable dans ses prévisions, espère 500 000 visiteurs payants et gratuits dès la première année avec pour objectif d’atteindre la vente effective de 400 000 tickets à moyen terme.    

Un investissement de 27 M€ jusqu’en 2023
La reconquête urbaine du front de mer et la création du dragon, des deux varans et des six iguanes par La Machine représentent un budget global de 27 M€ répartis en quatre phases de 2017 à 2023. 
Achevés en 2018, les premiers travaux ont permis de dégager la perspective du port vers la plage et de valoriser le Fort Risban avec la création d’un parc dunaire, d’itinéraires de promenade et d’un parc de stationnement. Ils se poursuivent jusqu’en 2021 par la requalification de l’ensemble de la digue avec l’objectif de la libérer de l’emprise automobile. Avec la création du dragon et du spectacle inaugural (4,5 M€), ces premiers aménagements urbains représentent une première phase de 13 M€ d’investissement dont 8 M€ de subventions provenant à parité de l’État et de la région Hauts-de-France. 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).