Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Interco et territoires
février 2020
Intercommunalité

Vire-Normandie veut mettre fin à son paradoxe

Créée en 2016, la commune nouvelle de Vire-Normandie (14) se révèle décisive pour l'avenir d'un territoire dynamique économiquement, mais en déclin démographique.

Martine KIS
Illustration
© Mairie de Vire-Normandie
Une SEM viroise, dont le territoire s'étend désormais à toute la commune nouvelle, lutte contre les logements vacants.
La création de la commune nouvelle de Vire-Normandie a été une décision majeure pour les 50 prochaines années », s’enthousiasme Marc Andreu Sabater, son maire (qui était maire de Vire). Pourtant, sa création, le 1er janvier 2016, relevait plus du calcul financier que du militantisme. « Dans un contexte de baisse des dotations de l’État, nous avons évalué en octobre 2015 les capacités d’investissement des communes et de la communauté de communes (CC) de Vire », explique-t-il. Conclusion : ces capacités seraient très limitées et les projets des communes compromis. Seule solution : profiter du maintien des dotations promis aux communes nouvelles. La transformation des 8 communes de la CC (1) en commune nouvelle est menée tambour battant. Les réticences de deux maires sont surmontées, la CC est dissoute le 31 décembre 2015 et Vire-Normandie créée en 2016. « Nous avons bossé comme des malades pendant deux mois ! », se souvient la directrice générale des services, Annie Rossi. Résultat : la commune nouvelle permet le maintien du niveau de dotation et elle continue à percevoir les dotations de la CC antérieure. 
Une bonne surprise pour la collectivité. Son budget ne baisse pas, et elle perçoit 1,9 Me de dotations supplémentaires par an. De quoi s’attaquer avec plus d’efficacité au « paradoxe virois » : « Avec une population de 18 000 habitants, nous avons 11 500 emplois, dont 4 000 à 5 000 industriels. Or, nous perdons de la population, décrit le maire. Notre plus gros enjeu est donc la démographie. Si elle baisse, nous perdrons des commerces, des services, des équipements publics et serons moins attractifs pour les entreprises. »
La lutte contre les logements vacants est l’un de ses premiers axes d’action. Une SEM viroise, dont le territoire s’étend désormais à toute la commune nouvelle, a racheté un ancien restaurant et réhabilite commerces et logements au cœur de la commune déléguée de Truttemer-le-Grand.
Forte de ses 18 000 habitants, la commune nouvelle a pu procéder à de nouveaux recrutements. « Les cadres de la FPT perçoivent la dynamique de la commune. Ils se renseignent », explique Marc Andreu Sabater. Sont ainsi arrivés une directrice de médiathèque, un directeur de CCAS, une architecte du patrimoine. Une secrétaire de mairie d’une commune déléguée, dont les tâches ont glissé vers Vire-Normandie, s’occupe désormais du montage des dossiers de subvention et des liens avec les financeurs (programme européen Leader, FSIL, DETR, Action cœur de ville…). « Grâce à ce nouveau poste, nous avons 13 Me de cofinancements pour 2016-2019 et 40 Me d’investissements. C’est très élevé pour notre taille », détaille l’élu.
« La commune nouvelle permet une nouvelle solidarité, souligne Nicole Desnottes, maire déléguée de ­Roullours. Certaines communes n’auraient plus pu investir. Maintenant, nous évoluons au même rythme. » L’un des principaux acquis, pour elle, est l’accès à la ­culture, qui n’était pas une compétence de la CC. Avec médiathèque, cinéma art et essai, conservatoire et théâtre, présents sur l’ancienne commune de Vire, l’offre correspond à celle d’une ville de 40 000 habitants, selon Marc Andreu Sabater. Les acteurs économiques, quant à eux, apprécient d’avoir un interlocuteur pour le développement local. 
Vire-Normandie fait partie de la communauté de communes Intercom de la Vire-au-Noireau créée en 2017 (17 communes, dont 5 communes nouvelles). « Pour 49 000 habitants, nous n’avons que 45 agents. Flers agglo, avec 37 000 habitants, en a 300 ! Il y a eu peu de transferts de compétences jusqu’à maintenant, reconnaît le maire et président de l’EPCI. C’est un handicap pour les politiques de mobilité, les gros équipements, les dotations. L’objectif du prochain mandat est de faire monter en puissance l’intercommunalité. »    
(1)    www.virenormandie.fr/

Que dit la charte ?
Une charte, pacte moral entre les élus, définit le mode de fonctionnement de la commune nouvelle. Chaque ancienne commune conserve son organisation scolaire, un maire délégué et un secrétaire de mairie et un maximum d’autonomie, via des états spéciaux financiers votés par la commune nouvelle qui leur attribuent des dotations. Selon la charte, un conseil municipal d’une commune déléguée ne peut mettre en cause une décision du conseil municipal de la commune nouvelle. Un pacte respecté jusqu’à aujourd’hui.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).