Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
mai 2019
Développement économique

Croisette crée un pôle de vie communal

Après la fermeture des deux derniers commerces, la commune (62) a transformé un bâtiment en pôle de vie communal, avec café-restaurant, gîte et salle d'activités.

Frédéric VILLE
Illustration
© mairie de Croisette
Le nouveau pôle de vie communal a été inauguré, le 31 mars, en présence d'élus locaux et de Jean-Claude Leroy, président du conseil départemental (à gauche sur la photo). La commune, qui l'a racheté, compte bien le louer en misant sur le tourisme local : monuments, jardins...
Pour Croisette (300 hab.), c’est LE projet du mandat. La commune avait « sur les bras » un site fermé en 2013 comprenant un ancien café, une salle d’activités et une ancienne habitation. Elle avait déjà entamé une réflexion avant les élections de 2014, puis en 2015 avec un architecte du conseil d’architecture d’urbanisme et d’environnement du Pas-de-Calais qui propose de transformer l’habitation en gîte de groupe. De plus, un couple s’est montré intéressé pour s’investir dans la gestion de l’équipement. La commune a racheté le bâtiment grâce à une aide du conseil départemental dans le cadre de sa politique de soutien à la ruralité et de développement du tourisme. Et les travaux ont démarré en septembre 2017. 

957 489  euros c’est le coût,
maîtrise d’œuvre incluse, 
du pôle de vie communal,
pour un budget annuel de
fonctionnement d’environ
120 000 euros.

Le projet consiste à créer un pôle de vie communal, avec un café, une salle d’activités et un gîte de groupe. Il s’élève finalement à 957 489 euros (maîtrise d’œuvre incluse), ce qui est lourd pour un budget communal annuel de fonctionnement d’environ 120 000 euros (lire ci-contre). «On était partis au départ sur un budget de 500 000 euros, mais pour faciliter l’obtention de subventions, nous avons réalisé un bâtiment basse consommation (BBC), et intégré des heures d’insertion (1) au chantier », explique le maire, Claude Bachelet. Ce qui a donc gonflé le budget du projet mais en fait aussi un exemple de construction durable, avec pompe à chaleur et centrale de traitement d’air pour la salle d’activités, isolation du sol aux toitures, isolation phonique. 

Travaux réalisés par des entreprises locales
Un chantier qui a fait travailler 9 entreprises locales sur les 10 impliquées et procuré 474 heures d’insertion pour certaines phases du chantier (démolition, gros œuvre, plâtrerie). «Soit les entreprises avaient elles-mêmes du personnel en insertion, soit elles ont fait appel au département pour leur trouver quelqu’un », explique Blandine Hanquez, du bureau d’études Mercier.
Pour mener à bien le chantier, la commune s’entoure d’un conseiller en énergie de la Fédération départementale de l’énergie sur le volet BBC et énergie, et du département sur le volet administratif et insertion. Ouvert le 24 janvier dernier, le pôle de vie communal a d’abord pris la forme d’un café-tabac avec restauration rapide exploité par un couple qui, par précaution, a conservé son activité professionnelle antérieure. La salle d’activités et le gîte de groupe (2) ont été inaugurés fin mars. La première héberge les compétitions du club de tennis de table, les clubs des aînés et de gymnastique. L’association locale Familles rurales y propose un atelier informatique pour les seniors. Les exploitants projettent aussi d’organiser des soirées à thème. 
Un espace paysager jouxtant le bâtiment permettra d’accueillir un atelier vacances pour les enfants. S’agissant du gîte, il est déjà réservé d’avril à juin par un producteur d’asperges pour l’accueil de saisonniers. La commune compte bien le louer  en misant sur le potentiel touristique local : monuments (abbaye de Belleval, Chartreuse de Neuville, château de Frévent…), sites (jardins de Marie-Ange, de Séricourt, circuit automobile de Croix, circuit de randonnée…). Les gérants eux aussi sont motivés : «On a toujours voulu faire cela. Avec 20 à 50 personnes par jour, on est au-dessus de notre objectif de départ. »                                


(1)    Par le biais de clauses sociales suite à l’appel d’offres avec accompagnement du conseil départemental. (2) Ils sont en gestion communale.

Quel financement ?
Le pôle de vie communal représente un coût de 957 489 e. Il bénéficie de différentes subventions couvrant 45 % du montant total et provenant :
• de la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR),
• du Pas-de-Calais (Fonds d’aménagement rural et de développement agricole, appel à projet innovation territoires ruraux),
• de la fédération départementale de l’énergie,
• des Hauts-de-France (Fonds régional d’amplification de la troisième révolution industrielle),
• du Groupe action Leader 7 Vallées ­Ternois.
La commune remboursera deux emprunts de 15 et 25 ans à la Caisse des dépôts pour des montants de 200 000 e et 
276 000 e, avec des annuités de 43 000 e/an (intérêts compris). 
Un loyer attractif pour les gérants (250 e HT/mois) avec bail commercial dérogatoire d’un an renouvelable et les locations du gîte complèteront le financement pour une petite partie.

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°368 - Mai 2019
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).