Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
juillet 2019
Écoles, éducation, alimentation Santé

Prévenir les conduites addictives des jeunes

Alcool, stupéfiants, jeux font partie des addictions auxquelles les 12-25 ans sont exposés et contre lesquelles la commune nouvelle d'Évry-Courcouronnes s'investit.

Emmanuelle STROESSER
Illustration
© Ville d'Évry-Courcouronnes
Des élèves du lycée Baudelaire ont animé un stand sur la prévention du tabagisme en distribuant des bracelets brodés de messages de prévention qu'ils avaient créés eux-mêmes.
La commune nouvelle d’Évry et Courcouronnes rassemble, depuis le 1er janvier 2019, 66 964 habitants dont un tiers ont entre 6 et 20 ans. Chaque commune avait développé des actions spécifiques sur la santé des jeunes dans le cadre d’ateliers santé ville. Les deux villes avaient choisi, dès 2015, de travailler sur cette thématique, via la signature d’un contrat local de santé intercommunal (1) et la création d’une direction intercommunale pour le porter. Dans ce cadre, une fiche action dédiée à la prévention des addictions des 12/25 ans a été mise en place, grâce au soutien financier de l’agence régionale de santé. La commune nouvelle a candidaté à l’appel à projets de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives ­(MILDECA, lire ci-dessous) pour donner plus de moyens à ses ambitions.
Sa cible : le public jeune car c’est dès le plus jeune âge que la prévention des addictions se révèle efficace. L’enjeu ne se limite pas à une question de santé publique ou de sécurité. «Il est global », résume le Dr Pascale Echard-Bezault, directrice santé publique de la ville. Quand vous vivez dans un quartier insécurisé par les problèmes de trafics, cela retentit sur votre santé. C’est donc à la fois la santé de chaque individu, mais aussi tout ce que cela engendre dans la vie d’un quartier, modifie dans le comportement d’un jeune et détruit dans une famille » qu’il faut prendre en compte.
Le territoire, avec ses quartiers prioritaires politique de la ville, est marqué par la pauvreté, mais Pascale Echard-Bezault est catégorique : «le risque d’addictions ne dépend pas du milieu social. Les jeunes ont les mêmes risques d’approcher le haschich et la toxicomanie. La différence c’est que certains n’ont pas les mêmes ressources pour arrêter ou éviter d’y toucher », ce qui justifie «de faire de la prévention et de leur faire connaître les lieux ressources capables de les accompagner ».

Priorité à la sensibilisation

Les premières actions ont été lancées en 2015 dans les lycées et collèges, avec l’organisation de forums santé. Sur une journée, des partenaires de la prévention comme l’Association nationale de prévention en addictologie (ANPAA) y animent des ateliers. Les intervenants du service jeunesse de la ville sont formés à l’animation de réunions sur ces questions, à l’écoute aussi des jeunes pour les orienter au besoin. Parallèlement, la ville travaille avec les parents dans les centres sociaux et avec l’association Oppelia Essonne Accueil sur la prévention. La police municipale intervient en complément, pour les rappels à la loi et éviter aux jeunes d’entrer dans les trafics.
La ville compte aussi sur le développement des compétences psycho-sociales des jeunes, autrement dit leur capacité à dire «non ». «C’est la meilleure prévention. Plutôt que de dire “ce n’est pas bien de fumer du hasch ou de prendre des médocs”, on doit apprendre au jeune à gérer ses émotions », explique Raphaëlle Moras Sidibe, coordinatrice de l’atelier santé ville. Cet été, des enseignants devraient être formés à l’art de renforcer ces compétences chez les jeunes, en les valorisant, etc. C’est l’une des actions qui dépendra du résultat de l’appel à projets de la MILDECA qui conditionne son soutien financier.
Autre travail à développer, la déconstruction des clichés, chez les jeunes et les parents. Telle l’absence de nocivité de la chicha, aujourd’hui très en vogue.


(1) Signé en 2015, renouvelé en juillet 2018, avec l’État, l’ARS, Évry et Courcouronnes, la CPAM, l’Éducation nationale, le centre hospitalier Sud Francilien, le conseil départemental de l’Essonne et l’Agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart. 


Appel à projets 2019 
Pour la deuxième année consécutive, la MILDECA a lancé un appel à projets à destination des collectivités territoriales. Dotée d’une enveloppe de 900 000 €, l’édition 2019 a pour thème «Prévenir ensemble à l’échelle d’un territoire les comportements à risque des jeunes liés aux substances psychoactives ». 
Il s’agit de sélectionner et d’accompagner des projets innovants de prévention des conduites à risques menés à l’échelle d’un territoire, et impliquant pleinement les populations. Les collectivités retenues seront connues durant l’été et bénéficieront d’un accompagnement de la MIDELCA. www.drogues.gouv.fr 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance


Raccourci : mairesdefrance.com/17
Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°370 - Juillet/Août 2019
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).