Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
juillet 2019
Environnement

Préserver la biodiversité dans la commune

Saint-Privat-de-Vallongue (Lozère, 230 habitants) protège la diversité des espèces du milieu naturel. Un prix national lui a été décerné.

Thierry GUERRAZ
Illustration
© Thierry Guerraz
La commune s'est distinguée avec des mesures alternatives aux pesticides, la réduction de la pollution lumineuse et le soutien à l'agriculture bio.
En octobre 2018, la bonne nouvelle tombe : Saint-Privat-de-Vallongue obtient le prix de « Meilleur village pour la biodiversité 2018 » décerné par l’Agence française pour la biodiversité (AFB). Les conclusions favorables de naturalistes s’étant rendus sur le terrain quelques mois plus tôt ont conquis le jury. Télés, radios, presse… , le village sort de l’anonymat. Sous la houlette de Gérard Rouquette, ex-maire puisqu’il a cessé ses fonctions en mars 2019, la commune a toujours ciblé la défense de la biodiversité comme une priorité absolue : « Nous avons un devoir absolu d’agir. À force de vouloir tout régenter, l’homme a perdu le sens de l’humilité. Il est pourtant dépendant d’une nature vitale pour son équilibre », constate Gérard Rouquette.
À cheval entre deux bassins versants (océanique et méditerranéen), Saint-Privat-de-Vallongue et ses environs bénéficient par la même d’une riche biodiversité. Mais, ici comme ailleurs, à 600 mètres d’altitude, entre Mende et Alès, les effets du dérèglement climatique, particulièrement sensibles sur la faune et la flore, ne manquaient pas d’inquiéter le maire : « Des exemples ? Les cigales méditerranéennes mutent sur des hauteurs de plus en plus élevées, les tourterelles turques, invisibles il y a encore cinq ans sur la commune, envahissent les forêts. » 
Ce combat pour la défense de la biodiversité n’a pas pu se faire sans l’aide financière ou l’expertise technique de nombreux partenaires : le parc national des Cévennes, l’association lozérienne pour l’étude et la protection de l’environnement, les fédérations de chasse et de pêche, la ligue pour la protection des oiseaux, l’office pour les insectes et leur environnement… 

Bonnes pratiques

La pollution lumineuse est un ennemi redoutable pour la faune et la flore. La commune a donc engagé un programme de réduction des éclairages publics : « Sur notre village vacances (38 gîtes) géré en régie communale, nous avons supprimé les lampadaires pour ne conserver que les lanternes basses avec extinction à 23 heures », précise Gérard Rouquette. De même, une peinture photoluminescente est utilisée pour baliser certains chemins et allées. Moins de lumière, c’est aussi une plus-value touristique apportée au village : « le village-vacances accueille en grande partie des citadins, fortement demandeurs de tourisme vert. Avec l’ouverture récente d’un site d’observation du ciel, nous répondons à leurs souhaits », explique l’ancien élu. Ce site, comme d’autre actions entreprises dans les Cévennes, a concouru à l’attribution du label « Réserve internationale du ciel étoilé (RICE) » au Parc national des Cévennes.
Autre ennemi juré de la biodiversité : les produits phytosanitaires. Sur la commune, les bonnes pratiques (agriculture bio ou permaculture) des trois exploitants agricoles qui subsistent sur la commune sont de rigueur. La commune privilégie le débroussaillage manuel qui a permis de privilégier certaines espèces (bruyère) ou le passage d’une épareuse après floraison pour faciliter la pollinisation et la protection de la biodiversité. Autre mesure prise : l’emploi de la pouzzolane, gravier de roche volcanique en lieu et place du sel de déneigement sur la voirie dont l’impact est très fort, notamment sur les écrevisses à pattes blanches.
« Nous avons aussi ouvert un jardin pédagogique de permaculture pour faire évoluer les pratiques des particuliers et initier les enfants », explique Gérard Rouquette.  À l’école communale, la biodiversité constitue le fil rouge pédagogique de l’année scolaire. Aux côtés des enseignants, deux intervenants extérieurs partent avec les enfants explorer les environs de l’école (reconnaissance des arbres, vie du sol, découverte des papillons…).

En savoir + 
Le concours Capitale française de la biodiversité (1), organisé notamment par l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et dont l’AMF est partenaire, ­valorise les actions des ­collectivités en faveur de la biodiversité. L’AFB (2) a aussi lancé, le 7 juin, un 3e appel à projets pour les Atlas de la biodiversité communale en Outre-mer. 
(1) www.capitale-biodiversite.fr/ (2) www.afbiodiversite.fr /
Un atlas en voie de finalisation
L’engagement de la commune se concrétise par l’élaboration d’un atlas de la biodiversité communale. La gouvernance est assurée par un comité de suivi (élus, enseignants, agriculteurs, associations et partenaires techniques). Il s’agit avant tout d’établir un inventaire sur Saint-Privat-de-Vallongue. Et les avancées sont notables : il a été déjà recensé plus de 105 espèces ­inconnues jusque-là pour la faune, et 158 espèces pour la flore. L’atlas devrait être totalement finalisé au cours du second semestre 2019
 

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Couverture

Cet article a été publié dans l'édition :

n°370 - Juillet/Août 2019
Retrouver tous les articles de ce numéro :
Les offres d’abonnement
Toutes les éditions

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).