Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
L'actu
novembre 2021
Synthèse du 103e Congrès

Tourisme : s'adapter, se réinventer, et miser sur la proximité

Lors du 103e Congrès des maires, un forum s'est tenu le 17 novembre sur les mutations à opérer par le secteur touristique pour se relever de la crise, et intégrer l'urgence climatique.

Caroline Saint-André
Illustration
© Aurélien Faidy
103e Congrès de l'AMF, Forum: "S'adapter aux multiples mutations de l'attractivité touristique", 17 novembre 2021
Faire de la France «le leader du tourisme durable » : Emmanuel Macron a donné le ton devant les professionnels du secteur réunis début novembre, pour annoncer son «plan de reconquête et de transformation du tourisme », détaillé le 20 novembre par le Premier ministre (voir encadré). Avec ses deux millions d’emplois non délocalisables, le tourisme représente 8 % du PIB français – soit «autant que l’industrie automobile », a précisé d’emblée Pierre-Alain Roiron, maire de Langeais (Indre-et-Loire), co-président de la commission développement économique, tourisme et commerce de l'AMF, intervenant au forum du 103e Congrès des maires. Un poids économique que la crise a révélé au grand public, tout comme la nécessité de réinventer son modèle.

Tourisme durable

La crise du tourisme impacte encore fortement les métropoles et les territoires ultra-marins. Gabrielle Louis-Carabin, maire du Moule (Guadeloupe) a témoigné des conséquences lourdes de la crise : territoire endeuillé, confinements, réduction du trafic aérien et arrêt des bateaux de croisières. Le tourisme local peut-il remplacer le tourisme international ? C’est l’un des enjeux essentiels pour les acteurs du secteur, «les touristes étrangers n’ayant pas le même pouvoir d’achat que les nationaux », a relevé Pierre-Alain Roiron. 
Sauf que le secteur est responsable de 11 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Un constat est partagé : le tourisme durable, de proximité, centré sur le patrimoine, n’est plus une option. «Les dynamiques territoriales doivent évoluer en ce sens », estime Florent Guitard, chargé de projets à la Mission des offices de tourisme Nouvelle-Aquitaine (Mona). «Nous devons avoir un tourisme beaucoup plus responsable envers les hommes, envers les femmes, envers l’environnement » a abondé Muriel Abadie, maire de Pujaudrau et vice-présidente de la région Occitanie en charge du tourisme durable. 

Pour une gouvernance adaptée, Laurent Peyrondet, maire de Lacanau (Gironde) souhaite qu’un bilan soit fait de la loi NOTRe de 2015. Sur son territoire, il a fallu mutualiser les offices du tourisme sur 14 communes. 

Saisonnalité

Premières touchées par la crise et le dérèglement climatique, les stations de ski n’ont pas d’autre choix que de se réinventer. Intervenant du forum, le maire de Touillon-et-Loutelet (Doubs), Sébastien Populaire, a rappelé l’urgence de sortir de la saisonnalité été/hiver. «À partir de 2035-2040, il n’y aura plus assez de neige pour conserver un modèle économique centré sur le ski alpin ». Le maire a déjà engagé la mutation dans sa station, en essayant de «lisser les flux de touristes sur les quatre saisons ». L’agence Savoie Mont-Blanc prépare le schéma touristique de demain : mieux diriger les populations touristiques et valoriser certaines destinations a exposé Nicolas Rubin, maire de Châtel (Haute-Savoie).

Les communes très touristiques doivent aussi revoir leur modèle. Pierre Gonzalvez, maire de L’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), a évoqué les effets des vagues de (dé)confinement, les touristes ayant déferlé sur des pôles déjà saturés. «Quand le tourisme n’est pas maîtrisé, les collectivités peuvent se retrouver en difficulté, et le secteur peut être déséquilibré ». C’est aussi ce qu’a constaté Maider Aosteguy, maire de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), pour qui 2021 a été «l’année du siècle », mais avec des effets délétères sur les habitants, en termes de nuisances, d’incivilités, et de prix de l’immobilier. Les biarrots «ne peuvent plus se loger, alors que des complexes touristiques continuent de sortir de terre ». 

Jean-Baptiste Lemoine, secrétaire d‘État chargé du tourisme, a clos les débats en insistant sur la valeur de référence du tourisme en France, et sur son avenir résolument optimiste. «Des destinations qui n’en sont pas sur la carte touristique vont sortir de terre ». En misant sur les atouts du pays (culturels, patrimoniaux, naturels), «les visiteurs resteront plus longtemps, et dépenseront plus sur le territoire ». Et les évènements sportifs des années à venir «remettront la France sur la carte des destinations mondiales ».

Plan tourisme : les annonces 
1,9 milliard : c’est le montant que l’État mettra sur la table pour le plan «Destination France », présenté par le Jean Castex le 20 novembre. Un investissement qui prendra la forme de prêts (1,3 milliard), et d’aides à certaines filières (hôtellerie-restauration, agences de voyage, etc.). Un fonds de 150 millions d’euros sera mis en place en 2022, s’ajoutant au fonds «tourisme durable », qui sera prorogé. Autres annonces : une campagne de recrutement dans la restauration, une revalorisation des salaires des saisonniers, ou encore une aide au départ en vacances.

Retrouvez la vidéo du débat :

A lire aussi: 

    

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).