Le magazine des maires et présidents d'intercommunalité
Maires de France
Solutions locales
mai 2020
Ruralité Sécurité - sécurité civile

Renforcer la sécurité des agriculteurs

Le gouvernement associe les élus à la lutte contre la délinquance contre le monde agricole dans le cadre de la cellule Demeter. Exemple dans les Pyrénées-Orientales.

Sarah FINGER
Illustration
© adobestock.com
Selon les statistiques fournies
Depuis plusieurs années, les actes de délinquance contre le monde agricole se multiplient. Actes crapuleux, qu’il s’agisse d’une délinquance de proximité et d’opportunité (exemple : vol isolé de gasoil ou d’outillage, etc.) ou d’une criminalité organisée voire internationale (exemple : filière de vol de GPS agricole, etc.). Mais aussi actions de nature idéologique, « qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercussions matérielles ou physiques », note le ministère de l’Intérieur. Pour y remédier, le gouvernement a installé la cellule Demeter, dont le Premier ministre a rappelé les objectifs à l’occasion du comité interministériel aux ruralités qui s’est tenu dans les Vosges le 20 février dernier. 
Créée le 3 octobre 2019 au sein de la Direction générale de la gendarmerie nationale, cette « cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole » assure des actions de prévention et de traitement judiciaire des atteintes visant le monde agricole. Présentés comme complémentaires à la cellule Demeter, des « observatoires départementaux de l’agribashing » se mettent aussi en place sur l’ensemble du territoire. Organisés par les préfectures, ces structures visent à lutter plus spécifiquement contre la stigmatisation des agriculteurs et à mobiliser sur le terrain l’ensemble des acteurs afin d’assurer une meilleure remontée des informations. 
Dans les Pyrénées-Orientales, cet « observatoire de l’agribashing » a officiellement été lancé par le préfet, le 30 décembre dernier. La chambre d’agriculture, les organisations syndicales agricoles et les forces de l’ordre (gendarmerie et sécurité publique) ont participé à cette réunion d’installation à laquelle était aussi conviée l’association des maires, des adjoints et de l’intercommunalité des Pyrénées-Orientales (AMF 66). 

Implication des maires

« De par leur immersion totale dans le milieu rural, les élus peuvent participer à des remontées d’informations sur les actes délictueux commis à l’encontre des agriculteurs », explique Joël Pérez, directeur des sécurités et adjoint au directeur de cabinet de la préfecture des Pyrénées-Orientales. En effet, bien que les maires ne soient pas formellement désignés comme acteurs au sein de ces dispositifs, leur implication apparaît comme nécessaire. « Ils doivent être en quelque sorte les avocats des agriculteurs car sans agriculture, ç’en est fini des territoires ruraux », estime Guy Ilary, maire de Tautavel et président de l’AMF 66. « Les élus peuvent assurer l’interface entre le monde agricole et les dispositifs qui se mettent en place, poursuit-il. De par notre proximité avec les agriculteurs, nous pouvons assurer la liaison avec la gendarmerie. »
La préfecture des Pyrénées-Orientales reconnaît qu’elle n’a pas eu à déplorer d’actes d’agribashing. Mais s’agissant des actes crapuleux, Guy Ilary raconte que des agriculteurs installés dans la région de la Salanque ont subi des vols d’artichauts. « Et dans ma commune, précise-il, un agriculteur a récemment été victime d’un vol de camionnette et de matériel agricole… » 
Si personne ne conteste la répression de tels actes délictueux envers le monde agricole, il n’en va pas de même en ce qui concerne la lutte contre l’agribashing. Ainsi, fin janvier, 130 chercheurs ont interpellé Nicole Belloubet, ministre de la Justice, afin que soient protégés les lanceurs d’alerte concernant la condition animale dans les élevages. Dans une lettre ouverte adressée le 27 février au Premier ministre, des associations de défense de l’environnement réclamaient, elles, la dissolution de la cellule.

         
Légende
Selon les statis-tiques fournies par le ministère de l’Intérieur, 7 500 faits de vols (véhicules, remorques) et plus de 1 600 cambriolages ont été répertoriés en 2019.

Un tracteur est volé chaque jour
Les agriculteurs sont la cible de nombreux vols : selon les statistiques fournies par le ministère de l’Intérieur, 7 500 faits de vols et plus de 1 600 cambriolages ont ainsi été répertoriés en 2019 sur le territoire. Ces vols concernent les véhicules et remorques des agriculteurs, leur carburant, matériel et accessoires, leurs GPS ainsi que les récoltes et les cheptels. Près d’un tracteur serait ainsi dérobé chaque jour. Globalement, 14 500 faits délictueux ont été comptabilisés, l’an dernier, dans les exploitations agricoles. Deux tiers d’entre eux sont constitués de vols simples (sur ou hors exploitations).

Suivez Maires de France sur Twitter: @Maires_deFrance

Lire le magazine

MARS 2023 N°410
class="couleur1">
Finances locales 2022-2023

class="couleur">
Cyberscurit

Dossiers d'actualité
class="couleur">
104e Congrs 2022

Logo

Maires de France est le magazine de référence des maires et élus locaux. Chaque mois, il vous permet de décrypter l'actualité, de partager vos solutions de gestion et vous accompagne dans l'exercice de votre mandat. Son site Internet, mairesdefrance.com, vous permet d’accéder à toute l'information dont vous avez besoin, où vous voulez, quand vous voulez et sur le support de votre choix (ordinateur, tablette, smartphone, ...).